Jocelyn Boudreau explique à M. Lamontagne le fonctionnement des nouveaux appareils qui serviront au projet. CRÉDIT : SAMY-NICOLAS LÉVESQUE

Le gouvernement du Québec a attribué 4,7 M$ à Gestion AgrlA pour leur projet qui vise à augmenter la productivité tout en diminuant la production de gaz à effet de serre (GES) des producteurs agricoles.

Par Samy-Nicolas Lévesque - Collaboration spéciale

C’est dans le cadre d’une conférence de presse qui a eu lieu dans les bureaux de l’entreprise lévisienne Hortau, le 17 septembre dernier, que le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, a fait cette annonce.

Ce montant vient soutenir le projet de l’organisation à but non lucratif (OBNL), Gestion AgrlA, d’une valeur de 13 M$. Le but est de développer un système intégré d’IdO (Internet des objets) pour assurer un suivi de plusieurs facteurs de stress des cultures.

Grâce à des modèles agronomiques et à une intelligence artificielle, les agriculteurs pourront établir des prévisions et optimiser les interventions dans leurs champs. Le tout en réduisant de façon considérable leurs émissions de GES. Selon le Groupe AgrIA, il s’agit d’un pas vers la première technologie prédictive et de contrôle global pour des productions végétales plus performantes et pour un impact positif sur l’environnement.

Sachant qu’après le transport, la production agricole se trouvait au deuxième rang dans la création de GES, le gouvernement ne pouvait passer à côté de cette circonstance opportune.

«Les objectifs du gouvernement sont ambitieux, soit de réduire de 37,5 % les gaz à effet de serre d’ici 2030. Alors, chaque fois qu’on a une opportunité d’agir de la sorte et bien il est important pour nous de saisir cette opportunité», a expliqué le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Bénéfique pour le Québec

Gestion AgrlA est un OBNL fondé par trois partenaires, soit Les Fermes Tri-Jardins (Saint-Léonard-d’Aston), la Ferme Jean-Noël Gagné (Saint-Bernard-de-Beauce) et Hortau. Pour le cofondateur et président-directeur général d’Hortau, Jocelyn Boudreau, il était primordial qu’un projet de la sorte voie le jour.

«La population actuellement augmente très rapidement. On est 7,7 milliards d’habitants présentement et l’ONU prévoit que nous serons 10 milliards en 2050. C’est pourquoi nous essayons de réduire notre impact et notre émission de gaz tout en essayant de nourrir une population grandissante», a-t-il affirmé.

En plus des avantages sur la production et sur l’environnement, ce projet mobilisera plusieurs entreprises québécoises. Selon l’entreprise de Saint-Nicolas, au moins six institutions de recherche québécoises ainsi que huit fournisseurs du Québec seront mobilisés pour le projet.

«Dans les années suivant la fin du projet, on compte déployer cette technologie sur plus de 150 000 acres de culture au Québec seulement, réalisant des économies de      200 000 kt de CO2. Le projet permettra, aussi, la création d’emploi au Québec et au Canada», a soutenu Jocelyn Boudreau. 

Il prévoit aussi que le nombre d’employés chez Hortau à Saint-Nicolas doublera d’ici la fin du projet.

Les plus lus

Un Benny & Co à Lévis

La 61e succursale de la chaîne de restaurants Benny & Co ouvrira ses portes à Lévis, en septembre. Ironie de l’histoire économique, le nouvel établissement occupera les mêmes locaux qu’occupait jusqu’à sa fermeture la succursale PFK du quartier Lévis, sur la route du Président-Kennedy.

Une place éphémère à la tête des ponts tout l’été

À l’aube de la construction du nouveau quartier à la tête des ponts, l’Escale Cocité́ a été installée par le promoteur immobilier. À l’image d’une plage, le lieu se veut un espace de détente, où il sera aussi possible de se restaurer.

Mantra Pharma choisit l’Innoparc

Mantra Pharma a annoncé, le 16 juillet, qu’elle implantatera son nouveau centre de distribution jumelé à son bureau régional dans l’Innoparc de Lévis.

350 000 $ pour le développement de deux entreprises de Lévis

Deux entreprises de Lévis, Technologie Genset-Synchro et Boivin Évolution, ont reçu une aide de Développement économique Canada (DEC), a annoncé la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, ce 23 juillet.

Le Bistro les 3 frères ouvre sur le site du Golf Stastny

Depuis le 10 juillet dernier, le Bistro les 3 frères a ouvert ses portes sur le site du Golf Stastny à Saint-Nicolas. Eric Nittolo et Steve Blouin sont les deux associés du projet et ont joint à leur équipe le promoteur Samuel Gourde qui s’occupera du volet événementiel.

Grands Prix du tourisme : deux entreprises de Lévis distinguées

Le 16 juillet en matinée, Tourisme Chaudière-Appalaches a dévoilé le nom des 19 lauréats de la 35e édition des Grands Prix du tourisme de la Chaudière-Appalaches. Lors de l’événement tenu sur le Web en raison de la pandémie, deux entreprises lévisiennes ont ravi des honneurs.

Unis pour Lévis : une réussite en deçà des attentes

Dans le cadre du programme de Desjardins Du cœur à l’achat, via la plateforme La Ruche, la Chambre de commerce de Lévis (CCL) a lancé Unis pour Lévis, le 29 juin dernier. La CCL a récolté 16 775 $, c’est-à-dire 67 % de l’objectif qu’elle s’était fixé au terme de la campagne de sociofinancement.

Procédé de récupération unique au Canada chez Fibres Breakey

Fibres Breakey est une entreprise du secteur Breakeyville à Lévis qui se spécialise dans la récupération de fibres de papier. Depuis avril, la filiale lévisienne de Fibres Sustana a mis au point de nouveaux procédés afin de recycler la fibre des contenants multicouches de lait et de jus recyclables, une première pancanadienne.

Desjardins investit 60,5 M$ pour acquérir DuProprio

Le Mouvement Desjardins a annoncé l’achat de la société canadienne de portefeuille de l’entreprise britannique Purplebricks qui comprend l’entreprise d’origine lévisienne DuProprio ainsi que l’entreprise installée au Canada anglais Purplebricks Canada, le 15 juillet.

L'incubateur de Lévis Ag-Bio Centre reçoit 300 000 $

L'incubateur d'entreprises basé à Lévis, Ag-Bio Centre, a reçu une aide de 300 000 $ de Développement économique Canada (DEC). L'organisation soutient les jeunes pousses dans les domaines de l'agroalimentaire, les biotechnologies et en sciences de l’environnement.