CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Par voie de communiqué, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a profité de la Journée mondiale de l'habitat, le 7 octobre, pour déplorer qu'un quart des locataires de Lévis «paient trop cher pour se loger» et demander à tous les paliers de gouvernement d'agir pour s'attaquer à cette problématique.

Si le FRAPRU convient que la situation globale des locataires lévisiens s’est améliorée entre les deux derniers recensements fédéraux, il critique le fait que près de 5 000 ménages locataires de Lévis paient plus que la norme de 30 % de leur revenu pour se loger.

Selon les données locales du 7e Dossier noir sur le logement et la pauvreté, une analyse produite à partir des données du recensement de 2016, 2 490 ménages lévisiens ont même des besoins impérieux de logement et doivent consacrer plus de 50 % de leur revenu pour se loger.

«Il leur est pratiquement impossible de ne pas couper dans leurs autres besoins essentiels une fois le loyer payé, et cela se fait au détriment de leur santé et de leur sécurité» affirme Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU, avant d'ajouter que les familles monoparentales, les personnes seules, les femmes et les personnes âgées sont particulièrement touchées par ce problème. 

Estimant que le «marché privé ne peut clairement pas répondre aux besoins des locataires à faibles et modestes revenus», le FRAPRU et des partenaires lévisiens estiment que le logement social et communautaire «est la seule solution durable, car il assure des loyers respectant la capacité de payer des ménages et une sécurité d’occupation». Ces derniers espèrent donc que la Ville de Lévis, le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral augmenteront les investissements à ce niveau

«Les besoins en logement abordable ne manquent pas à Lévis. Nous avons la chance d’avoir une communauté mobilisée et des organismes communautaires en habitation souhaitant développer des projets pour répondre à ces besoins. Pour développer des projets immobiliers il faut de la prévisibilité en termes de soutien financier et cela nous le l’avons pas actuellement», a notamment partagé Alain Marcoux, directeur général du Groupe de ressources techniques (GRT) Nouvel Habitat.

Plus particulièrement, le FRAPRU a profité de l'occasion pour demander aux candidats des partis fédéraux en lice dans les deux circonscriptions lévisiennes de prendre des engagements clairs et chiffrés ur le développement de logements sociaux et communautaires à Lévis. Le groupe communautaire se désole que le «sujet est malheureusement absent dans la campagne électorale à Lévis».

Les plus lus

Des bleuets pour la bonne cause

Dans le cadre d'une collecte de dons au profit de trois organismes communautaire, petits et grands pourront venir cueillir gratuitement des fruits à la Bleuetière DuRoy, à St-Étienne-de-Lauzon, les samedis 25 juillet, 1er et 8 août.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

COVID-19: un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Après près d’une semaine sans nouveau cas, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a recensé une infection supplémentaire à la COVID-19, à Lévis. Depuis le début de la crise, 523 personnes ont contracté la maladie en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.

COVID-19 : de nouveaux cas dans la région

Quatre nouveaux cas infectés de nouveau coronavirus ont été répertoriés sur le territoire de la Chaudière-Appalaches recensent les données des dernières 24 heures au Québec, ce 2 août. Au total, 141 cas ont été ajoutés au compteur dans l’ensemble de la province.

COVID-19 : près de 40 cas actifs en Chaudière-Appalaches

La Chaudière-Appalaches compte maintenant 570 personnes qui ont été infectées à la COVID-19, dont trois nouveaux cas dans les 24 dernières heures. Depuis vendredi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dénombré sept nouveaux cas en Chaudière-Appalaches.