CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) demande aux propriétaires lévisiens d'être vigilants en raison des agissements présumés de représentants d’une entreprise d'asphaltage. Ces derniers effectuent depuis un certain temps du porte-à-porte à Lévis pour offrir des services de travaux d’asphaltage de cours extérieures.

Le SPVL met en garde la population puisque cette entreprise n'a obtenu aucun permis de sollicitation de la Ville de Lévis.

De plus, une fois que l’entreprise aurait effectué lesdits travaux, elle tarderait à nettoyer les amoncellements de l’ancien asphalte déposés dans la rue, face à la résidence de leur client.

Selon le SPVL, cette «pratique illégale nuit à la sécurité des piétons et aussi à la circulation automobile».

Rappelons que selon l’article 2 du Règlement RV-2015-14-26 sur les colporteurs, toute personne agissant comme colporteur doit obtenir un permis de la Ville de Lévis.

Les citoyens qui désirent dénoncer une pratique contraire à cette disposition réglementaire peuvent communiquer avec le SPVL au 418 832-2911.

De plus, les personnes ayant reçu la visite ou un appel d’un représentant d’une compagnie «aux pratiques douteuses» peuvent également porter plainte auprès de l’Office de la protection du consommateur en téléphonant 418 643-1484.

Les plus lus

Une famille de Terrebonne demande l’aide des riverains du Saint-Laurent

Nancy Gosselin et Richard Martel, les parents de Simon Martel, demandent l’aide du public afin de retrouver leur fils (sur la photo).

Un jeu passe près de mal tourner pour un jeune garçon

Des agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont dû intervenir, hier en fin d'après-midi, dans une unité d'habitation de l'avenue des Églises afin de secourir un garçon de 3 ans qui s'était serré un attache-câble (Ty-Rap) autour du cou.

Un saut dangereux au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Malgré la dangerosité de ce qu'il qualifie de «cascade», qui aurait pu entraîner de graves blessures voire la mort, un jeune homme s’est filmé en train de sauter de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) met en garde toute personne tentée de reproduire ce saut qui met la vie de son auteur en péril.

Un autre casse-cou saute de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière

Hier après-midi, un jeune homme s'est élancé de la passerelle du parc des Chutes-de-la-Chaudière afin de plonger dans la rivière Chaudière. Il s'agit d'un deuxième saut illégal à partir de ce pont en moins d'une semaine.

Accident de travail à Saint-Henri

Les services d'urgence de Bellechasse sont intervenus hier après-midi à Saint-Henri afin de secourir un quinquagénaire qui se serait blessé alors qu'il élaguait des arbres.

COVID-19 : le SPVL a donné six constats d'infraction de plus

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a dressé lundi son plus récent bilan sur le travail de ses policiers afin de faire respecter les directives de la Santé publique. Lors de la dernière semaine, les agents de la paix lévisiens ont dû sévir à six reprises.

Invasion de domicile à Lévis : deux résidents de Québec arrêtés par le SPVL

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a annoncé qu'il a arrêté, le 6 mai, deux personnes en lien avec une invasion de domicile qui serait survenue le 5 mai, dans le secteur Lévis.

Infractions à caractère sexuel sur une personne mineure : un Lévisien de 29 ans arrêté

Le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a lancé une enquête et a procédé à l'arrestation d'un Lévisien de 29 ans samedi en lien avec une possible affaire d'infractions à caractère sexuel sur une personne mineure.

COVID-19 : le SPVL n'a pas donné de nouveaux constats

Les agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) n'ont pas donné de nouveaux constats ou rapports d'infraction général en lien avec la Loi sur la santé publique depuis au moins une semaine.

Gain de cause pour un ex-cadre du Cégep de Lévis-Lauzon

Le Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) est condamné à payer plus de 42 000 $ pour harcèlement psychologique et représailles sur une période de près de 18 mois de la part de la haute direction envers un ex-cadre qui a remis sa démission en juin 2019.