Marianne Tremblay et Rose Simard portent les chandails qu’elles ont créés dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat pour sensibiliser leurs pairs à l’hypersexualisation. Photo : Courtoisie

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

«On considère qu’encore en 2022, il y a beaucoup de sexualisation par rapport au corps de la femme. Selon nous, c’est quelque chose qui devrait changer. On souhaitait donc faire de la sensibilisation par rapport à ce sujet et faire réaliser aux gens l’importance de prendre en compte cet enjeu», met en lumière Rose Simard.

Elles ont donc décidé de s’attaquer au code vestimentaire de leur école secondaire. L’arrivée du printemps rime avec l’arrivée des restrictions concernant les vêtements qu’il est possible de porter dans les écoles. Bretelles de plus de 2 cm, couvrir le tronc et pantalon, jupe ou robe au minimum 10 cm au-dessus des genoux sont notamment des règles qui s’appliquent.

En effet, pour les deux jeunes femmes, le code vestimentaire renforce le concept de l’hypersexualisation, car pour elles, la peau d’une épaule ou d’un abdomen ne devrait déranger en rien à la concentration ou à la scolarisation des élèves.

Les jeunes femmes sont tout de même conscientes que le lieu dans lequel elles se trouvent constitue un établissement d’enseignement et qu’il doit y avoir une certaine rigueur concernant la tenue vestimentaire. Cependant, un ajustement des règles ne serait pas de refus pour ces dernières.

Collaboration entre enseignants et élèves

Dans le cadre de leur projet, Marianne et Rose ont d’abord effectué leur recherche terrain. Elles ont discuté avec des enseignants pour connaître leur opinion à ce sujet et ont ensuite fait un sondage auprès de leurs pairs afin de prendre le pouls de la communauté de l’ESLE.

1 100 personnes fréquentent l’établissement scolaire. Sur ce nombre, près de 50 % des élèves ont accepté de répondre au sondage. Selon elles, les résultats ont été concluants et la pluralité des répondants est ouverte à revoir la réglementation.

«La majorité des professeurs étaient prêts à un changement du code vestimentaire dans l’école. Certains élèves ont aussi inscrit vouloir garder certaines mesures, car on est dans un milieu d’éducation et on comprend qu’on ne peut pas tout enlever du jour au lendemain. Malgré tout, les réponses des élèves et des profs se ressemblaient beaucoup», souligne Marianne Tremblay, encore surprise des conclusions de l’enquête.

D’ailleurs, bien que dans le sondage le sexe des répondants n’ait pas été demandé, certains garçons l’ont tout de même mentionné pour offrir leur point de vue. «Il y avait des réponses ouvertes où certaines personnes ont écrit ‘‘Je suis un homme et je pense que ça doit changer’’ ou encore ‘‘Je suis un garçon et je crois que le code vestimentaire est sexiste’’», ajoute-t-elle.

Argumentaire

 La recherche que Marianne et Rose ont faite a pu appuyer les arguments qu’elles ont présentés à la directrice avant de lui proposer des changements. Les arguments pour faire valoir leur position concernaient différents facteurs, tels que l’environnement, les mœurs de la société et les valeurs de l’école. Elles y ont même ajouté des témoignages.

La société et ses critères de mode seraient également un facteur qui impacterait les choix vestimentaires des élèves.

«Il faut prendre en considération la mode de nos jours. Dans les magasins, un chandail qui va au niveau du nombril, sachant que les jeans sont faits beaucoup plus hautes qu’avant, c’est seulement un petit écart de peau qu’on va voir et on ne comprend pas pourquoi cette petite partie de peau là est aussi dérangeante», arguent les jeunes femmes.

En fin de compte, accepter de voir de la peau au niveau des épaules, 1 ou 2 cm au niveau de l’abdomen à hauteur du nombril et 20 cm plutôt que 10 au-dessus des genoux serait un pas dans la bonne direction, selon Marianne et Rose. «Ça couvre amplement ce qui a besoin d’être couvert.»

Ton corps est ton art

Faire changer la réglementation est définitivement l’un de leurs objectifs principaux, en revanche les deux élèves souhaitent également sensibiliser les autres jeunes à l’hypersexualisation. Pour ce faire, elles ont mis en place divers moyens.

Par le biais d’affiches sur les murs de l’école et d’une vente de chandails d’une entreprise québécoise, elles ont tenté de mobiliser les élèves.

