La ministre déléguée au Développement économique régional et responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, a annoncé l’expansion du réseau de l’EEQ.

En pleine croissance, l’École des entrepreneurs du Québec (EEQ) créera quatre nouveaux campus. La Chaudière-Appalaches fait partie des quatre régions retenues avec les Laurentides, la Montérégie et le Saguenay−Lac-Saint-Jean.

La ministre déléguée au Développement économique régional et responsable de la Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, en a fait l’annonce le 24 janvier, dans les locaux de l’entreprise Jambette, à Lévis. Une aide de 7 M$ a été accordée par le gouvernement du Québec pour financer l’expansion de l’École.

«Notre objectif, avec cette expansion, est de faciliter l’accès à des formations sur mesure pour bonifier les compétences des entrepreneurs en région. Nous souhaitons ainsi que chaque région se développe selon ses spécificités», a-t-elle souligné.

Fondé en 2018, l’organisme à but non lucratif soutient les entrepreneurs qui veulent acquérir les aptitudes nécessaires au démarrage, à la croissance ou la reprise d’une entreprise. Le réseau est déjà implanté à Montréal, en Outaouais, au Bas-Saint-Laurent et en Mauricie.

Faire de Lévis une ville d’innovation

C’est la direction du développement économique et de la promotion de la Ville qui a porté la candidature régionale pour accueillir l’un des nouveaux campus de l’EEQ. Lévis recevra un financement annuel de 400 000 $. «Le milieu s’engage à ajouter environ 40 % de cette somme, dont 10 % de la Ville. Donc, nous allons mettre 40 000 $ par année», a précisé le maire de Lévis Gilles Lehouillier, en marge de la conférence de presse.

«Nos entreprises sont rendues à un carrefour avec de grands défis à relever, comme la main-d’œuvre, la robotisation ou l’évolution très rapide des nouvelles technologies. L’École des entrepreneurs va aider nos entreprises à s’actualiser et va les accompagner pour faire face aux défis d’avenir», a-t-il salué. 

L’antenne lévisienne s’installera temporairement sur le campus de Lévis de l’UQAR, en attendant que le Carrefour d’innovation et d’entrepreneuriat de Lévis (CIEL) souhaité par la municipalité voit le jour.

«On y travaille avec, entre autres, le Cégep de Lévis-Lauzon et AG-Bio Centre, a expliqué le maire. On attend d’avoir la confirmation des aides gouvernementales, ce n’est pas encore arrivé. On aimerait bien pouvoir démarrer ce projet d’ici un an ou deux.» La Ville espère recevoir un financement de 3 à 4 M$.

La Ville avait présenté le CIEL comme un organisme destiné à soutenir l’émergence et le développement de nouvelles entreprises en leur offrant des locaux à coût abordable, des espaces collaboratifs, des services d’incubation et d’accélération d’affaires, des laboratoires d’expérimentation ainsi que des services de validation technologique et de développement des compétences entrepreneuriales. Ce centre serait situé à l’Innoparc.

Ces projets s’inscrivent dans une vision plus large de la Ville qui a mis l’innovation au cœur de ses projets de développement économique. En avril 2019, la Ville avait reçu 10 M$ du gouvernement du Québec afin de réaliser les étapes d’acquisition, de valorisation et de décontamination de terrains préalablement identifiés en vue d’une reconnaissance en tant que zones d’innovation.

«On est en train de développer deux pôles», a fait valoir le maire. À terme, l’Innoparc et le Dataparc, dédié au développement des technologies de l’intelligence artificielle, pourraient donc être reconnus officiellement comme zones d’innovation et bénéficier du même coup de programmes de financement particuliers ou de mesures fiscales avantageuses accordées par le gouvernement du Québec.

Les plus lus

Les fournisseurs de la Davie déjà à pied d’œuvre

À l’aube de l’inclusion de la Davie au sein de la Stratégie nationale de construction navale, plus de 200 fournisseurs se sont rassemblés le 28 janvier à Lévis lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie Canada.

Saint-Vallier : La Mauve en danger

La coopérative La Mauve de Saint-Vallier, qui se spécialise dans la transformation et la distribution de produits bio et locaux, notamment à Lévis, vit des moments difficiles.

Une bourse d’honneur pour le Bunker de la science

Dans le cadre d’une initiative du gouvernement du Québec, David Bertrand, cofondateur du Bunker de la science situé dans le secteur de la Traverse, s’est mérité une bourse de 25 000 $ et 1 an de mentorat offert par le Réseau M de la Fondation de l’entrepreneurship.

Nouveaux propriétaires pour les Portes du Québec

Stéphanie Poitras et son conjoint Simon Lachance ont acquis, le 1er octobre, les Portes du Québec, une entreprise lévisienne spécialisée dans la vente, l’installation et la réparation de portes de garage Garaga.

Celco fermera ses portes

Selon ce que rapporte Radio-Canada, l'usine de portes Celco, propriété de la multinationale Masonite située dans le parc industriel de Saint-Romuald, fermera ses portes. 60 personnes perdront leur emploi au cours des prochains mois en raison de cette décision.

L'Entre-Côte Riverin ouvre ses portes à Saint-Romuald

Le restaurant Entre-Côte Riverin de Saint-Romuald, un établissement du Groupe D Resto, ouvre ses portes aujourd'hui.

Lévis se distingue au gala des prix Nobilis

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) – région de Québec, a dévoilé, le 28 novembre, les 21 projets lauréats d’un Prix Nobilis 2019, dans le cadre de la 33e édition de son gala, célébrant l’excellence en habitation sur le territoire de l’APCHQ - région de Québec. Plusieurs projets réalisés par des entrepreneurs lévisiens ou à Lévis ont été honorés...

Un centre d’entraînement dans le quartier Miscéo

Gym Facteur 23 a officiellement ouvert ses portes le 14 décembre dernier.

La semaine de la Poutine bientôt de retour

C’est du 1er au 7 février prochain que se tiendra la huitième édition de La semaine de la Poutine (Poutine Week). 96 établissements de la grande région de Québec prendront part à la compétition culinaire amicale, dont plusieurs de Lévis.

Un nouveau chef à L’intimiste

Martin Patry, propriétaire du restaurant L’intimiste, a annoncé, le 27 janvier, la venue d’un nouveau chef à son restaurant. Depuis les dernières semaines, Guillaume Mundviller (sur la photo) est à la barre des cuisines de l’établissement du Vieux-Lévis.