Après avoir œuvré pendant plus de 50 ans dans le domaine funéraire, Richard Turgeon prendra bientôt une retraite amplement méritée. CRÉDIT : COURTOISIE

En décembre, Richard Turgeon, conseiller aux projets spéciaux et thanatologue au Groupe Garneau ainsi qu’ancien propriétaire de Gilbert & Turgeon, prendra sa retraite. Ce sera la conclusion d’une carrière de 46 ans où le Lévisien a supporté de nombreuses familles du quartier Lévis dans leur processus de deuil. Portrait d’un homme de cœur qui aura marqué de son empreinte la ville, autant au niveau des affaires qu’au sein de la vie communautaire.

C’est en 1973, à l’âge de 20 ans que Richard Turgeon s’est officiellement joint à l’équipe de Gilbert & Turgeon, la maison funéraire codétenue par son père, Charles-Édouard Turgeon, avec Maurice Gilbert. Toutefois, il donnait déjà un coup de main à l’entreprise depuis déjà quelques années.

«Dans ma famille, nous étions neuf enfants et à cette époque-là, l’argent ne courait pas les rues. Mon père se faisait souvent payer 0,50 $ ou 2 $ par semaine pour rembourser les funérailles. Aussi, à l’époque, nous offrions le service d’ambulance. Mais on se faisait souvent demander de créditer le transport en ambulance quand il y avait un décès, qui coûtait peut-être 3 ou 4 $. Alors, à l’âge de 13 ans, je lavais les voitures et je faisais le ménage des salons», partage-t-il.

Un métier qui devient une passion

 À force d’être plongé dans ce domaine, Richard Turgeon a développé un amour pour la profession de thanatologue et il a ensuite pris les rênes de l’entreprise familiale. Si l’entreprise était déjà centenaire (fondée en 1883 par Charles Moisan), le jeune homme d’affaires a également eu sa part de défis.

«La variété des tâches m’a attiré au départ. Il faut gérer la flotte de véhicules, le parc immobilier, le personnel et organiser des funérailles. J’aime organiser des choses, les structurer et les faire évoluer. […] Ça arrivait souvent que mon père doive se lever à 2h ou 3h du matin pour signer un contrat ou aller chercher un corps, puisque les funérailles devaient se dérouler très rapidement après le décès. Quand j’ai pris la tête, j’ai revu la structure et l’offre de services pour que l’entreprise s’adapte aux changements de mœurs, notamment la fin de l’omniprésence de la religion dans les rituels funéraires», explique M. Turgeon.

Plusieurs années plus tard, après une longue période de réflexion, Richard Turgeon a vendu son entreprise, en 2014, au Groupe Garneau, une entreprise familiale partageant plusieurs valeurs communes avec Gilbert & Turgeon.

Depuis ce temps et jusqu’à sa retraite prochaine, Richard Turgeon a partagé son expertise avec la famille Garneau contribuant notamment à donner vie au nouveau complexe funéraire Blais, Gilbert & Turgeon, le plus bel accomplissement de sa carrière professionnelle selon lui. Il espère d’ailleurs que les gens du quartier Lévis s’approprieront davantage ce lieu au cours des prochaines années, où Gilbert & Turgeon perdurera à travers le temps.

Un hyperactif de l’implication

En plus de ses nombreuses années de carrière dans le domaine funéraire, Richard Turgeon s’est impliqué au sein de nombreuses causes lévisiennes. Fondation Hôtel-Dieu de Lévis, Club Rotary de Lévis, Chambre de commerce de Lévis ou Caisse Desjardins de Bienville sont quelques-unes des organisations qui ont pu compter sur l’entrepreneur. 

«L’implication, c’est une seconde nature pour moi. Je suis actif sept jours sur sept depuis que j’ai 13 ans. Alors, donner un coup de main à des organismes, ça s’est fait naturellement. […] En tant que membre de la communauté lévisienne, je veux que ma ville se développe», illustre-t-il.

Parmi les nombreuses implications, sa plus grande fierté demeure le travail qu’il a fait pour le Journal de Lévis. En plus d’être l’un de ses fondateurs, il a été pendant 17 ans le président du conseil d’administration de la coopérative. «Avec Sandra (Fontaine, la directrice générale du Journal), nous avons bâti ce média de A à Z. Nous avons passé à travers des hauts et des bas, mais maintenant le Journal est bien établi à Lévis», affirme-t-il avec fierté.

