La région de la Chaudière-Appalaches connaîtra les mêmes défis qu’avant la pandémie lors de sa relance économique, c’est-à-dire l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre. CRÉDIT : GILLES BOUTIN

Selon les dernières prévisions de Desjardins, la reprise du niveau d’activité économique que la province connaissait avant la pandémie devrait être atteinte d’ici la mi-2022. Pour le moment, le Québec connaît un rebond économique à la suite du déconfinement des entreprises et des individus.

«On parle d’une reprise à court ou moyen terme. Certaines économies vont se redresser plus rapidement, mais pour l’ensemble des régions du Québec, on croit que c’est à la mi-2022 qu’on devrait avoir récupéré le terrain perdu», rapporte Chantal Routhier, économiste senior et auteure de cette étude.

Toutes ces prévisions sont conditionnelles à l’arrivée ou non d’une deuxième vague de la COVID-19 qui pourrait déferler sur la province ainsi qu’à son intensité. Ces données pourraient donc être revues à la baisse dans le cas d’un scénario catastrophique.

Les mesures de confinement ont plongé la province dans un déclin économique important portant le taux de chômage de l’ensemble du Québec de 4,9 % en février dernier à 13,8 % en juin, son plus haut sommet depuis la crise de la COVID-19. En Chaudière-Appalaches, le taux de chômage se situait à 3,5 % en février et a atteint son sommet en juin à 10,6 %. Selon les données du mois de juillet dernier, le taux de chômage s’est redressé dans la province passant à 11,3 % et à 6,2 % en Chaudière-Appalaches.

Également, le gouvernement provincial contribue au redressement de l’économie en faisant appel à l’ensemble des régions. «Le gouvernement du Québec a demandé à chacune des régions d’effectuer un plan de relance économique. Ces plans devaient cibler trois projets distincts dans trois secteurs et devaient pouvoir se réaliser dans les prochains 6 à 18 mois. Ce sont des projets à court terme qui sont porteurs qui vont aider à la relance», souligne, Mme Routhier.

La situation de la Chaudière-Appalaches

Plus précisément dans la région de la Chaudière-Appalaches, la relance économique va bon train puisque la région a été dans les plus épargnées économiquement parlant. Selon la Grande enquête sur les impacts économiques régionaux de la COVID-19 menée par la Fédération des Chambres de commerce du Québec en mai dernier, la Chaudière-Appalaches se situait au cinquième rang sur 16 des régions les moins impactées par la situation pandémique.

Malgré qu’elle soit identifiée comme région manufacturière, la Chaudière-Appalaches a été mesure de maintenir le cap grâce aux autres secteurs d’activités présents sur son territoire, comme les entreprises de services et financières ainsi que la bonne performance du secteur du bois qui a connu une hausse de prix importante. «On a une économie de services en parallèle qui est bien développée et qui est venue assurer une certaine stabilité par rapport à certaines de ses consœurs», illustre l’économiste.

Le secteur agricole très présent sur le territoire se tire également bien d’affaire. «Les perspectives sont favorables pour le secteur de l’agriculture, on a vu qu’il y a eu des pertes d’emplois, mais ce n’est pas un secteur qui a été des plus affectés […] les mises à pied ont été relativement limitées. La relance de l’emploi jusqu’à la fin de l’année présage des perspectives favorables. Pour 2021 et 2022, on a des perspectives favorables aussi», explique Chantal Routhier.

Selon l’économiste, les défis qui attendent la Chaudière-Appalaches restent les mêmes qu’avant la pandémie, c’est-à-dire l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre. La région avait le taux de chômage le plus bas dans la province avant la pandémie et détient toujours cette palme.

Les plus lus

Une situation difficile pour les entrepreneurs

Depuis qu’une partie de la Chaudière-Appalaches est passée au palier d’alerte rouge, plusieurs mesures ont été mises en place, dont la fermeture de certains commerces et établissements de la région. Cette situation est de plus en plus difficile à vivre pour les entrepreneurs concernés.

Des producteurs avec le vent dans les voiles

Si l’année 2020 a été difficile pour plusieurs entrepreneurs de la région, les derniers mois ont été fort occupés pour les propriétaires de Camerises Saint-Philippe, Denis Carrier et Nancy Jacques. En plus de permettre de nouveau l’autocueillette du cousin du bleuet et la vente de produits transformés à partir de la camerise, l’entreprise de Saint-Anselme s’est aussi lancée dans la production d’al...

Une école de conduite 100 % électrique à Lévis

Toute la flotte de la première succursale lévisienne de Vachon École de conduite supérieure, qui vient d’ouvrir ses portes sur la rue Fortier, est électrique. Une première au Québec. Depuis trois ans, l’entreprise beauceronne a pris le virage pour remplacer les voitures à essence.

La ristourne de Desjardins bientôt versée

Par voie de communiqué, Desjardins a annoncé, le 6 octobre, que les ristournes individuelles de ses membres seront versées au cours des prochaines semaines.

Boom des ventes et constructions immobilières dans la région

Selon les données de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) et de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), le marché immobilier et les mises en chantier d’habitations en Chaudière-Appalaches sont à la hausse depuis 2020.

La ristourne de Desjardins bientôt versée

Par voie de communiqué, Desjardins a annoncé, le 6 octobre, que les ristournes individuelles de ses membres seront versées au cours des prochaines semaines.

Une santé mentale fragilisée chez les entrepreneurs

Depuis que Lévis est au palier d’alerte rouge, une deuxième vague de fermetures temporaires a été demandée par la Santé publique. Une situation qui inquiète particulièrement Marie-Josée Morency, vice-président exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis (CCL).

Lettre d'opinion - Les cinémas ne doivent pas servir de bouc émissaire

Monsieur le Premier Ministre, c’est avec stupeur et consternation que nous avons appris lundi que votre gouvernement a décidé de fermer les salles de spectacle, les musées et les cinémas pendant 28 jours dans les zones rouges. Cela signifie qu’environ cinq millions de Québécoises et de Québécois seront privés de ces lieux culturels, qui se sont pourtant avérés sécuritaires. cteur.

Une dernière année marquée par la COVID-19 à la CCL

C’est le 30 septembre que la Chambre de commerce de Lévis (CCL) a tenu son assemblée générale annuelle (AGA), en mode hybride. La rencontre a permis aux dirigeants de l’organisme représentant les entreprises de la région de dresser le bilan de l’année 2019-2020, marquée par les impacts économiques de la crise sanitaire.

Le Benny&Co de Lévis ouvre ses portes

Benny&Co a ouvert son 63e restaurant à Lévis, aujourd'hui, dans les anciens locaux du restaurant PFK du quartier Lévis.