«On a fait des chandails avec des phrases inspirantes (tel que Ton corps est ton art) qui venaient sensibiliser sur le sujet. On les a vendus et les profits qui ont été faits seront remis à la fondation Viol secours pour les femmes victimes d’agressions sexuelles», mentionne Rose.

«En société, la sexualisation du corps de la femme provoque des impacts. Par exemple, avec le mouvement Me Too, des personnes dénonçaient des agressions sexuelles qu’elles avaient vécues, ce à quoi des gens répondaient ‘‘Mais tu étais habillée comment?’’. C’est venu renforcer le principe que si une femme dévoilait un peu plus de peau, c’était de sa faute et qu’elle était responsable», ajoute Marianne.

Les jeunes femmes auront une réponse positive ou négative concernant leur demande à la fin de l’année scolaire. Peu importe le résultat, elles espèrent seulement avoir un impact. «Notre but ultime c’est d’être capable de changer les choses, mais si ça amène seulement à faire réfléchir les gens, on va avoir quand même atteint notre objectif», concluent-elles.

Les plus lus

L’hypersexualisation de la femme renforcée par les codes vestimentaires?

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 4 mai 2022

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), en collaboration avec Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, lance ses appels de candidatures pour le Prix du CALQ – Artiste de l’année dans la Capitale-Nationale et le Prix du CALQ – Artiste de l’année en Chaudière-Appalaches. En décernant ces prix, le CALQ poursuit son objectif de reconnaissance publique en démontrant son appui au...

Emmy Plante doit quitter Les chefs!

À l’issue de l’émission télédiffusée le 16 mai dernier, la Lévisienne Emmy Plante a dû accrocher sa veste des Chefs!. La cheffe originaire de Lévis a alors été éliminée du concours de cuisine d’ICI Radio-Canada Télé.

Le Festibière de Lévis de retour lors du long congé de la fête du Canada

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, le Festibière de Lévis est de retour au quai Paquet et aura lieu du 30 juin au 3 juillet. Les organisateurs de l'événement en ont fait l'annonce, le 28 avril, lors du dévoilement des événements qu'ils présenteront cette année.

Chronique historique - Les anglophones de Lévis

En septembre 2020, le Journal de Lévis publiait un article nous apprenant qu’une école primaire de langue anglaise s’installera à Lévis en 2022. Sujet intriguant s’il en est un, l’histoire de la Rive-Sud comporte des pages qui relatent de manière éparse la présence d’une communauté anglophone qui a laissé des traces significatives et partiellement oubliées.

Dans l'œil de Michel - Chronique du 27 avril 2022

Le tournoi novice de Magog s’est déroulé à la mi-avril. Les Commandeurs N3-1 de Pointe-Lévy (1re photo) se sont alors inclinés en finale 2 à 1 contre les Tigres N3-2 de Victoriaville. Félicitation pour votre belle prestation et bravo également aux instructeurs, Martin Barrette, Jérôme Deschênes et Christian Guay. 

Aider grâce à la nature

Éducatrice spécialisée depuis quelques années, la Lévisienne Caroline Vallières lancera bientôt son projet de rêve. Grâce à un partenariat noué avec la Ferme Origine de Pintendre, elle ouvrira cet été les portes de son entreprise qui offrira des services d’accompagnement spécialisé dans la nature : Bottes et sabots.

Un cap important dans l’histoire de Lévis célébré cette année

Il y a maintenant 375 ans, Guillaume Couture devenait le premier Européen à s’établir sur une base permanente sur le territoire qui allait devenir Lévis. Pour marquer ce cap bien important dans l’histoire lévisienne, la Société d’histoire de Lévis (SHL) prévoit tenir des activités spéciales au cours des prochains mois.

Trois étudiantes lévisiennes récompensées

16 étudiants et diplômés du programme Gestion et technologies d’entreprise agricole du Cégep de Lévis, dont 3 Lévisiennes, ont reçu des bourses le 23 février, lors d’une cérémonie virtuelle. Elles ont alors été récompensées pour l’excellence de leurs résultats scolaires, leur implication dans la communauté, leurs compétences entrepreneuriales et leur participation à la vie collégiale.

Des camionneurs manifestent leur mécontentement

Les transporteurs en vrac membres de l'Association nationale des camionneurs artisans inc. (ANCAI) ont fait un coup d’éclat à la grandeur du Québec, le 9 mai dernier. En matinée, des camionneurs ont visité les bureaux de circonscription des élus de l’Assemblée nationale ainsi que les centres de services et les directions territoriales du ministère des Transports du Québec (MTQ).