Quittant sa carrière de thanatologue «l’âme en paix», Richard Turgeon profitera désormais d’une retraite amplement méritée. Mais pas question pour cet hyperactif de s’asseoir puisqu’il a déjà plein de projets en tête.

«Je serai toujours actif, mais je ne voulais plus avoir des rendez-vous sept jours sur sept. Je vais continuer mes cours de piano. Je me suis aussi découvert des talents de bricoleur et j’ai renoué avec la photo. J’adore ces passe-temps puisque tu ne penses qu’à une chose pendant que tu les pratiques. Aussi, je vais continuer de m’occuper de mes petits-enfants», conclut M. Turgeon.

Les plus lus

C'est la fin pour le Cosmos Café Lévis

La COVID-19 aura eu raison d'un autre commerce lévisien. Les associés derrière la chaîne de restaurants Cosmos ont annoncé, le 16 juin, à leurs employés et à leurs partenaires qu'un processus est en cours afin de vendre l'établissement de Lévis, situé dans le quartier Miscéo.

Le Pacini de Lévis définitivement fermé?

Un autre restaurant lévisien sera vraisemblablement une nouvelle victime de la COVID-19. Selon un article de La Presse, le restaurant Pacini de Lévis n'ouvrira plus ses portes.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l’occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l’occasion de la fête du Canada. 

Se réinventer pour passer à travers

Entreprise événementielle florissante basée à Saint-Nicolas, le Groupe Satir Productions a été durement frappé par le confinement mis en place par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19. Cependant, la firme a développé de nouveaux services afin de poursuivre ses activités et rappeler ses salariés au boulot.

La COVID-19 a raison d'un gym lévisien

Energiegym, le centre d'entraînement de Saint-Romuald qui était également responsable du club de boxe Energybox, a annoncé sa fermeture définitive en raison de la crise de la COVID-19.

Un nouvel honneur pour le Quality Inn & Suites de Lévis

Dans le cadre des prix Satisfaction de la clientèle 2020, Choice Hotels Canada a remis le prix Platine au Quality Inn & Suites de Lévis. Cette distinction récompense les hôtels canadiens «pour leur excellence opérationnelle et leur dévouement à offrir un service de qualité supérieure».

Lettre ouverte - L’acquisition d’un traversier d’outre-mer par le gouvernement fédéral sera-t-elle vraiment une solution temporaire?

Le gouvernement fédéral a fait l’annonce, la semaine dernière, de l’acquisition d’un traversier espagnol, le NM Villa de Teror, pour desservir les Îles-de-la-Madeleine. Bien qu’il s’agisse officiellement d’une solution dite «temporaire», en attendant la construction d’un navire de remplacement permanent par le Chantier Davie, la situation nous inquiète et nous amène à demander des précisions au go...

Unis pour Lévis : une initiative pour l’achat local

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a lancé Unis pour Lévis dans le cadre du programme de Desjardins Du cœur à l’achat sur la plateforme La Ruche, le 29 juin. La CCL souhaite récolter 25 000 $ pour les entreprises d’ici et Desjardins s’engage à remettre le même montant qui sera amassé, jusqu’à concurrence de 25 000 $, à deux organismes qui se le partageront, c’est-à-dire l’ADOberge et la Fondati...

Soupir de soulagement pour les restaurateurs

Privés de leur salle à manger depuis la mi-mars en raison de la COVID-19, les restaurateurs ont dû faire des pieds et des mains pour maintenir leur commerce en vie. Depuis le 15 juin, les restaurants ont obtenu le feu vert de la Santé publique, tout en respectant les règles établies entourant la situation de pandémie, afin d’accueillir de nouveau leur clientèle dans leur salle à manger.

Un gadget pour faire respecter la distanciation sociale

Désirant aider ses homologues à ce niveau, Innovex, une entreprise de Saint-Nicolas, a récemment conclu un partenariat avec la firme italienne AME afin de distribuer sur le marché canadien l’EGOpro, un distanciateur qui permet de s’assurer que les personnes se trouvant dans une usine ou un commerce respectent la distance de deux mètres entre chacune d’entre elles.