CRÉDIT : SOCIÉTÉ IMMOBILIÈRE DU CANADA

Que deviendra la ferme Chapais? L’immense site de 40 hectares situé en plein cœur de Lévis attise bien des convoitises. Alors que la Ville a déjà exprimé sa volonté d’en devenir propriétaire, c’était au tour des citoyens de faire part de leurs idées.

Près de 350 citoyens et membres d’organismes lévisiens ont participé à deux consultations publiques sur l’avenir de la ferme Chapais organisées par la Société immobilière du Canada (SIC), mandatée par Agriculture et Agroalimentaire Canada, l’actuel propriétaire, qui veut s’en départir.

La SCI mène présentement un processus d’évaluation, dont les consultations publiques sont la première étape. La Société va à la rencontre de la communauté afin de «comprendre quels sont ses besoins et ses attentes» avant la requalification du site. «On en est au tout début du processus de réflexion», a souligné la SCI qui analysera ensuite les perspectives de mise en valeur.

Le 13 novembre à Lévis, la Société a donc recueilli les commentaires et les propositions des participants qui étaient invités à réfléchir au potentiel du site, avant sa vente à un acquéreur ou une éventuelle acquisition par la Société elle-même. Une possibilité que n’a pas exclu sa représentante.

Pas de projet sur la table 

 Aucun projet n’est sur la table aujourd’hui. Rien ne dit non plus que c’est l’option de l’acquisition par la SIC qui sera retenue. Mais, à titre d’exemple, la SIC exploite une vingtaine d’infrastructures partout au Canada. Un des mandats de cette société d’État est en effet d’acheter «tout ce qui est excédentaire des ministères pour le valoriser, le qualifier et lui redonner une autre vie».

«On n’a pas encore acheté le site. Mais avant de l’acquérir, il faut voir ce que vous voulez en faire. On va étudier et analyser les scénarios, a-t-elle répondu à la question d’un citoyen. À partir de là, c’est Agriculture Canada qui va décider s’il va nous vendre le site, s’il va nous le donner. Ce qu’il va faire avec, ça lui appartient. On n’a pas encore de projet.»

Interrogée ensuite sur la valeur foncière de la ferme Chapais, la représentante de la SIC a expliqué qu’aucune évaluation n’a encore été faite puisque la valeur d’un site est dépend de sa fonction. Le site d’un parc a une valeur différente d’un site industriel, a-t-elle illustré.

Un zonage conservation

Depuis la relocalisation des activités de la ferme Chapais en 2014 à Saint-Augustin, «Agriculture et Agroalimentaire Canada n’a pas les moyens de gérer un tel site.» C’est pourquoi le ministère qui ne possède pas l’expertise pour réaliser ce projet, l’a confié à la SCI.

Si certains participants à la consultation ont soulevé la comparaison avec les terres des Sœurs de la Charité à Québec, l’architecte et designer urbain, Érick Rivard, a expliqué qu’elle s’arrête au fait que les terres ont, dans les deux cas, été cultivées.

«Les terres des Sœurs de la Charité sont à l’extérieur d’un périmètre d’urbanisation, zonées agricoles et protégées par la Commission de protection du territoire agricole du Québec. Ici, c’est à l’intérieur du périmètre d’urbanisation et il n’y a pas de zonage agricole sur le site. C’est un zonage de conservation et de récréation, qui permet par exemple un parc.» C’est même «à peu près» la seule utilisation actuellement autorisée, a-t-il estimé.

Une perspective qui séduit bon nombre de citoyens qui voient aussi diverses utilisations récréatives ou communautaires du site. Lors de la soirée de consultation, ils été nombreux à mettre de l’avant la valeur naturelle et patrimoniale de la ferme Chapais. Beaucoup ont demandé que la faune et la flore ainsi que la quiétude des lieux soient protégées dans les projets à venir. «C’est beau et il faut que ça reste beau», a lancé un citoyen. Avant qu’un autre participant illustre cette volonté populaire : «c’est un diamant brut, à vous de le sertir correctement».

Les plus lus

L’effectif infirmier stable en Chaudière-Appalaches

L’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ) a dévoilé, le 27 novembre, le nombre d’infirmiers inscrits à son Tableau pour 2018-2019. Ces chiffres permettent de constater que l’effectif infirmier demeure stable en Chaudière-Appalaches.

Ferme Chapais : comment lui donner une nouvelle vie?

Que deviendra la ferme Chapais? L’immense site de 40 hectares situé en plein cœur de Lévis attise bien des convoitises. Alors que la Ville a déjà exprimé sa volonté d’en devenir propriétaire, c’était au tour des citoyens de faire part de leurs idées.

La CSDN veut une gouvernance scolaire «durable, positive et bienveillante»

La Commission scolaire des Navigateurs (CSDN) a présenté, le 5 novembre à l’Assemblée nationale, son mémoire portant sur le projet d’abolition des commissions scolaires francophones devant la commission parlementaire de la culture et de l’éducation. L’une des rares commissions scolaires ne s’y opposant pas, la CSDN a alors proposé certaines modifications pour bonifier le projet de loi 40.

Le PQPTM sera déployé en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches est l’un des cinq établissements la province où sera déployé le Programme québécois pour les troubles mentaux (PQPTM).

26 agents du SPVL honorés

Dix-neuf membres du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) ont reçu, le 21 novembre, la Médaille de la police pour services distingués du lieutenant-gouverneur du Québec. À cette occasion, sept membres du SPVL ont aussi reçu une distinction honorifique de la Ville de Lévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 20 novembre 2019

La 23e édition des prix Hommage bénévolat-Québec a récemment été lancée. Les ministres Jean Boulet et Marie-Eve Proulx ont désigné le porte-parole de la région de la Chaudière-Appalaches pour le concours qui se terminera le 5 décembre. Il s’agit de Thierry Durand, directeur général du Centre d’action bénévole Bellechasse-Lévis-Lotbinière. Remise par le gouvernement du Québec, cette distinction sou...

Récompense pour des élèves impliqués

Comme à son habitude, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a récompensé ses brigadiers-élèves avant le temps des Fêtes, le 27 novembre dernier. Pour ce faire, les policiers lévisiens ont invité 251 brigadiers-élèves à jouer aux quilles.

Le policier persévérant

La rencontre de Joé Randisi avec des agents du Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) il y a quelques années, dans le cadre du programme Défi Everest, a littéralement changé la vie du jeune Lotbiniérois. Faisant face à de nombreuses difficultés scolaires, il a travaillé d’arrache-pied afin de réaliser son rêve : devenir policier.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 27 novembre 2019

Le 7 décembre, l’Orchestre symphonique de Lévis vous invite à venir célébrer un Noël façon romantique avec lui à l’église de Saint-David, dès 20h. Après Christmas Celebration, l’ensemble recevra la soprano Karine Bouchard (sur la 1re photo) qui va prêter sa voix puissante aux Lieder de Richard Strauss, mais surtout à l’éternelle Isolde de Wagner dans le Liebestod. Après le Roméo de Tchaikovsky, l’...

Conférence sur la planète

Deux étudiants lévisiens donneront une conférence sur le thème de l’environnement au Café la Mosaïque, situé sur la rue Saint-Louis à Lévis, le 29 novembre de 19h à 20h.