CRÉDIT : COURTOISIE

Quand une maladie s’est attaquée à son cerveau, Valérie Langlois a été plongée dans le coma. À son réveil dans sa chambre d’hôpital, une partie de sa mémoire avait disparu. Dans un roman inspiré de son vécu, l’auteure raconte comment elle a réappris à vivre.

Écrire son histoire, c’était la mettre en ordre. Même, en combler les vides, en ajoutant des morceaux quand ils manquaient, quand elle avait oublié. Un mot à la fois, Valérie Langlois a reconstitué le casse-tête de sa vie avant la maladie. Et, ce qu’elle a vécu quand elle est entrée à l’hôpital en janvier 2014, atteinte d’une encéphalite auto-immune.

À cause de cette maladie très rare, les anticorps de son système immunitaire se sont attaqués à son cerveau. Six semaines dans le coma. Six mois à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus à Québec. Deux mois en centre de réadaptation. Valérie repart de zéro. Elle réapprend à marcher, à parler, à manger. «J’ai tout réappris du côté gauche, parce que la droite, ça ne marchait plus.»

«Je ne me sentais plus personne»

 Depuis qu’elle s’est réveillée, son passé non plus n’a pas refait surface. Des souvenirs ont disparu, emportés par la maladie. «Après ça, je n’étais plus personne. Il n’y avait plus mes enfants. J’ai perdu ma maison, j’ai perdu mon travail. Il n’y avait plus rien. Je ne me sentais plus personne, à part la fille qui a fait une encéphalite rare.»

Son neurologue l’encourage à se remettre au travail. «Tu sais Valérie, les neurones, c’est comme des muscles, ça se travaille. Écris!», lui dit-il. Valérie ne sait pas si elle est encore capable d’écrire. «Mais, j’ai commencé. Et je me suis rendue compte que c’était une vraie thérapie.»

La page manquante est devenu un livre. Dans ce roman inspiré de son histoire, Valérie Langlois raconte comment elle a retrouvé qui elle était. Et qu’elle est toujours, une femme passionnée par la lecture qui aime écrire et a déjà publié deux romans historiques. 

Pour recoller les morceaux de ce qui s’était passé, elle a posé des questions, beaucoup, à son meilleur ami devenu son conjoint, à sa mère, à ses enfants, au personnel médical aussi. Elle a reconstruit sa vie et ce qu’elle avait vécu.

«L’écrire, ça me faisait du bien et ça me permettait de le mettre en arrière. Maintenant, je ne me sens plus “plus rien”. Je suis redevenue une auteure», affirme-t-elle.

Dans son récit, Valérie retrace le long processus de réadaptation qui a été nécessaire, ponctué de difficultés. Tout comme l’a ensuite été l’écriture. Sa maladie a laissé des séquelles. Elle vit avec des troubles de la vision, de la concentration et de l’équilibre.

Au début, elle a écrit dix minutes, puis vingt et même quarante à la fin. Elle se donnait une heure l’après-midi et une heure le soir. «Mais je n’étais pas capable de faire ça.» À cause des maux de tête. Alors, elle ne s’impose plus d’horaires. «J’écris quand je me sens capable. Je n’écris pas tous les jours.»

Sa vie est redevenue à peu près normale. Valérie ne travaille plus, mais elle espère qu’un jour elle pourra reprendre son métier de psychoéducatrice qu’elle avait dû laisser quand le diagnostic est tombé. C’était d’ailleurs parce qu’elle venait d’être embauchée à Lévis qu’elle s’y était installée. Aujourd’hui, elle s’y est établie pour être avec son conjoint et, aussi, rester à proximité des médecins.

«Je conduis. Je suis fiancée. Je suis très heureuse. Je même suis plus heureuse qu’avant. J’ai complètement une autre perspective de vie. Je suis contente d’être en vie. Je ne devais pas être en vie. Et puis si j’étais en vie, je devais être catatonique. Le pronostic n’était pas positif», confie-t-elle. 

Plutôt que de répondre  aux questions, Valérie dira maintenant : «“Voilà! Ça ressemble à ça.” Même si, bien sûr, c’est romancé, rappelle-t-elle. La plupart de mes proches connaissent l’histoire. Mais je reçois beaucoup de questions. Alors, ça va aider à comprendre. Mes enfants, oui, ils savent que j’ai été malade. Mais ils n’étaient pas à l’hôpital avec moi. Ils ne savent pas tout ce que j’ai vécu.» 

Les plus lus

Une première québécoise à Lévis

En septembre, Lévis sera l’hôte du premier festival au Québec ayant pour thème l’autosuffisance alimentaire, le Festival d’autosuffisance alimentaire du Peuplier.

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Le viaduc de Saint-Rédempteur enfin ouvert

La nouvelle infrastructure routière reliant maintenant Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas, qui était attendue depuis plus de 30 ans par la population, devrait permettre aux automobilistes de passer moins de temps sur la route.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Nouveautés extérieures au CPE du Bois Joli

Les tout-petits auront de quoi s’amuser dans la cour du Centre de la petite enfance (CPE) du Bois Joli, alors que la garderie prévoit l’aménagement de nouvelles installations extérieures dans le boisé qui la borde.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.