Jiali et Gwen racontent comment elles ont créé des liens. CRÉDIT: CAROLINEMARTEL

Après avoir donné naissance à un petit garçon, Gwen Bobbé a perdu six bébés. Trop pour la maman. Avec son conjoint, ils décident d’adopter une petite fille. La maman et sa fille Jiali Côté publient un livre où elles racontent, aux côtés d’autres témoignages, comment elles se sont apprivoisées mutuellement.

Le 19 octobre 2009, Gwen serre Jiali dans ses bras pour la première fois. La petite fille vient de passer six heures dans un train de nuit accompagnée par le personnel de l’orphelinat. Elle est complètement déboussolée.

«Elle m’a pris. Elle s’est accrochée, mais pas attachée. Accrochée. Et elle ne m’a plus jamais lâchée», se souvient Gwen avec émotion.

L’attachement viendra, mais plus tard. D’abord, il faut apprendre à se faire confiance. «Jiali, au début, elle ne m’apprivoisait pas, raconte sa maman. Moi, je l’ai adoptée tout de suite. Mais elle aussi devait m’adopter.»

La petite fille d’à peine deux ans a une fente labio-palatine, c’est-à-dire une ouverture au niveau de la lèvre qui peut se prolonger jusqu’au palais. Une fois opérée, cette fente disparaît. 

À l’hôpital, Gwen ne quitte pas Jiali. «Elle a vu que j’étais là. Et que je restais là. Et que je dormais là.» Alors, l’attachement commence à naître. Depuis l’arrivée de Jiali à Lévis, sa maman met tout en œuvre pour que le lien se tisse entre elle et sa fille.

Elle la change, la nourrit, la garde dans ses bras autant que possible. «Je l’ai beaucoup protégée», précise Gwen qui se rappelle avoir créé «un cocon», autour d’elles. 

«C’est tout ça qui a fait que Jiali, à un moment donné, s’est abandonnée et m’a fait confiance. Elle a dit ok et m’a choisie comme maman, constate Gwen. Elle avait besoin de ma présence et de temps de qualité pour s’attacher à moi.»

Vivre avec une blessure

Pour souligner les moments importants de l’histoire de Jiali, Gwen instaure ce qui sont pour elles des rituels, une façon de préserver le lien avec les racines de sa fille et de lui permettre d’exprimer ce qu’elle ressent.

«Le 11 février, on allume la chandelle chaque année. C’est le jour où ma mère m’a laissée dans un champ. Je dis ce que je veux de bon pour elle et après, quand je la souffle, c’est comme si ça s’envolait pour elle», confie Jiali.

Si la jeune fille, qui est maintenant âgée de 11 ans, a accepté que sa maman de Chine ait dû la laisser car elle ne pouvait pas s’occuper d’elle, Jiali a vécu durement la séparation. «Je m’ennuyais d’elle», reconnaît-elle. Petit à petit, elle et sa maman du Canada s’apprivoisent.

«Si je la rejetais toujours, j’allais avoir personne pour me comprendre et lui dire plein d’affaires»,  explique Jiali. Alors chacune des deux femmes trouve sa place dans son cœur. «Je sais que je les aime. Moitié, moitié, illustre Jiali. Ma mère ici, c’est elle qui m’a tout appris. Mon autre mère, c’est elle qui m’a mise au monde. Sans elle, je ne serais pas là.»

«Il faut que tu sois prêt à ce que ton enfant ait une blessure. Il ne faut pas le prendre personnellement, ça n’a rien à voir avec toi, ajoute Gwen. L’amour ne guérira pas tout. Il faut accepter cette blessure et en parler avec son enfant.» La maman a trouvé dans cette acceptation un chemin pour traverser l’épreuve positivement.

Un livre à plusieurs voix

Des hauts et des bas. Beaucoup d’amour. Des grosses crises. Toutes ces pièces font partie du processus d’adoption. Parce que Jiali et Gwen ont dû s’apprivoiser l’une et l’autre, c’est de ça qu’elles ont choisi de parler dans leur livre. «De là, est né le titre.»

Chaque dimanche matin vers 10h, mère et fille vont dans un Starbucks et parlent de ce processus d’adoption traversé ensemble. 

«Ma fille prenait un thé aux agrumes ou un chocolat chaud. Moi, je prenais mon café vanillé. Je lui disais ce que j’avais écrit et elle me répondait, se souvient Gwen. J’ai pris tous les mots qu’elle m’a dit et je les ai reproduits en intégral. C’est sa version.»

C’est Jiali qui a eu l’idée d’écrire ce livre. À son tour, elle a eu envie de vivre cette aventure avec sa maman, qui avait publié deux ouvrages. De leurs échanges a germé d’idée de greffer à leur histoire, 19 autres témoignages recueillis auprès d’autres parents ayant adopté. 

Santé mentale, dépression, maladie, vie de famille, choisir entre l’adoption d’un enfant ou une fratrie, l’attachement, adopter quand on est sourd, S’apprivoiser mutuellement : l’adoption couvre vingt thèmes. Dans cet ouvrage à plusieurs voix, les parents partagent leurs expériences et l’enfant y met son grain de sel, le tout accompagné d’anecdotes.

Quant à Jiali, elle espère que le livre répondra aux questions que se posent les gens sur l’adoption. Un jour peut-être, la jeune fille se dit qu’elle aussi aimerait adopter un enfant. «On s’aide mutuellement. Jiali avait besoin de parents et moi, j’avais besoin d’un enfant», conclut Gwen. 

S’apprivoiser mutuellement : l’adoption est disponible auprès de Gwen Bobbé sur commande à bobeecote@yahoo.ca.

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Un Lévisien en vedette dans L’appartement

Nouvelle «série-réalité» du Club Illico, L’appartement aura des couleurs lévisiennes. En effet, l’un des cinq participants de l’émission, Pierre-Alexandre Imbeault, est originaire de Lévis. Une opportunité qui permettra au jeune de 19 ans de faire l’éloge de la différence, lui qui est en plein processus de transition de genre.

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Le projet de loi 40 adopté

Le projet de loi 40, qui vise à transformer les commissions scolaires en centres de services, à abolir les élections scolaires et à décentraliser la prise de décision, a été adopté le 8 février dernier.