Les affiches des élèves (1re photo). La poutine cuisinée par St-Hubert d’après la recette envoyée (2e photo). CRÉDIT : COURTOISIE

La recette pour aimer le français serait-elle la même que celle de la poutine? À en croire deux enseignants de l’école primaire Saint-Louis-de-France, à Charny, la réponse ne fait aucun doute. Au menu pour la classe de 6e année :mathématique et anglais intensifs, des exercices de lecture et d’écriture à la saveur du mélange culinaire.

Derrière l’appellation Projet Poutine se cachent toute une série d’activités menée pendant quatre semaines par Molly Genest-Simard et Sébastien Bourgault avec les 23 élèves d’une classe de 6e année dans le cadre de l’apprentissage du français. Parler la bouche pleine n’étant pas chose recommandée, plutôt que de manger la poutine, les élèves ont commencé par la lire.

Pour préparer une bonne poutine, commencez donc par lire l’ouvrage pour la jeunesse d’Andrée Poulin, La plus grosse poutine du monde. L’objectif pédagogique de ce travail était de faire connaître aux élèves une œuvre littéraire d’une auteure québécoise. 

«À travers la lecture, on travaille les personnages, les différents procédés d’écriture, les stratégies de lecture et, par le fait même, la compétence Communiquer oralement avec des échanges riches», explique Molly sur le processus d’apprentissage mis en œuvre.

L’enseignante a ensuite demandé aux élèves d’inventer, à leur tour, la poutine de leur rêve. Les jeunes devaient choisir les frites utilisées, le fromage mis en vedette, la thématique mise en valeur et les extras qui font toute la différence pour rendre une poutine unique en son genre. 

Une fois la création terminée, les élèves ont réalisé une affiche publicitaire. La réclame devait contenir un titre, un slogan et respecter des consignes précises qu’une affiche publicitaire doit présenter.

Pour finir, les jeunes ont rédigé une lettre adressée à leur restaurant préféré. Dans la missive, ils devaient présenter l’objet de leur message, leur poutine et les raisons de leur choix, ainsi qu’expliquer pourquoi, selon eux, leur recette devait figurer au menu du restaurant. 

Chaque groupe a aussi présenté sa création devant la classe, puis toutes les lettres ont bel et bien été envoyées aux restaurateurs. Avoir un destinataire réel a apporté «toute la crédibilité au projet d’écriture de la lettre et une motivation supplémentaire», souligne Molly.

Trois équipes ont reçu une réponse positive du restaurant auquel ils avaient envoyé leur proposition. Charles, Ayden et Frédérik ont eu la surprise de découvrir un message de Zolé! Cuisine mexicaine qui leur a offert de servir leur poutine pendant une semaine dans un de leurs établissements du Groupe TopResto et de venir la goûter. Anna et Justine ont aussi reçu une réponse positive de St-Hubert, ainsi qu’Antoine, Christopher et Justin d’A&W. L’équipe de Florakim, Anne et Sacha a reçu des remerciements de Tutti Frutti pour leur idée.

«Les restaurateurs ont fait un geste extraordinaire. Ils ont répondu à des lettres certes, mais ils ont surtout donné un sens à un projet d’écriture. Pour des élèves de 6e année, ce petit geste a apporté une grande vague de motivation, ce qui est grandiose», se réjouit Molly. 

Les plus lus

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Le Bivouac historique de Lévis aura lieu ce week-end

C'est demain et dimanche qu'aura lieu l'édition 2019 du Bivouac historique de Lévis, un événement de reconstitution historique militaire présenté au Fort de la Martinière à Lauzon.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Une carte interactive des transports alternatifs à l’auto solo

Pour trouver facilement les moyens de transport actif et collectif à Lévis et partout en Chaudière-Appalaches, une nouvelle plateforme est en ligne depuis lundi 20 août.