Sur la première photo : Avant que les autres personnes présentes signent la pétition, le maire de Lévis a été invité à apposer en premier sa signature sur le document. Photos : Érick Deschênes

Membres de la communauté d’affaires lévisienne, élus municipaux, citoyens, employés de Dessercom ainsi que représentants du milieu communautaire de la ville se sont réunis au Centre des congrès, le 11 mai, afin de lancer une pétition demandant au gouvernement du Québec d’agir dans le dossier de la desserte ambulancière à Lévis. Le groupe compte sur une importante mobilisation de la population afin que Québec octroie l’ambulance supplémentaire demandée depuis près de deux ans par divers intervenants lévisiens.

C’est sous l’impulsion de Janet Jones, l’ancienne conseillère municipale du district Christ-Roi, et de Marie-Josée Morency, la vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis (CCL), que ce nouveau moyen de pression a été lancé.

«On espère changer la donne avec une importante mobilisation de la population. Il y a beaucoup de raisons qui justifient le déploiement de cette ambulance supplémentaire, comme l’accroissement de la population lévisienne ainsi que son vieillissement. […] C’est un enjeu qui touche tout le monde, également les travailleurs et les familles. Nous demandons une desserte ambulancière équitable comparativement aux villes similaires et nous voulons un engagement ferme du gouvernement», ont expliqué les deux initiatrices du projet.

Par cette action, les différents participants souhaitent que le gouvernement provincial autorise le déploiement d’une neuvième ambulance sur le territoire lévisien ainsi qu’octroie les heures de service correspondantes pour que ce nouveau véhicule soit utilisé à temps plein.

Rappelons qu’en 2020, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a refusé de répondre à cette demande de la Ville de Lévis et de Dessercom, l’entreprise gérant les services préhospitaliers dans la région. Le ministère invoquait alors que les données qu’il compilait ne justifiaient pas l’octroi de cette ambulance supplémentaire.

Pour forcer la main à Québec, Janet Jones et Marie-Josée Morency espèrent recueillir 150 000 signatures sur leur pétition, soit le nombre de personnes qui vivent à Lévis. Parrainée par Stéphanie Lachance, la députée de Bellechasse, la lettre de doléances sera déposée à l’Assemblée nationale du Québec d’ici la fin de la session parlementaire en juin. D’ailleurs, les instigatrices de la pétition entendent faire de cette question un enjeu lors de la prochaine campagne électorale provinciale.

Notons que la pétition peut être notamment signée en ligne sur le site de l'Assemblée nationale, au www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-9663/index.html.

Un outil «pour sauver des vies»

Afin de justifier l’octroi de cette ambulance supplémentaire et inciter les gens de la région à signer la pétition, divers intervenants ont pris la parole lors du lancement.

D’abord, les parents de Hugo St-Onge, Johanne Lapointe et Bruno St-Onge, ont une nouvelle fois partagé leur déception face à l’inaction du gouvernement dans ce dossier. Rappelons que leur fils, un paramédic, est décédé en 2017 à l’âge de 24 ans d’un arrêt cardio-respiratoire en attendant l’ambulance.

Notons d’ailleurs que Marcel Aubin, le conjoint de la Monique Labrecque était présent lors du point de presse. En 2020, cette résidente de Pintendre n’a pu obtenir le support d’ambulanciers que près d’une heure après que le conjoint de Mme Labrecque ait téléphoné au 9-1-1. Cependant, alors que les ambulanciers déplaçaient la dame de son lit à la civière, cette dernière est tombée en arrêt cardiorespiratoire et elle est ensuite décédée.

«Tout comme ses autres collègues, Hugo militait déjà avant son décès pour l’ajout d’une autre ambulance à Lévis. Avant son décès, c’était clair que la couverture ambulancière de Lévis était déficiente. C’est la raison pour laquelle nous sommes là aujourd’hui puisque nous essayons de concrétiser la volonté de Hugo. Ça nous brise le cœur de vous présenter M. Aubin aujourd’hui. Pour nous, c’est inadmissible que trois ans après le décès de Hugo, la situation s’est reproduite et nous avons connu un autre décès, qu’il y a eu une insuffisance de couverture ambulancière qui a mené au décès de Mme Labrecque», a déploré Mme Lapointe.

Militant également depuis plusieurs années pour l’ajout d’une autre ambulance, le maire de Lévis a réitéré ses arguments lors du lancement.

