Le promoteur Simon Breton estime que le secteur pourrait accueillir une centaine de résidences dans quelques années. Photo : Courtoisie

Près de 70 résidents d’un nouveau quartier résidentiel de Beaumont demandent à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, d’annuler son avis d’intention de procéder au classement des vestiges de l’ancien Fort de Beaumont.

Par Eric Gourde, collaboration spéciale

La ministre avait annoncé ses couleurs en février dernier, jugeant que l’endroit est l’un des rares sites militaires exclusivement associés à la Première Guerre mondiale à se trouver en sol québécois. Dans l’état actuel des choses, un dépôt à munitions et une base de canon se trouvant du côté nord-ouest seront préservés et mis en valeur, alors que la base de canon du côté sud sera démolie.

Dans une pétition adressée au Conseil du patrimoine culturel du Québec, les résidents se disent d’accord avec le classement de l’abri à munition présent sur les lieux, mais contre le classement et la préservation des bases de canons, jugeant leur valeur patrimoniale faible.

Ils ajoutent qu’en raison de l’état de dégradation du ciment, des travaux importants et coûteux devront être réalisés afin de la sécuriser et qu’il sera difficile d’intégrer le tout au cœur d’un développement résidentiel.

Dans le libellé de la pétition, les vestiges en ciment sont décrits comme «une cicatrice dans un quartier résidentiel» et qu’ils «posent un problème d’intégration architecturale et un enjeu d’acceptabilité sociale».

Promoteur du Domaine St-Laurent, un projet de développement résidentiel déjà en cours, Simon Breton estime que le secteur pourrait accueillir une centaine de résidences dans quelques années et que la municipalité a tout en main afin de demander à la ministre de ne pas donner suite à son intention de procéder au classement «de cette masse de béton effritée abandonnée en plein champ depuis plus de cent ans».

Il croyait pourtant avoir une entente avec la municipalité sur le sujet, sauf que l’intervention de divers groupes est venue changer la donne. «La municipalité devrait être cohérente avec l’entente qu’elle a prise avec nous. Ce qui me choque le plus, c’est de passer pour un mauvais citoyen corporatif insensible à l’importance de la mise en valeur du patrimoine. Pourtant, comme entrepreneur, j’ai construit plus d’une centaine de maison de grande qualité à Beaumont, j’ai eu à restaurer de nombreuses maisons patrimoniales, j’ai même été pendant deux termes marguiller pour l’église Saint-Étienne qui est la plus vieille église de paroisse du Québec encore existante. Là on parle de patrimoine. Pas une base de canon de 1914 qui n’aura jamais servi et dont le ciment pourri tombe en poussière et représente un risque pour la sécurité des enfants.»

Il estime d’ailleurs subir un important préjudice financier et de gros dommages à l’heure actuelle. «Avec ma conjointe Henriette, on a tout investi dans notre développement domiciliaire d'une valeur de 70 millions quand il aura été complété. Ce développement rapportera des taxes appréciables à la municipalité. Mais pour ça, il faut nous le laisser construire, pas nous mettre des bâtons dans les roues comme présentement.»

De son côté, le maire de la municipalité de Beaumont, David Christopher, préfère attendre avant de commenter, puisque le dossier doit encore faire l’objet de discussions et qu’une position pourrait être communiquée lors de la prochaine séance publique du conseil municipal. 

 

Les plus lus

Lévis ne veut pas que ses citoyens s’ennuient cet été

C’est le 2 juin dernier que la Ville de Lévis a dévoilé la programmation de l’édition 2022 de Cet été, je parcours Lévis. Grâce à un investissement de plus de 1 M$, la municipalité offrira plus de 200 activités sur 30 sites répartis à travers la ville lors de la belle saison.

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

Programmation dévoilée pour le Festibière de Lévis

En vue de sa quatrième édition qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet au quai Paquet, le Festibière de Lévis a dévoilé la programmation détaillée de sa mouture 2022, le 6 juin.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Le ministère de l'Environnement prend une ordonnance contre une bleuetière de Saint-Étienne

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a annoncé, le 13 juin qu’il a pris une ordonnance à l’égard de Bleuetière Duroy, un établissement de Saint-Étienne-de-Lauzon.

Palmarès des pires routes de CAA-Québec : des artères lévisiens s'y retrouvent

Comme à son habitude, CAA-Québec a tenu son traditionnel palmarès des pires routes du Québec ce printemps. L'organisme a dévoilé, le 8 juin, ses classements finaux et plusieurs rues lévisiennes s'y retrouvent.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Projet UMANO : inauguration d’une piste multiroulante

Le Groupe CSB a officiellement inauguré une piste multiroulante publique ce matin, sur le chemin des Forts à Lévis. Cette installation qui fait partie du projet immobilier UMANO, est unique en son genre à Lévis et les envions.

Chronique historique - Une énigme historique de temps de guerre

Un article de journal du 1er juillet 1915 nous raconte la découverte à Lévis en juin 1915 d’un mystérieux dépôt de dynamite près du parc Shaw, site actuel de la Terrasse du Chevalier-De Lévis. À moins d’avis contraire, cette histoire reste, encore aujourd’hui, à résoudre.