La salle de prière peut accueillir jusqu’à 150 personnes. CRÉDIT:COURTOISIE

Située auparavant sur l’avenue Bégin, la mosquée de Lévis s’est établie sur le boulevard Guillaume-Couture, le 21 janvier dernier. Le nouveau local permettra à l’association qui gère le lieu de culte d’y rassembler toutes ses activités et d’y organiser des événements.

C’est d’abord le manque d’espace dans la salle de prière du Vieux-Lévis qui a conduit au déménagement de la mosquée de Lévis.

«L’ancienne mosquée, plus précisément la salle de prière, était prévue pour une cinquantaine de fidèles. Sauf que très vite, au bout d’à peine une année, on s’est rendu compte que c’était beaucoup trop petit par rapport à nos besoins réels», explique Karim Elabed, l’imam de la mosquée de Lévis.

Alors, «c’était nécessaire d’offrir aux musulmans un lieu de culte plus adapté à leurs besoins», poursuit-il. La salle de prière peut désormais accueillir jusqu’à 150 personnes.

Centrale et proche de nombreux commerces et d’entreprises, la nouvelle localisation se devait d’être accessible afin de réduire les temps de trajet et favoriser l’utilisation du transport en commun.

«Les gens n’ont pas beaucoup de temps pour venir faire leur prière. Alors, c’est plus facile pour les musulmans qui travaillent dans ce secteur achalandé de venir. Avant, il fallait aller jusqu’en basse ville», observe Karim Elabed.

Alors que le précédent local ne comptait qu’une salle de prière, l’actuel bâtiment compte en plus d’une grande salle de prière, quatre classes ainsi qu’une autre grande salle pour les fêtes et les réceptions.

Un lieu de culte et d’activités

«L’avantage de ce local, c’est qu’on a pu regrouper à la fois l’activité de culte et l’activité d’éducation pour les jeunes avec l’apprentissage du Coran et de la religion. Avant, on ne pouvait pas le faire dans le local où on était et on était obligé de louer ailleurs, au Patro», souligne l’imam.

«L’association qui gère le lieu de culte ne pouvait pas organiser d’activités dans la configuration qu’on avait avant», ajoute-t-il. Les fêtes religieuses, comme le Ramadan et la fête de l’Aïd, qui étaient célébrées à l’extérieur pourront aussi l’être dans les salles de la mosquée de Lévis ainsi que les repas communautaires organisés à ces occasions.

S’ouvrir à la population

Lors de l’ouverture de la première salle de prière sur l’avenue Bégin il y a «trois ou quatre années», une petite journée porte ouverte avait été organisée, mais «ça n’avait pas donné beaucoup de succès. Mais, on était tout nouveau dans le Vieux-Lévis».

L’expérience sera toutefois renouvelée puisque l’ouverture aux autres communautés, la lutte contre les préjugés et la promotion du vivre ensemble font partie de la mission des lieux. «Depuis le début, notre leitmotiv est de s’ouvrir sur notre voisinage, faire de la mosquée un lien de rencontre, un pont qui relie les différentes communautés. On n’a pas vocation à se recroqueviller sur nous même», rappelle Karim Elabed.

L’imam reconnaît toutefois que si le local a été installé «dans des délais assez courts pour répondre au besoin le plus urgent d’accueillir la communauté dans un lieu plus accueillant et plus grand», des aménagements restent encore à effectuer.

«Il nous reste quand même pas mal de travail avant de commencer à se dire qu’on peut faire des portes ouvertes, précise-t-il. Pour concrétiser, il faut travailler, il faut des moyens, des bénévoles. On veut construire un pont, mais il ne faut pas que le trajet se fasse seulement dans un sens. Il faut que ça soit dans les deux sens. Ça prend du temps.»

«On a pas mal d’occasions de célébrer, les fêtes religieuses et aussi les commémorations, comme dernièrement à Québec. Il y a beaucoup d’occasions de s’ouvrir et c’est notre but. Et d’y travailler pour tisser des liens, c’est notre objectif», conclut Karim Elabed.

Les plus lus

Des bleuets pour la bonne cause

Dans le cadre d'une collecte de dons au profit de trois organismes communautaire, petits et grands pourront venir cueillir gratuitement des fruits à la Bleuetière DuRoy, à St-Étienne-de-Lauzon, les samedis 25 juillet, 1er et 8 août.

Lettre d'opinion - Un site qui a besoin d'amour

Il arrive parfois que l'ordre des choses établi soit bouleversé; dans une pièce avec un café, une plume s'éveille sur le tard, n'ayant ni crédit ni tribune pour se faire entendre. Incapable d'arrêter d'écrire, dans certain cas particulier, cela donna naissance, au début des années 1970, au phénomène du journalisme gonzo; le texte qui suit en est une tentative de ma part.

COVID-19 : plus qu'un cas actif en Chaudière-Appalaches

Comme depuis quelques jours, aucun nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus n'a été constaté en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures. Même qu'il n'y a désormais qu'un seul cas actif dans la région, plus précisément à Lévis.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter en Chaudière-Appalaches

Dix personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs est maintenant de 28 personnes. C'est près de trois fois plus qu'au début du mois de juillet. Au Québec, le dernier bilan fait état de 122 nouveaux cas.

COVID-19: un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Après près d’une semaine sans nouveau cas, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a recensé une infection supplémentaire à la COVID-19, à Lévis. Depuis le début de la crise, 523 personnes ont contracté la maladie en Chaudière-Appalaches.

COVID-19 : quatre nouveaux cas dans la région

La «disparition» du nouveau coronavirus en Chaudière-Appalaches n'aura duré que 24 heures. Selon les plus récentes données des autorités sanitaires, quatre résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19.

Une nouvelle garderie à Saint-Jean-Chrysostome

Le Centre éducatif sous les arbres, une garderie privée subventionnée située sur l’avenue Taniata, ouvrira ses portes d’ici la fin septembre.

Une maison des aînés et alternative à Saint-Étienne-de-Lauzon

Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, accompagnée de Marc Picard, député des Chutes-de-la-Chaudière, a annoncé la création d’une maison des aînés et alternative dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon au prolongement de l’avenue Albert-Rousseau, le 28 juillet.

COVID-19 : le nombre de cas actifs continue d'augmenter

Sept personnes de plus ont été testées positives à la COVID-19 dans la région où le nombre de cas actifs continue d'augmenter. Au Québec, le dernier bilan fait état de 145 nouveaux cas.

COVID-19 : de nouveaux cas dans la région

Quatre nouveaux cas infectés de nouveau coronavirus ont été répertoriés sur le territoire de la Chaudière-Appalaches recensent les données des dernières 24 heures au Québec, ce 2 août. Au total, 141 cas ont été ajoutés au compteur dans l’ensemble de la province.