Les policiers restent à l’affût pour repérer les conducteurs fautifs.

Dans un autobus transformé en centre de contrôle pour la journée, des policiers de la Sureté du Québec (SQ) et des contrôleurs routiers ont surveillé les automobilistes circulant sur l’autoroute dans le cadre de l’opération nationale conférée (ONC) sur le port de la ceinture, le 3 avril dernier.

Par Nicolas Jean

Une dizaine de constats d’infraction ont été remis au cours de l’opération aux chauffeurs qui avaient utilisé leur cellulaire au volant, qui ne portaient pas leur ceinture de sécurité ou encore qui n’avaient pas respecté le corridor de sécurité.
Les policiers présents dans l’autobus avaient pour mission de repérer les chauffards fautifs pour ensuite envoyer les informations aux patrouilleurs dispersés sur le terrain afin de les intercepter. Le porte-parole de la SQ, Jean-Philippe Bibeau, affirme que le plus gros fléau en ce moment est l’utilisation du cellulaire au volant.

«Malgré la semaine de sensibilisation au port de la ceinture, les constats d’infractions sont sur les téléphones intelligents. Les gens ne pensent pas que les conséquences peuvent être graves en quittant leurs yeux de la route. Un accident, ça peut arriver à tout moment», mentionne ce dernier.

Une rencontre avait été organisée peu de temps avant de débuter l’opération pour cibler les lieux où les usagers étaient susceptibles de commettre des infractions. Les autoroutes revenaient souvent dans les discussions puisqu’il y a beaucoup de gens qui empruntent ces voies.

«On ne voulait pas nuire à la fluidité du trafic. En commençant notre opération vers 9h, on évite beaucoup de problèmes de circulation», indique M. Bibeau.

Une opération pour prévenirles dangers

Le but premier de ce genre d’intervention est de sensibiliser la population aux bonnes habitudes de conduite. Puisqu’ils sont souvent sur la route, les 28 à 49 ans sont dans la tranche d’âge visée par les différents corps policiers lors de ces événements.

Le port de la ceinture et l’utilisation du cellulaire au volant doivent être traités au même titre que l’alcool et le sommeil, estime le porte-parole de la SQ, Jean-Philippe Bibeau.

«Ce sont les quatre causes les plus importantes de mortalité sur nos routes. On veut prévenir avant afin de baisser le taux d’accidents et d’éviter des complications. Des gestes comme mettre sa ceinture sont faciles à faire et peuvent seulement aider la population», appuie M. Bibeau, concerné par le sujet.

Une infraction pour ne pas avoir porté la ceinture de sécurité est sanctionnée par une amende de 200 $ avec une perte de trois points d’inaptitudes et l’usage du cellulaire pénalise avec une perte de cinq points et 300 $ en supplément.

Les plus lus

Le LPU : un succès sur toute la ligne à Lévis

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

Partenariat entre le Collège et le Centre Cyber-aide

Pour l’année scolaire 2019-2020, la direction du Collège de Lévis a conclu un partenariat avec le Centre Cyber-aide, dans le cadre du projet de cet organisme qui s’appelle En tant que victime, auteur et témoin de sexting, de sextorsion ou de cyberagression sexuelle (ETQ).

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

Un Lévis, attache ta tuque 2.0 en février

C’est en présence de nombreux commerçants du Vieux-Lévis et de partenaires de l’événement que le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le conseiller municipal du district Notre-Dame, Steve Dorval, et le président du Centre de plein air de Lévis (CPAL), Michel Gagné, ont présenté, le 22 janvier, la programmation de la nouvelle mouture de Lévis, attache ta tuque.

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.