La Chambre de commerce de Lévis demande aux entreprises de les informer par rapport à la situation difficile qu’elles vivent actuellement reliée à la COVID-19. CRÉDIT : ARCHIVES

La situation mondiale actuelle en ce temps de la COVID-19 est très difficile pour plusieurs secteurs d’activités, dont le secteur économique. Les entreprises de la région sont débordées ou contraintes de fermer temporairement leurs portes. Plusieurs mesures ont été mises sur pied, mais la situation ne cesse d’évoluer.

«Les entreprises ne sont pas en panique, mais plutôt découragées. Il y a eu de la gestion de crise à l’interne, ça, c’est passé. Ils sont en train de s’organiser. Là, ils essaient de prévoir ce qui rentrera et ce qui ne rentrera pas dans les jours à venir. Malheureusement, les mises à pied ont commencées et les fermetures temporaires se multiplient», met en lumière Marie-Josée Morency, directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis (CCL).

Afin de faire face à cette situation difficile et incertaine, la CCL redouble d’ardeur pour soutenir et conseiller les entrepreneurs de la région. De concert avec la Ville de Lévis, la CCL sonde actuellement les entreprises de la région pour connaître le pouls sur le terrain et leurs besoins. Elle a aussi créé une page sur son site Web appelée Cellule d’entraide où toutes les informations nécessaires aux entrepreneurs pour faire face à la situation sont rassemblées. Pour la consulter, vous pouvez visiter le www.cclevis.ca, sous l’onglet Votre chambre, à la rubrique Cellule d’entraide CCL-Covid-19.

«Tous les jours, on a des rencontres avec les autres chambres de commerce du Québec et la fédération. On a même la chance de discuter avec des ministres. On parle avec les gouvernements fédéral et provincial ainsi qu’avec la municipalité. On est très agile actuellement, mais il faut que les entreprises nous alimentent pour bien les diriger vers les bonnes ressources», souligne la directrice générale.

Pour Marie-Josée Morency, la COVID-19 laissera une trace indélébile dans la communauté entrepreneuriale. «Il y a beaucoup d’introspection qui se fait chez les entrepreneurs en ce moment. Je pense qu’il va avoir du positif qui ressortira de ça, mais c’est trop tôt pour le voir, croit-elle. Dans la communauté lévisienne, si on peut se serrer les coudes et acheter local, je pense qu’on peut réussir à passer à travers ça.»

L’industrie du voyage débordée

Les agences de voyages sont actuellement surchargées puisqu’elles doivent rapatrier leurs clients au pays et annuler bon nombre de voyages prévus au cours des prochains mois. «Depuis le début de l’hiver, on voyait la situation du coronavirus s’étendre plus loin que la Chine. Donc, on surveillait ça de près pour réagir en temps et lieu. Disons que cela demande énormément de travail pour notre agence afin d’assurer la sécurité des voyageurs qui font affaire avec nous», explique Jérôme Demers, propriétaire et associé chez Voyage Vasco Lévis.

Ce dernier assure que son équipe travaille du matin au soir à répondre aux différentes demandes urgentes de leurs clients malgré que peu de revenus sont liés à cette charge de travail. M. Demers a été en mesure de rapatrier un groupe de voyageurs qui se situait dans un pays de l’Amérique latine qui fermait progressivement son espace aérien interne. Il leur a trouvé des billets sur le dernier vol intérieur du pays qui les amènerait vers la capitale puis vers le Canada.

«C’est beaucoup de travail, mais on était un peu préparé à ça. On n’a pas été pris de cours, mais c’est une immense charge de travail», mentionne-t-il.

Les salons d’esthétique et de coiffure fermés

Œuvrant dans l’industrie de l’esthétique depuis 15 ans, Julie Fontaine travaille à son compte comme esthéticienne. Son entreprise se situe à son domicile. L’entrepreneure avait déjà décidé de fermer les portes de son commerce par responsabilité sociale, le 19 mars dernier, soit trois jours avant l’annonce gouvernementale qui oblige maintenant les salons d’esthétique, de coiffure et de soins personnels à fermer boutique. 

