L’équipe du CHSLD lévisien privé-conventionné participe à un projet pilote. CRÉDIT : COURTOISIE

Le ratio entre soignants et patients a été augmenté au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet à Saint-Romuald dans le cadre d’un projet pilote de 16 semaines sur la qualité et la sécurité des soins. Ce projet est l’un des 17 menés au Québec par le gouvernement dans différents types d’établissements de santé.

Au moment de la signature des conventions collectives, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) et le gouvernement du Québec s’étaient entendus pour mettre en place des mesures afin d’améliorer les conditions de pratique des infirmières et des infirmières auxiliaires et, par conséquent, améliorer la qualité et la sécurité des soins ainsi que le bien-être au travail.

De cet accord sont nés 17 projets visant à évaluer les ratios entre les professionnelles en soins et les patients dans tous les milieux de soin, hôpitaux, CLSC, soins intensifs, inhalothérapie ou encore urgences. Parmi les quatre CHSLD participant, Champlain-de-Chanoine-Audet est le seul à avoir le statut privé-conventionné. 

Est-il efficace et pertinent d’augmenter le ratio de professionnelles par résident? Voit-on une amélioration des soins? Comment peut-on mettre en place ces mesures? Le but de ces études est de montrer qu’avoir le bon ratio permet des soins de meilleure qualité, une pratique professionnelle plus intéressante, des conditions de travail plus sécuritaires.

Valider une intuition

«Tout le monde a une intuition. Mais un gouvernement ne peut pas juste s’asseoir sur des intuitions et des perceptions. Les infirmières l’expriment haut et fort depuis longtemps, ça a été dit et redit», admet Françoise Méthé en charge du Projet Ratios au Centre d’hébergement Champlain-de-Chanoine-Audet. Elle estime que ce projet montre la bonne volonté du gouvernement d’améliorer la situation. 

«Le gouvernement a dit, c’est vrai, il faut faire quelque chose. Ce ne sont pas juste des gens qui crient dans le désert, il y a une réalité. Avant qu’un gouvernement mette des millions et des millions, c’est certain qu’il veut avoir des faits pour se justifier», note-t-elle. 

Au terme des 17 projets, l’évaluation des résultats permettra de montrer comment augmenter les ratios, la manière d’implanter de nouveaux ratios et le budget pour y parvenir. Par exemple, les conclusions devraient permettre d’évaluer combien un résident en CHSLD a besoin d’heures de soin. Les pratiques seront ensuite ajustées, développées et implantées partout.

«Il y a une évaluation du niveau de satisfaction du personnel, qui a été faite au début et qui va être refaite à la fin. A-t-on le sentiment d’avoir bien fait notre travail et d’être reconnue? Une fois par semaine, on demande à chaque infirmière et infirmière auxiliaire de remplir un document qui fait état des contraintes qu’elle a à l’exercice de sa profession et de l’impact que ça a sur ses soins. Avec l’augmentation des ratios, y a-t-il des choses que vous ne pouviez pas faire avant et que vous pouvez faire maintenant?»

Des ressources ajoutées

Concrètement à Lévis, des ressources ont été ajoutées, explique Josée Dumas, infirmière auxiliaire. Avant, il y avait 1 infirmière pour 48 résidents pendant la journée. Elles sont maintenant 2 infirmières pour 48 résidents avec 3 infirmières auxiliaires. Le soir, il y a désormais 2 infirmières et 2 infirmières auxiliaires pour 48 résidents et la nuit 2 infirmières et 1 infirmière auxiliaire. Le nombre de préposées aux bénéficiaires n’a pas été modifié et ne fait pas partie de l’étude.

«C’est sûr qu’il va y avoir un effet (à l’ajout d’infirmières et d’infirmières auxiliaires). Plus il y a d’heures de soin, plus il y a de qualité et plus on va plus loin dans notre service. Si on est une infirmière et qu’il y a plusieurs cas de soins palliatifs, tout le monde va avoir ce qu’il faut. Mais quand on a plus de temps avec notre patient, on va plus loin dans notre démarche», fait valoir Dannie Larose, chef d’unité. 

Ce qu’espèrent maintenant les professionnelles autant que les membres de la FIQ, c’est de voir l’augmentation des ratios maintenue sur le long terme. Elles attendent que le gouvernement prenne des mesures adaptées une fois les résultats connus. Aucun calendrier n’a été fixé pour l’instant, mais le changement de gouvernement n’inquiète pas les professionnelles outre mesure.  

Les plus lus

Une première québécoise à Lévis

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

Le viaduc de Saint-Rédempteur enfin ouvert

La nouvelle infrastructure routière reliant maintenant Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas, qui était attendue depuis plus de 30 ans par la population, devrait permettre aux automobilistes de passer moins de temps sur la route.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Nouveautés extérieures au CPE du Bois Joli

Les tout-petits auront de quoi s’amuser dans la cour du Centre de la petite enfance (CPE) du Bois Joli, alors que la garderie prévoit l’aménagement de nouvelles installations extérieures dans le boisé qui la borde.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.