CRÉDIT : COURTOISIE

L’Union québécoise des microdistilleries (UQMD) composée de plus de 50 membres, dont les entreprises lévisiennes Distillerie des Appalaches ainsi que Lore & Legends, invite les citoyens et citoyennes à une dégustation dans leurs installations le 11 septembre afin de soutenir leurs revendications sur la majoration et l’achat de produits en SAQ.

«On comprend que la SAQ prend la majoration sur les bouteilles qui sont vendues dans leur réseau. C’est un distributeur, c’est normal, ils s’occupent du transport et paient les employés. On comprend que ce 52 % soit pris pour le profit, mais aussi pour payer leur frais», illustre d’abord Dave Ricard, président et fondateur de la Distillerie des Appalaches.

En revanche, ce que l’entrepreneur lévisien déplore, c’est que la réglementation oblige les microdistilleries à toujours payer la taxe de 52 % sur le produit à la SAQ, même lors de la vente de spiritueux sur leur propre propriété.

«Le problème en ce moment c’est qu’on a de la difficulté à augmenter et à renchérir notre offre touristique parce que la même majoration de 52 % est appliquée sur les ventes qu’on fait à la distillerie. Pourtant, pour ces bouteilles-là, il n’y a pas d’employés de la SAQ qui s’en occupe ni de transport. Donc, pourquoi on nous charge encore la même majoration si, au final, il n’y a pas de frais à la SAQ», se questionne M. Ricard.

Selon l’UQMD, sans cette majoration, le profit que toucheraient les microdistilleries pourrait les aider à augmenter leur offre, en plus d’être plus équitables par rapport aux autres producteurs d’alcool.

«Avoir ce 52 %-là dans nos poches, ça nous permettrait de faire des belles boutiques, des salons de dégustation, de payer des employés et d’augmenter nos heures d’ouverture. Mais en ce moment, on n’est pas encouragé à augmenter notre offre sur place et devenir un pôle touristique pour la ville parce que ça ne vaut pas la peine. Une bouteille que je vends ici, ce qu’il me reste en termes de profit, c’est moins que si je la vends dans le réseau», expose le fondateur de la Distillerie des Appalaches.

Par voie de communiqué, l’union affirmait que c’était seulement 30 % des revenus générés par la vente sur place qui revenait directement aux microdistilleries québécoises, alors que la moyenne canadienne se situe en haut de 85 %.

«Les microdistilleries sont maintenant un acteur économique pour le développement régional et sont partie intégrante du paysage de producteurs de boissons alcoolisées au Québec. Le gouvernement doit mettre fin à l’injustice s’il souhaite préserver l’industrie et son potentiel de développement économique et touristique. Nous demandons au gouvernement d’agir pour que nous puissions toucher les revenus qui nous reviennent», affirme Jonathan Roy, président de l’UQMD.

Acheter son propre produit

L’union revendique aussi que les microdistilleries doivent racheter leurs propres bouteilles à la SAQ afin d’en faire la vente sur leur propriété ou de participer à des événements. Selon la loi, les bouteilles vendues doivent avoir un timbre qui peut être attribué seulement à la SAQ.

«Je vends ma bouteille environ 12 $ à la SAQ, je dois la racheter autour de 40 $ pour qu’elle soit timbrée et pouvoir la faire déguster. Sans compter le permis que la régie des alcools va demander lors de certains événements. Il y a des frais un peu partout et ça aussi c’est un frein pour nous», soutient Dave Ricard.

En plus de ces contraintes, M. Ricard explique qu’il ne peut pas vendre de ses bouteilles lors d’événement contrairement à d’autres types d’alcool, un facteur qui pèse dans la balance.

«On aimerait être plus présent et montrer ce qu’on est capable de faire avec notre terroir, mais le système en place ne nous encourage pas à sortir de nos murs, car ça coûte quand même assez cher pour le nombre de ventes qu’on va faire de plus.»

Les plus lus

Investissement Québec en soutien aux entreprises

Un an après qu’Investissement Québec en Chaudière-Appalaches se soit regroupé avec les bureaux régionaux du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) et ait intégré les équipes du Centre de recherche industrielle du Québec et d’export Québec, la société d’État représentant la Chaudière-Appalaches a soutenu financièrement les entreprises de la région à hauteur de 269 M$.

Un premier parc canin dans l’est de la ville

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a inauguré le 24 août, accompagné de Stephen Boutin président du Groupe CSB et des élus municipaux, le second parc canin lévisien. Celui-ci est situé à l’est de la ville dans le nouveau quartier UMANO, à l’arrière du campus de l’UQAR à Lévis.

L’accalmie du marché immobilier dans la RMR de Québec se poursuit

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) a constaté une diminution des inscriptions en vigueur ainsi que des ventes résidentielles dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, dont la Rive-Sud fait partie, en juillet comparativement à la même période l’année dernière.

Pénurie de main-d’œuvre : une nouvelle enquête est lancée

Les municipalités de la Chaudière-Appalaches et les organismes de développement économique de la région ont lancé une mobilisation à la fin août afin de réaliser une étude sur les impacts de la pénurie de main-d’œuvre.

Grève chez Colabor

Les travailleurs de l’entrepôt de Saint-Nicolas du distributeur alimentaire Colabor sont en grève cette semaine pour la première fois de leur histoire. Avec ce moyen de pression, les membres du syndicat affilié à la CSN veulent obtenir des gains salariaux.

La couture plus accessible

Isabelle Couture s’est mise à la couture il y a trois ans. Depuis, elle souhaite rendre accessible cette pratique qui bien souvent peut s’avérer plus dispendieuse que ce que l’on croit, en proposant aux Lévisiens, Au monde de la couture, un lieu où une multitude de machines à coudre seront mises à la disposition des visiteurs.

Lock-out à la Coopérative funéraire des Deux-Rives

En réaction au mandat de grève générale illimitée obtenu aujourd'hui par le syndicat représentant ses employés, la Coopérative funéraire des Deux Rives a annoncé vendredi qu'elle exerce son droit au lock-out.

Une entreprise fondée à Lévis obtient une Grande Distinction Desjardins

Le Centre Desjardins entreprises (CDE) Lévis-Lotbinière-Bellechasse et la Chambre de commerce de Lévis ont annoncé, à la mi-avril, que le deuxième récipiendaire de l’édition 2021 des Grandes Distinctions Desjardins est Aliments Martel.

Des places supplémentaires dans les CPE et garderies de la région

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a annoncé le 25 août, l’ajout de 535 nouvelles places dans les services de garde éducatifs à l’enfance de la région de la Chaudière-Appalaches. Il en a fait l’annonce accompagné de l’adjointe parlementaire du ministre de la Famille et députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, et de la députée de Lotbinière-Frontenac, Isabelle Lecours.

Une bonne année pour Promutuel Assurance Rive-Sud

Promutuel Assurance Rive-Sud a convié ses membres-assurés, le 1er juin, à une assemblée annuelle virtuelle durant laquelle elle a dévoilé ses résultats pour l’année 2020. Pour l’exercice financier se terminant le 31 décembre 2020, la société mutuelle affiche un résultat d’assurance de 4 964 000 $, émanant notamment du répit en matière de sinistralité et des actions posées au cours des dernières an...