«Au-delà de l’aspect financier, on ne veut pas perdre notre clientèle, c’est tellement difficile à se faire, mais tellement facile à perdre», expose Mme Fontaine.

Elle qui avait mis en place des mesures afin de s’assurer de ne pas se contaminer ou que ses clients s’infectent dans son commerce, jugeait que la situation était trop critique pour continuer les activités de son entreprise. Malgré tout, ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elle a pris cette décision. 

«C’est une grosse décision à prendre parce qu’on est dans l’inconnu», soutient l’esthéticienne.

Les plus lus

C'est la fin pour le Cosmos Café Lévis

La COVID-19 aura eu raison d'un autre commerce lévisien. Les associés derrière la chaîne de restaurants Cosmos ont annoncé, le 16 juin, à leurs employés et à leurs partenaires qu'un processus est en cours afin de vendre l'établissement de Lévis, situé dans le quartier Miscéo.

Des temps difficiles pour le Boule-O-Drome

Dans l’obligation de fermer ses portes en raison de la pandémie depuis le 15 mars, Claire Nolet, propriétaire de l’établissement, attend impatiemment que le gouvernement du Québec la laisse ouvrir son salon de quilles.

Ouverts ou fermés le 24 juin et le 1er juillet?

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a tenu à rappeler aux commerçants et aux consommateurs, le 16 juin, que les commerces de détail devront fermer leurs portes au public le mercredi 24 juin, à l’occasion de la Fête nationale du Québec, et le mercredi 1er juillet, à l’occasion de la fête du Canada. 

Lévis présente son plan de match pour favoriser l’achat local

C’est notamment en compagnie de Philippe Meurant, le directeur du développement économique et de la promotion de la municipalité, que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a dévoilé, le 11 juin le plan de match de la Ville pour favoriser l’achat local au cours des prochains mois. Avec entre autres la mise en place d’un nouveau portail territorial transactionnel, Lévis veut inciter ses citoyens à ...

La COVID-19 a raison d'un gym lévisien

Energiegym, le centre d'entraînement de Saint-Romuald qui était également responsable du club de boxe Energybox, a annoncé sa fermeture définitive en raison de la crise de la COVID-19.

Un nouvel honneur pour le Quality Inn & Suites de Lévis

Dans le cadre des prix Satisfaction de la clientèle 2020, Choice Hotels Canada a remis le prix Platine au Quality Inn & Suites de Lévis. Cette distinction récompense les hôtels canadiens «pour leur excellence opérationnelle et leur dévouement à offrir un service de qualité supérieure».

Coiffure et esthétique : une réouverture attendue

C’est le lundi 1er juin qu’ont rouvert les salons de coiffure et d’esthétique du Québec. Les mesures obligatoires demandent de l’adaptation, mais les clients sont au rendez-vous. Les salons sont débordés et ceux de Lévis ne font pas exception, trois propriétaires nous font part de leur situation.

Relance économique : L'AGRTQ réitère l'importance de considérer le développement du logement social

Déplorant que le gouvernement du Québec ait fait «complètement fi du logement social et communautaire de sa relance post-COVID-19», l’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) a tenu à rappeler l’importance de cet enjeu dans un mémoire déposé dans le cadre de l’étude du projet de loi 61. Concrètement, l’AGRTQ demande au gouvernement d’inclure le logement social et communau...

Unis pour Lévis : une initiative pour l’achat local

La Chambre de commerce de Lévis (CCL) a lancé Unis pour Lévis dans le cadre du programme de Desjardins Du cœur à l’achat sur la plateforme La Ruche, le 29 juin. La CCL souhaite récolter 25 000 $ pour les entreprises d’ici et Desjardins s’engage à remettre le même montant qui sera amassé, jusqu’à concurrence de 25 000 $, à deux organismes qui se le partageront, c’est-à-dire l’ADOberge et la Fondati...

L'économie lévisienne et la pandémie de 1918

Contrairement à la crise sanitaire actuelle où l'économie lévisienne tournait, il y a à peine trois mois, à plein régime, la pandémie de la grippe espagnole de 1918 survient dans un Lévis aux prises avec des difficultés économiques depuis des années.