«Lévis a 8 ambulances tandis que Sherbrooke a 14 ambulances, même chose pour Trois-Rivières et Saguenay. On a également des particularités. Nos ambulanciers doivent faire beaucoup de transferts à Québec, souvent coincés dans le trafic, contrairement à ces autres villes. On nous dit qu’on peut compter sur nos pompiers qui sont premiers répondants, mais Sherbrooke peut aussi compter sur ses pompiers comme premiers répondants et ils ont 14 ambulances. Notre population explose et nous avons plusieurs entreprises manufacturières à haut risque. Le rapport de la coroner qui a enquêté sur la mort de Hugo St-Onge est clair, la desserte ambulancière à Lévis doit être améliorée» , a soutenu Gilles Lehouillier.

Le MSSS campe pour le moment sur sa position

Invité à réagir à cette nouvelle demande de la communauté lévisienne pour cet ambulance supplémentaire, le MSSS estime que les ajouts accordés à Lévis au cours des dernières années suffisent.

«En 2018, à la suite du tragique événement (de la mort de Hugo St-Onge), le MSSS ajouté une ambulance dans ce secteur. De plus, après le dépôt du coroner en 2020, nous avons ajouté 16 heures de services supplémentaires. Actuellement, les appels de priorité 0, les plus prioritaires, sont répondus en neuf minutes à Lévis. Cela est conforme aux normes et correspond au taux temps de réponse des régions semblables, comme Sherbrooke notamment.Il y aura un dépôt d’une politique du préhospitalier et des travaux sont en cours pour améliorer la desserte ambulancière en région. Cela est lié au plan santé et à la place des paramédics dans les services de première ligne», a déclaré Marjorie Larouche, l'une des porte-parole du MSSS.

Les plus lus

L’hypersexualisation de la femme renforcée par les codes vestimentaires?

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 mai 2022

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en collaboration avec Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, lance ses appels de candidatures pour le Prix du CALQ – Artiste de l’année dans la Capitale-Nationale et le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Chaudière-Appalaches. En décernant ces prix, le CALQ poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui au...

Emmy Plante doit quitter Les chefs!

À l’issue de l’émission télédiffusée le 16 mai dernier, la Lévisienne Emmy Plante a dû accrocher sa veste des Chefs!. La cheffe originaire de Lévis a alors été éliminée du concours de cuisine d’ICI Radio-Canada Télé.

Le Festibière de Lévis de retour lors du long congé de la fête du Canada

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, le Festibière de Lévis est de retour au quai Paquet et aura lieu du 30 juin au 3 juillet. Les organisateurs de l'événement en ont fait l'annonce, le 28 avril, lors du dévoilement des événements qu'ils présenteront cette année.

Chronique historique - Les anglophones de Lévis

En septembre 2020, le Journal de Lévis publiait un article nous apprenant qu’une école primaire de langue anglaise s’installera à Lévis en 2022. Sujet intriguant s’il en est un, l’histoire de la Rive-Sud comporte des pages qui relatent de manière éparse la présence d’une communauté anglophone qui a laissé des traces significatives et partiellement oubliées.

Dans l'œil de Michel - Chronique du 27 avril 2022

Le tournoi novice de Magog s’est déroulé à la mi-avril. Les Commandeurs N3-1 de Pointe-Lévy (1re photo) se sont alors inclinés en finale 2 à 1 contre les Tigres N3-2 de Victoriaville. Félicitation pour votre belle prestation et bravo également aux instructeurs, Martin Barrette, Jérôme Deschênes et Christian Guay. 

Aider grâce à la nature

Éducatrice spécialisée depuis quelques années, la Lévisienne Caroline Vallières lancera bientôt son projet de rêve. Grâce à un partenariat noué avec la Ferme Origine de Pintendre, elle ouvrira cet été les portes de son entreprise qui offrira des services d’accompagnement spécialisé dans la nature : Bottes et sabots.

Un cap important dans l’histoire de Lévis célébré cette année

Il y a maintenant 375 ans, Guillaume Couture devenait le premier Européen à s’établir sur une base permanente sur le territoire qui allait devenir Lévis. Pour marquer ce cap bien important dans l’histoire lévisienne, la Société d’histoire de Lévis (SHL) prévoit tenir des activités spéciales au cours des prochains mois.

Trois étudiantes lévisiennes récompensées

16 étudiants et diplômés du programme Gestion et technologies d’entreprise agricole du Cégep de Lévis, dont 3 Lévisiennes, ont reçu des bourses le 23 février, lors d’une cérémonie virtuelle. Elles ont alors été récompensées pour l’excellence de leurs résultats scolaires, leur implication dans la communauté, leurs compétences entrepreneuriales et leur participation à la vie collégiale.

Des camionneurs manifestent leur mécontentement

Les transporteurs en vrac membres de l'Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI) ont fait un coup d’éclat à la grandeur du Québec, le 9 mai dernier. En matinée, des camionneurs ont visité les bureaux de circonscription des élus de l’Assemblée nationale ainsi que les centres de services et les directions territoriales du ministère des Transports du Québec (MTQ).