François Pelletier, Caroline Napert, Dominic Napert et Eva Bastien ont fondé Roger Bontemps. CRÉDIT : COURTOISIE

Depuis plus de trois ans, quatre Lévisiens, Dominic Napert, sa conjointe Eva Bastien, sa sœur Caroline et son beau-frère François Pelletier, vivent leur rêve par l’entremise de leur entreprise Roger Bontemps. En plus d’avoir pu démarrer leur projet entrepreneurial, le groupe vend littéralement du bonheur puisque Roger Bontemps se spécialise dans la production d’un jeu méconnu, mais de plus en plus populaire : le Mölkky.

L’aventure de Roger Bontemps s’est amorcée après une simple journée entre amis à l’extérieur. C’est à ce moment que Dominic Napert a découvert le Mölkky, plus communément appelé jeu de quilles finlandaises au Québec, grâce à un ami qui possédait ce jeu.

Rappelons que le principe du Mölkky est de faire tomber des quilles en bois à l’aide d’un lanceur du même nom que le jeu. Les quilles sont marquées de 1 à 12. La première équipe arrivant à totaliser exactement 50 points gagne la partie. Au début d’une partie, elles sont placées à trois ou quatre mètres des joueurs. Lorsqu’une quille a été abattue, on la relève juste là où elle se trouve, sans la soulever. C’est ainsi qu’au cours de la partie, les quilles s’éparpillent et s’éloignent.

Le résident de Saint-Rédempteur a été conquis par le concept de ce passe-temps idéal lors d’activités entre amis ou avec des membres de sa famille. Il a alors convaincu sa conjointe, sa sœur et son beau-frère de concrétiser leur désir de se lancer en affaires en créant une entreprise qui allait produire ce jeu.

Pour illustrer tout le plaisir que peut procurer ce jeu, l’image liée au qualificatif Roger Bontemps, qui désigne un bon vivant, un compagnon peu enclin aux conflits, une personne joviale qui ne cherche qu’à avoir du plaisir sans se casser la tête, a été choisie comme marque pour l’entreprise. D’ailleurs, l’entreprise produit des «12 à Roger» plutôt que des jeux de Mölkky afin de se coller à son image de marque.

«C’est un jeu très intéressant qui fait changement de nos traditionnels jeux lors de nos réunions de famille ou entre amis, comme les washers ou les fers. Le jeu de quilles finlandaises peut amener une compétition bon enfant tout en étant accessible à tout le monde. C’est un jeu qui n’est pas très compliqué et qui est très rassembleur», explique Dominic Napert.

Le vent dans les voiles

 Si à ses débuts Roger Bontemps a permis de créer des 12 à Roger pour les amis de ses propriétaires, les activités de l’entreprise lévisienne ont ensuite pris de l’ampleur. Les quatre propriétaires de Roger Bontemps ont donc dû mettre en place un processus de production bien serré puisqu’ils ne peuvent encore gagner leur vie grâce aux activités de leur entreprise.

En effet, ce sont les quatre Lévisiens qui coupent le bois franc, le sablent ainsi qu’emballent et distribuent les jeux. Selon Dominic Napert, ce souci de la qualité du produit a permis à Roger Bontemps de se distinguer et d’occuper la place qu’elle détient désormais.

Son jeu de quilles finlandaises est disponible dans près d’une vingtaine de magasins au Québec. Avec la popularité grandissante du camping et des chalets en raison de la pandémie, les ventes de l’entreprise lévisienne ont explosé en 2020. L’an dernier, Roger Bontemps a doublé son chiffre d’affaires.

Devant ses succès, Roger Bontemps a franchi une autre étape en avril alors que l’entreprise a déménagé ses pénates dans un espace plus grand à Saint-Rédempteur. De plus, l’entreprise a fait l’acquisition d’une machine au laser pour graver elle-même ses quilles et aussi offrir ce service à ses clients pour d’autres produits.

Grâce à ces changements, Roger Bontemps peut répondre à la demande grandissante pour ses produits ainsi que développer un volet corporatif. Avec sa machine au laser, l’entreprise peut concevoir et notamment personnaliser des ensembles de Mölkky avec les logos d’entreprise.

Les plus lus

Des bars tiki flottants faits à Lévis

Le Lévisien Dany Rodrigue a lancé à la mi-mars son entreprise Tiki Québec. Celui qui exerçait le métier de consultant en génie civil a profité d’une pause de travail occasionnée par la pandémie pour se mettre à l’ouvrage et développer une idée d’entreprise qu’il avait derrière la tête depuis l’année dernière.

Une Tite frette à Saint-Romuald

Une boutique spécialisée en bières de microbrasserie a ouvert ses portes à Saint-Romuald, le 22 mai dernier.

Importante transaction dans le milieu des résidences pour aînés

Jérôme Poulin, le président-directeur général des Résidences du Précieux Sang, a annoncé, le 1er juin, que cet établissement a fait l’acquisition de la Résidence Le St-Laurent-Lévis (sur la photo), qui appartenait depuis 2004 au Groupe Patrimoine.

Une entreprise spécialisée en intelligence artificielle au Dataparc de Lévis

Un premier bâtiment dédié à l’intelligence artificielle de la compagnie SmartMill sera construit dans les prochains mois au Dataparc, situé dans le parc industriel Bernières. Développement économique Lévis (DEL) a octroyé 200 000 $ en prêt conventionnel pour réaliser le projet évalué à 5,5M $.

Deux jeunes entrepreneurs lancent leur entreprise technologique

Deux Lévisiens de 16 ans, Jacob Thiboutot-Calderon et Alexis St-Pierre, ont créé leur propre entreprise d’ingénierie technologique, Lumina Labs Inc. Le commerce, incorporé depuis 2020, vendra des produits connectés et conçus de toutes pièces par les deux jeunes.

C’est la fin pour L’Extase

La pandémie de COVID-19 aura provoqué la fermeture d’un autre commerce lévisien. Le bar de danseuses nues L’Extase ne rouvrira pas ses portes.

COVID-19 : la CNESST ajuste les mesures sanitaires en milieux de travail

Par voie de communiqué, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a annoncé, le 7 juin, qu'elle entreprend des ajustements progressifs des mesures de prévention dans les milieux de travail afin de freiner la propagation du coronavirus.

Un jeune Lévisien lance sa compagnie de vêtements

Samuel Turgeon, finissant à l’école secondaire Pointe-Lévy, a décidé de se lancer en affaires durant cette année de pandémie en créant sa propre compagnie de vêtements qui offre aussi un service de photographie. Le jeune lévisien a mis en place son projet en novembre 2020 pendant le confinement.

Les trois Chefs s’attaquent au marché montréalais

Après s’être bien implantés dans la grande région de Québec au cours des dernières années, Les trois Chefs poursuivront leur conquête du marché provincial. Pour ce faire, l’entreprise familiale lévisienne ouvrira le 2 juillet prochain une succursale à Brossard, la première du groupe dans la région montréalaise.

Valérie Garneau obtient le titre de citoyenne d’honneur de Lévis

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a remis la Médaille de citoyenneté d’honneur de Lévis à Valérie Garneau, directrice aux finances du Groupe Garneau thanatologue, lors d’une cérémonie tenu au Complexe Blais, Gilbert & Turgeon, le 17 juin dernier.