Depuis l’arrivée du LPU, la STLévis enregistrée une augmentation de 19 % de sa clientèle étudiante tous titres de transport confondus. CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Le laissez-passer universel (LPU) de l’Université Laval n’a engendré que du positif pour la Société de transport de Lévis (STLévis) depuis son implantation à l’automne dernier. En effet, la STLévis a enregistré une augmentation de 40 % de l’achalandage étudiant destiné à l’Université Laval.

Ce partenariat entre la Confédération des associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL), l’Association des étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS), la STLévis, le Réseau de transport de la Capitale (RTC) et l’Université Laval permet aux étudiants de l’Université Laval de bénéficier d’un LPU pour le transport en commun du réseau de la STLévis et du RTC à un tarif avantageux inclus dans leurs frais d’inscription.

La société de transport lévisienne a également constaté une augmentation de 19 % de sa clientèle étudiante tous titres de transport confondus depuis l’automne. La STLévis rapporte que le projet était discuté depuis plusieurs années déjà et son déploiement n’est que bénéfique.

«Il a fallu ajouter des doubleurs afin d’offrir du service supplémentaire à des heures clés. Donc, on a un revenu supplémentaire qu’on réinvestit dans notre service pour répondre à la hausse», explique Mario Fortier, président de la STLévis.

La STLévis a observé une augmentation de 21 % de son achalandage en dehors des heures de pointe, comme quoi le LPU a des impacts à bien des niveaux. «Ce qu’on remarque aussi, c’est qu’il y a une croissance qui s’observe en dehors des heures de pointe. Ça nous a permis d’augmenter notre achalandage entre 9h et 15h, c’est très positif. On voit une foule de retombées», ajoute Jean-François Carrier, directeur général de la société de transport.

Un effet exponentiel

 Pour l’automne 2019, 3 200 étudiants de l’Université Laval étaient répertoriés sur la Rive-Sud et les statistiques démontrent que 4 368 étudiants détenteurs du LPU ont utilisé les services de la STLévis au moins une fois durant cette période. «Ce qui est intéressant aussi pour Lévis, c’est qu’on se rend compte qu’il y a plus d’étudiants qui ont utilisé leur passe à Lévis que le nombre de passes émises. Ce qui veut dire que les gens de Québec utilisent leur passe pour venir ici», expose Mario Fortier.

Pour supporter cette hausse d’achalandage, la STLévis a augmenté la fréquence de passage des trajets L2 et L3 toutes les 7,5 minutes au lieu d’aux 15 minutes pendant les heures de pointe. Elle a d’ailleurs remarqué une hausse significative de l’utilisation de son application mobile qui permet aux usagers de connaître l’horaire des autobus.

Au total, ce sont 116 356 déplacements sur le réseau en provenance ou en partance de l’Université Laval qui ont été enregistrés par la STLévis.

Pour la suite des choses, la STLévis souhaite que le projet du LPU inspire les entreprises et les organisations des alentours. «Ce projet-là est profitable pour l’ensemble de la population parce qu’on ajoute du service. Notre espoir, c’est que ça contamine d’autres organisations et qu’elles prennent exemple sur ce succès de l’Université Laval en fonction de leur réalité», conclut le directeur général de la STLévis.

Les plus lus

COVID-19 : Lévis est la région la plus touchée de la Chaudière-Appalaches

Puisque le ministère de la Santé a donné son autorisation pour dévoiler cette donnée, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) peut maintenant dévoiler le nombre de cas confirmés par MRC. Selon le dernier bilan du CISSS-CA, avec 82 cas confirmés, Lévis est la région de la Chaudière-Appalaches la plus touchée par la pandémie.

Deux nouveaux cas de coronavirus en Chaudière-Appalaches

Dans son plus récent bilan du nombre de cas confirmés de la COVID-19 dans la province, publié à 15h dimanche, le gouvernement du Québec a dévoilé que deux nouvelles personnes souffrent du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches.

Lévis et la grippe espagnole en octobre 1918

La ville de Lévis fut durement éprouvée par l’épidémie de grippe espagnole en 1918. Un parcours rapide des incontournables Dates Lévisiennes de Pierre-Georges Roy nous permet de mesurer l’ampleur du drame.

COVID-19 : l'état de la situation dans la région à 20h

Aucun nouveau cas confirmé n’a été comptabilisé en Chaudière-Appalaches, ce 17 mars. Dans la région, quatre personnes sont atteintes du Coronavirus. Le gouvernement du Québec a annoncé des mesures financières. À Lévis, de nouvelles consignes ont été données aux utilisateurs du transport en commun et par plusieurs organisations.

Coronavirus : c'est quoi l'isolement volontaire?

Le gouvernement du Québec recommande fortement à tous les voyageurs revenant dans la province de se placer en isolement volontaire de 14 jours pour éviter la propagation de la COVID-19. Mais qu'est-ce qu'on entend par isolement volontaire? Voici ce que les autorités provinciales et fédérales demandent concrètement aux voyageurs.

Une clinique de dépistage de la COVID-19 à Charny

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches a ouvert, ce matin, une clinique de dépistage à l'auto de la COVID-19 au Centre Paul-Gilbert, à Charny.

Des employés du CRDITSA inquiets

Des employés oeuvrant au siège social du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles du spectre de l'autisme (CRDITSA) du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), situé dans le complexe du Collège de Lévis, vivent dans l'inquiétude depuis quelques jours en raison d'un cas de contamination à la COVID-19.

Coronavirus : la situation dans la région à 20h

L'annonce plus tôt aujourd'hui de la mise en place de certaines restrictions par le gouvernement du Québec, dont l'interdiction de tenir des événements à l'intérieur réunissant plus de 250 personnes, en lien avec la crise du coronavirus a provoqué plusieurs bouleversements dans la région. Voici un résumé de ce que vous devez savoir.

Une deuxième résidence pour aînés lévisienne fortement touchée par la COVID-19

Dans son plus récent bilan, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a dévoilé qu'un foyer de contagion à la COVID-19 a été découvert dans une deuxième résidence pour aînés lévisienne, le Manoir de l'arbre argenté.

La grippe espagnole et les autres épidémies à Lévis

Dans un premier article publié en ligne le 29 mars, on a constaté que la petite ville de Lévis fut fortement touchée par la grippe espagnole en 1918 avec quelque 51 morts et 2 484 personnes infectées en deux semaines sur une population de seulement 10 057 habitants. Il s’agit d’un bilan très lourd qui s’apparente aux tribulations de plusieurs autres villes québécoises, canadiennes et américaines.