Luc Ouellet, spécialiste des relations gouvernementales de National, était de passage à la CCL à la suite des élections fédérales. CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Dans le cadre d’un déjeuner de la Chambre de commerce de Lévis (CCL), le spécialiste des relations gouvernementales auprès du cabinet de relations publiques National, Luc Ouellet a décortiqué le résultat de la dernière campagne électorale devant les gens d’affaires lévisiens, le 23 octobre dernier. Il a dessiné un portrait incertain pour les enjeux québécois.

Tout d’abord, M. Ouellet a déploré les stratégies des différents partis politiques tout au long de la campagne électorale. Selon lui, avec la mise en place d’une date fixe pour les élections, les organisations politiques pouvaient anticiper l’arrivée de ces élections et n’ont pas livré la marchandise.

Au niveau provincial, le Bloc québécois (BQ) a bien fait, mais il en avait beaucoup moins sur son plateau que les autres partis fédéraux, selon lui. «Les autres leaders (de parti politique) doivent tenir compte des enjeux des autres provinces que ce soit à propos des questions énergétiques qui sont omniprésentes en Alberta, par exemple, ou la question environnementale. Ils doivent avoir un discours qui est rassembleur à Calgary, mais qui fait aussi l’unanimité au Québec», a-t-il remarqué.

Pour ce qui est des débats, Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada (PCC) a, selon le représentant de National, été le grand perdant, surtout pour les débats en français. M. Ouellet croit que la langue a été le plus grand obstacle du chef conservateur.

Un gouvernement minoritaire

«M. Trudeau (premier ministre du Canada) sera challengé sur la réforme du scrutin puisque c’est une promesse qu’il avait faite en 2015 qu’il n’a pas réalisée. Si c’était arrivé, il ne serait plus au pouvoir aujourd’hui», a remarqué l’analyste. En effet, les libéraux ont récolté 33,1 % du vote populaire contre 34,4 % pour les conservateurs.

Malgré la renaissance du Bloc québécois, M. Ouellet a pointé du doigt qu’il ne possèdera pas la balance du pouvoir, ce sera plutôt le Nouveau parti démocratique (NPD) qui le détiendra. «Le soir de l’élection, Jagmeet Singh (chef du NPD) tenait un discours comme s’il avait gagné les élections, malgré qu’il ait perdu une vingtaine de sièges. Pourquoi? Parce qu’il détient la clé de l’avenir du gouvernement», a expliqué M. Ouellet. 

Cette minorité poussera le gouvernement libéral à s’allier avec tous les partis pour pouvoir faire avancer ses projets, a avancé l’expert.

L’avenir du Québec

Étant donné les relations plutôt houleuses entre François Legault, premier ministre du Québec, et Justin Trudeau, le futur est incertain pour le Québec, selon M. Ouellet. «Je suis inquiet du rapport de force que M. Legault devra établir avec M. Trudeau», a-t-il soulevé. À ses yeux, on devra s’attendre à ce que le projet d’un rapport d’impôt unique soit avorté et que la loi sur la laïcité soit contestée par le gouvernement fédéral.

«Avec un gouvernement minoritaire, les acteurs locaux pour le dossier du troisième lien devront faire une plus grande preuve de leadership encore parce qu’on risque de le remettre en question», a-t-il averti les acteurs régionaux.

Outre d’établir des rapports favorables entre M. Legault et M. Trudeau, le gouvernement libéral pourrait donner un outil de poids à la région en misant sur les deux députés qu’il a conservés dans les comtés de Québec (Jean-Yves Duclos) et Louis-Hébert (Joël Lightbound). «Si Trudeau souhaite lancer un signal comme quoi la région est importante, il pourrait nommer Joël Lightbound ministre. Ça donnerait une force supplémentaire à la région», a conclu M. Ouellet.

Les plus lus

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

L'Entre-Côte Riverin ouvre ses portes à Saint-Romuald

Le restaurant Entre-Côte Riverin de Saint-Romuald, un établissement du Groupe D Resto, ouvre ses portes aujourd'hui.

Nouveaux propriétaires pour les Portes du Québec

Stéphanie Poitras et son conjoint Simon Lachance ont acquis, le 1er octobre, les Portes du Québec, une entreprise lévisienne spécialisée dans la vente, l’installation et la réparation de portes de garage Garaga.

Lévis se distingue au gala des prix Nobilis

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) – région de Québec, a dévoilé, le 28 novembre, les 21 projets lauréats d’un Prix Nobilis 2019, dans le cadre de la 33e édition de son gala, célébrant l’excellence en habitation sur le territoire de l’APCHQ - région de Québec. Plusieurs projets réalisés par des entrepreneurs lévisiens ou à Lévis ont été honorés...

Un centre d’entraînement dans le quartier Miscéo

Gym Facteur 23 a officiellement ouvert ses portes le 14 décembre dernier.

La semaine de la Poutine bientôt de retour

C’est du 1er au 7 février prochain que se tiendra la huitième édition de La semaine de la Poutine (Poutine Week). 96 établissements de la grande région de Québec prendront part à la compétition culinaire amicale, dont plusieurs de Lévis.

Retour d’un important rendez-vous pour les chercheurs d’emploi

La neuvième édition du Salon de l’emploi Lévis-Bellechasse aura lieu les 13 et 14 mars, au Centre de congrès et d’expositions de Lévis.

Un nouveau chef à L’intimiste

Martin Patry, propriétaire du restaurant L’intimiste, a annoncé, le 27 janvier, la venue d’un nouveau chef à son restaurant. Depuis les dernières semaines, Guillaume Mundviller (sur la photo) est à la barre des cuisines de l’établissement du Vieux-Lévis.

L’École des entrepreneurs du Québec s’implantera à Lévis

En pleine croissance, l’École des entrepreneurs du Québec (EEQ) créera quatre nouveaux campus. La Chaudière-Appalaches fait partie des quatre régions retenues avec les Laurentides, la Montérégie et le Saguenay−Lac-Saint-Jean.