CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Les pompiers de Lévis ont dû intervenir, samedi, chez Supermétal à Saint-Romuald après qu'un incendie s'y soit déclaré. Le brasier a notamment blessé l'un des employés de l'entreprise.

Selon ce que rapporte Dany Lavoie, chef de division au Service de la sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL), le feu aurait pris naissance dans une machine à plasma de l'entreprise spécialisée en construction d'acier.

Rapidement, le brasier s'est transformé en un violent incendie. Un employé, qui aurait tenté d'éteindre les flammes, a vu ses deux bras et son visage être brûlé au deuxième degré.

Le feu aurait ensuite pris de l'ampleur, au point de briser un tuyau d'oxygène. Le tout aurait alimenté le brasier.

Heureusement, la force de la chaleur dégagé par l'incendie a déclenché les gicleurs de l'usine, ce qui a permis d'éteindre les flammes.

L'employé qui a été brûlé a rapidement été transporté à l'Hôtel-Dieu de Lévis à l'arrivée des services d'urgence chez Supermétal. Les autorités ne craignent pas pour sa vie.

Une quinzaine de pompiers a été dépêché sur les lieux de l'incendie. Les dégâts provoqués par le feu sont estimés à 150 000 $ par le SSIVL. 

Notons finalement que la section de l'usine touchée par le brasier a dû être fermée pour la journée en raison des dégâts provoqués par l'eau, les flammes et la fumée.

Les plus lus

Une famille de Terrebonne demande l’aide des riverains du Saint-Laurent

Nancy Gosselin et Richard Martel, les parents de Simon Martel, demandent l’aide du public afin de retrouver leur fils (sur la photo).

Un jeu passe près de mal tourner pour un jeune garçon

Des agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont dû intervenir, hier en fin d'après-midi, dans une unité d'habitation de l'avenue des Églises afin de secourir un garçon de 3 ans qui s'était serré un attache-câble (Ty-Rap) autour du cou.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

Un autre casse-cou saute de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière

Hier après-midi, un jeune homme s'est élancé de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière afin de plonger dans la rivière Chaudière. Il s'agit d'un deuxième saut illégal à partir de ce pont en moins d'une semaine.

Accident de travail à Saint-Henri

Les services d'urgence de Bellechasse sont intervenus hier après-midi à Saint-Henri afin de secourir un quinquagénaire qui se serait blessé alors qu'il élaguait des arbres.

COVID-19 : le SPVL a donné six constats d'infraction de plus

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a dressé lundi son plus récent bilan sur le travail de ses policiers afin de faire respecter les directives de la Santé publique. Lors de la dernière semaine, les agents de la paix lévisiens ont dû sévir à six reprises.

Invasion de domicile à Lévis : deux résidents de Québec arrêtés par le SPVL

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé qu'il a arrêté, le 6 mai, deux personnes en lien avec une invasion de domicile qui serait survenue le 5 mai, dans le secteur Lévis.

Infractions à caractère sexuel sur une personne mineure : un Lévisien de 29 ans arrêté

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a lancé une enquête et a procédé à l'arrestation d'un Lévisien de 29 ans samedi en lien avec une possible affaire d'infractions à caractère sexuel sur une personne mineure.

COVID-19 : le SPVL n'a pas donné de nouveaux constats

Les agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) n'ont pas donné de nouveaux constats ou rapports d'infraction général en lien avec la Loi sur la santé publique depuis au moins une semaine.

Gain de cause pour un ex-cadre du Cégep de Lévis-Lauzon

Le Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) est condamné à payer plus de 42 000 $ pour harcèlement psychologique et représailles sur une période de près de 18 mois de la part de la haute direction envers un ex-cadre qui a remis sa démission en juin 2019.