COLLABORATION SPÉCIALE - MÉLANIE LABRECQUE

SOCIÉTÉ. Le comédien Patrice Coquereau s’est lancé tout un défi, celui de sensibiliser les Québécois aux troubles anxieux. Pour y arriver, il a décidé d’entreprendre une grande marche de 570 km qui le mènera de Longueuil à Rimouski. Parti le 11 juillet dernier et avec 250 kilomètres franchis, il était de passage à Saint-Nicolas le 29 juillet et devrait arriver à Rimouski entre le 20 et le 25 août.

Depuis le début de son périple, les gens viennent naturellement s'ouvrir à lui. Il recueille et enregistre ces témoignages et il a été étonné par ce qu’il a entendu. «C’est fécond, c’est riche, c’est porteur. Ça va au-delà de ce que j’imaginais. […] Plein de gens s’arrêtent sur la route. Ils se confient spontanément. Ils sont de toutes les conditions sociales et économiques ainsi que de toutes professions. […] Quelques fois même, on me raconte des trucs bouleversants.»

D’ailleurs, toute cette aventure a changé le regard qu’il avait sur les autres. Ces rencontres lui ont rappelé que chaque personne est un livre dont on ne voit que la couverture. «On ne sait pas qui est devant soi et ce qu’il a vécu.»

L’idée de la marche Pas à pas est née spontanément. Pendant un an, le comédien a tenté de vendre, sans succès, aux diffuseurs le concept d’un documentaire sur les troubles anxieux. «Je me suis dit que j’allais faire un geste d’éclat pour que ce soit visible. Il fallait que je rencontre des gens sur le terrain et puis ça m’est venu spontanément il y a un mois et demi. Du moment que j’ai décidé ça, tout s’est mis en place.»

Il souhaite maintenant que tous puissent parler de ces problèmes librement, sans peur d’être jugé. «Le suicide, la dépression, le burn-out, ça existe. Arrêtons de nous voiler la face et de le minimiser.»

Engagement personnel

Lorsqu’il parle de la cause, Patrice Coquereau est passionné. Il faut dire qu’il sait de quoi il parle. Il a souffert d’anxiété sévère pendant plusieurs années. Un joint fumé un soir d’octobre 1983 a complètement bouleversé sa vie.

«Mon monde s’est effondré, mes repères initiaux se sont fragmentés. Il a fallu que je réapprenne à vivre au quotidien. Tout était compliqué. Cela a été un très long chemin pour retrouver l’équilibre. Il a fallu que j’aille dans les extrêmes. […] Mon métier m’a aidé à aller vers l’inconnu. Je me suis dirigé où ça me dérangeait le plus.»

Depuis, il a écrit un livre, Guérir à gorge déployée et donne des conférences sur la question. C’est ce qui lui a ouvert les yeux. «Les chiffres officiels vont jusqu’à 20 % de la population. Je pense que c’est plus, puisqu’il y en a une grande partie qui est occultée et cachée. […] Je réalise à quel point les gens ont besoin d’espace, d’être validé, épaulé, de pouvoir parler. En même temps, il y a cette crainte d’être stigmatisé parce qu’on vit dans un monde d’étiquettes.»

Fort de cette expérience, il invite ceux qui doivent composer avec ces difficultés à foncer. «Allez vers l’inconnu, même si c’est confrontant.»

Les jeunes aussi

Ce qui l’attriste le plus, c’est de voir que les plus jeunes, enfants et adolescents, sont aussi rattrapés par cette culture du paraître qui vient créer une grande détresse chez eux.

Certains qu’il a rencontrés lui ont parlé de leurs craintes de se sentir inadéquat, incapable de performer, d’avoir des échecs à l’école, des pensées suicidaires… «C’est très inquiétant et c’est mondial. Il y a une culture qui prévaut, il y a un modèle où ceux qui ne rentrent pas dans le moule sont mis de côté. Il y a quelque chose d’absolument épouvantable», se désole-t-il.

Il est possible de suivre Patrice Coquereau dans son aventure sur les réseaux sociaux ainsi que sur son site web www.patricecoquereau.com, où une campagne de sociofinancement a été lancée pour la cause. 

Les plus lus

Portrait de la démographie à Lévis

L’Institut de la statistique du Québec a récemment mis à jour ses données quant à la démographie dans les différentes municipalités et villes de la grande région de la Chaudière-Appalaches, pour l’année 2018.

Un site de rencontre pas comme les autres

Quand on vit avec une incommodité physique, une déficience intellectuelle, une maladie chronique ou une paralysie, on peut se sentir plus vulnérable au regard des autres sur les sites de rencontre. Une plateforme d’un nouveau genre propose des «rencontres adaptées» à celles et ceux qui vivent avec une différence.

Développer son leadership pour la communauté

Benjamin Bolduc, originaire et résident de Saint-Nicolas, aspire à un métier en finance. Le jeune cégépien de 18 ans a participé au Youth Ambassadors Program organisé par l’ambassade des États-Unis à Ottawa. Ce dernier a eu l’occasion de voyager pendant 3 semaines aux États-Unis avec un groupe de 13 Canadiens, le 17 juillet dernier.

Lévis, ville de choix pour la famille?

En 2019 et pour une première fois en trois ans, la ville de Lévis ne figure plus parmi les 10 premières positions du classement des «Meilleures communautés au Canada pour les familles» établi par le magazine canadien Maclean’s.

Un prix pour une enseignante lévisienne

Marianne Rhéaume, enseignante en secondaire 1, en science et technologie, robotique, et gestionnaire du programme d’éducation intermédiaire (PEI) à l’École secondaire Guillaume-Couture de Lauzon, a reçu un certificat d’honneur dans le cadre des Prix du Premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement et l’excellence dans l’enseignement des STIM.

Lévis obtient le financement pour son transport collectif

Le projet de transport collectif de Lévis ira de l’avant avec l’octroi du financement pour sa réalisation par les gouvernements canadien et québécois. À terme, 4,5 km de voies seront aménagés sur le boulevard Guillaume-Couture.

Le Bivouac historique de Lévis aura lieu ce week-end

C'est demain et dimanche qu'aura lieu l'édition 2019 du Bivouac historique de Lévis, un événement de reconstitution historique militaire présenté au Fort de la Martinière à Lauzon.

Contrer l’isolement des aînés, une balade à la fois

L’organisme sans but lucratif Un vélo une ville, qui offre un service gratuit de balades en triporteur pour les aînés, étend cet été son offre jusqu’à Lévis. Rendue possible par un partenariat avec la Ville de Lévis et divers partenaires, la mise en service d’un triporteur sur le territoire a pour mission d’accroître le bien-être des aînés en brisant l’isolement social.

L’école commencera plus tôt en septembre

Les élèves fréquentant les écoles primaires de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) commenceront les classes 10 minutes plus tôt, à partir de la prochaine rentrée scolaire.

Une carte interactive des transports alternatifs à l’auto solo

Pour trouver facilement les moyens de transport actif et collectif à Lévis et partout en Chaudière-Appalaches, une nouvelle plateforme est en ligne depuis lundi 20 août.