Le maire, Gilles Lehouillier, et le directeur du SSIL, Luc de la Durantaye.

Les inondations sur le territoire pendant le congé pascal ont nécessité l’évacuation de 17 personnes, dont 10 ont reçu une aide de la Croix-Rouge. Plusieurs équipes de pompiers ont été mobilisées sur le terrain. Certaines étaient déployées en soutien dans les municipalités environnantes.

Pour faire face aux inondations qui ont touché Lévis lors de la fin de semaine de Pâques, deux équipes de quatre personnes du Service de sécurité incendie de Lévis (SSIL) ont été mobilisées sur le territoire de la municipalité ainsi qu’un chef de division, un chef aux opérations, la direction du service de la vie communautaire et huit policiers. Au total 134 résidences ont été ciblées par les opérations.

Par ailleurs, le centre de coordination des mesures d’urgence (CCMU), basé à Charny, a été en opération toute la fin de semaine.

Du personnel a aussi été déployé pour soutenir les interventions dans les municipalités environnantes. À Scott, 6 pompiers ont participé aux opérations et 14 à Sainte-Marie.

«La Ville de Lévis a offert son entière collaboration. Nos rivières sont en contrôle. Il peut y avoir un certain relent avec la Beaurivage. Dans ce cas, on va intervenir. On a des équipes formées pour le faire. Concernant les interventions sur le territoire québécois, on va laisser le soin au ministère de la Sécurité publique de répondre», a indiqué le maire, Gilles Lehouillier, lors d’un bilan des inondations présenté en marge du conseil municipal du 23 avril.

Niveaux sous surveillance

De la pluie est encore prévue ce mercredi et jeudi mais aucun débordement ne serait à craindre. Hier, la place Couture était toujours fermée et les riverains n’avaient pas pu regagner leur domicile.
Les niveaux des rivières restent sous surveillance ainsi que les terrains. Le soutien aux municipalités avoisinantes touchées se poursuit également.

«On en a discuté au comité exécutif. De concert avec la Sécurité incendie, on a décidé de maintenir le cap. S’il y avait des zones de turbulences cette semaine, nous poursuivrons la même opération de soutien à nos voisins», a fait savoir Gilles Lehouillier. Et de constater que si l’armée a été déployée par le gouvernement c’est à des endroits stratégiques où il y a lieu d’intervenir.

«Il ne faut pas oublier le phénomène géographique. La crue des eaux commence toujours beaucoup plus à l’ouest à cause du réchauffement des températures qui y est beaucoup plus important. Doucement, ça vient finir en Chaudière-Appalaches. C’est une des raisons pour lesquelles nos collègues reçoivent un coup de main plus rapidement que nous», a complété Luc de la Durantaye, le directeur du SSIL.

Des mesures gouvernementales attendues

La municipalité attend désormais que le gouvernement provincial enclenche les mécanismes d’indemnisation. «Le gouvernement a annoncé des mesures intéressantes en fin de semaine. Les gens, comme le gouvernement, sont de plus en plus conscients qu’il va falloir procéder plus rapidement à l’acquisition de propriétés dans les endroits les plus dangereux», a noté le maire.

D’ailleurs, ce type de mesure a déjà été pris à Saint-Étienne-de-Lauzon. «Quelques propriétés ont été achetées par le ministère de la Sécurité publique et les terrains sont souvent revendus à la municipalité pour une somme nominale d’un dollar, à condition qu’on n’y fasse pas de construction», a-t-il rappelé.

De son côté la municipalité n’autorise aucune construction en zone inondable. «Pas question de le permettre! On va maintenir le cap», a assuré Gilles Lehouillier. Quant aux résidences situées dans le secteur Marcel-Roussel, la Ville n’ira pas jusqu’à inciter les résidents à changer de secteur et attend de voir comment interviendra le ministère de la Sécurité publique dans ce dossier.

«Notre rôle est d’intervenir en prévention, d’intervenir dans les opérations de sécurité publique. L’indemnisation, c’est le rôle du gouvernement du Québec», a-t-il mentionné avant de se réjouir que des plans d’action pour relocaliser les gens soient envisagés par le gouvernement. «Une bonne nouvelle», selon le maire.


Les plus lus

Le déconfinement de 1918 à Lévis

Dans une chronique publiée dans le Wall Street Journal du 30 avril dernier, la chroniqueuse américaine Peggy Noonan constate qu'il n'est pas facile d'analyser les conséquences de la pandémie de grippe espagnole de 1918. Qu'en est-il pour Lévis?

COVID-19 : nouvelles mesures prises par Lévis

Plusieurs services de la Ville ont été modifiés pour répondre aux besoins des Lévisiens. Un rappel a également été fait sur les équipements ouverts et les consignes à respecter.

Un virus créé par les humains? Faux

La théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 serait issu de manipulations génétiques a fait l’objet de plusieurs rumeurs depuis le début de la pandémie. La plus récente souligne une soi-disant similitude avec le virus responsable du sida, ce qui démontrerait sa création en laboratoire. Pourtant, des milliers d’analyses de son génome, à travers le monde, conduisent à une origine naturelle. Le Détecteur ...

L'après-pandémie de 1918 à Lévis

Après un mois d'octobre 1918 catastrophique à Lévis avec au-delà de 50 décès et le quart de la population infectée par la grippe espagnole, la vie courante reprend de manière étonnamment rapide par la suite. À peine deux mois plus tard, soit le 28 décembre, Pierre-Georges Roy rapporte que l'église Notre-Dame «est littéralement remplie» pour les «imposantes funérailles» de l'épouse d'Onésime Carrie...

COVID-19 : un nouveau cas confirmé à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir qu'un autre Lévisien a reçu, au cours des 24 dernières heures, un résultat positif à la suite d'un test de dépistage du nouveau coronavirus.

Quatre nouveaux cas d'infection au coronavirus à Lévis

Quatre nouveaux cas confirmés de la COVID-19 ont été constatés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Tous ces cas touchent des Lévisiens.

COVID-19 : trois nouveaux cas confirmés à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, lundi, que trois Lévisiens ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

COVID-19 : deux cas confirmés de plus à Lévis

Dans son plus récent bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir, mardi, que deux Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé, jeudi, que trois autres Lévisiens ont récemment appris qu'ils avaient contracté la COVID-19.

COVID-19 : trois nouveaux cas à Lévis

Dans son plus récent bilan sur l'évolution de l'épidémie de la COVID-19 dans la région, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a fait savoir que trois autres Lévisiens ont été infectés par le nouveau coronavirus.