La salle de prière peut accueillir jusqu’à 150 personnes. CRÉDIT:COURTOISIE

Située auparavant sur l’avenue Bégin, la mosquée de Lévis s’est établie sur le boulevard Guillaume-Couture, le 21 janvier dernier. Le nouveau local permettra à l’association qui gère le lieu de culte d’y rassembler toutes ses activités et d’y organiser des événements.

C’est d’abord le manque d’espace dans la salle de prière du Vieux-Lévis qui a conduit au déménagement de la mosquée de Lévis.

«L’ancienne mosquée, plus précisément la salle de prière, était prévue pour une cinquantaine de fidèles. Sauf que très vite, au bout d’à peine une année, on s’est rendu compte que c’était beaucoup trop petit par rapport à nos besoins réels», explique Karim Elabed, l’imam de la mosquée de Lévis.

Alors, «c’était nécessaire d’offrir aux musulmans un lieu de culte plus adapté à leurs besoins», poursuit-il. La salle de prière peut désormais accueillir jusqu’à 150 personnes.

Centrale et proche de nombreux commerces et d’entreprises, la nouvelle localisation se devait d’être accessible afin de réduire les temps de trajet et favoriser l’utilisation du transport en commun.

«Les gens n’ont pas beaucoup de temps pour venir faire leur prière. Alors, c’est plus facile pour les musulmans qui travaillent dans ce secteur achalandé de venir. Avant, il fallait aller jusqu’en basse ville», observe Karim Elabed.

Alors que le précédent local ne comptait qu’une salle de prière, l’actuel bâtiment compte en plus d’une grande salle de prière, quatre classes ainsi qu’une autre grande salle pour les fêtes et les réceptions.

Un lieu de culte et d’activités

«L’avantage de ce local, c’est qu’on a pu regrouper à la fois l’activité de culte et l’activité d’éducation pour les jeunes avec l’apprentissage du Coran et de la religion. Avant, on ne pouvait pas le faire dans le local où on était et on était obligé de louer ailleurs, au Patro», souligne l’imam.

«L’association qui gère le lieu de culte ne pouvait pas organiser d’activités dans la configuration qu’on avait avant», ajoute-t-il. Les fêtes religieuses, comme le Ramadan et la fête de l’Aïd, qui étaient célébrées à l’extérieur pourront aussi l’être dans les salles de la mosquée de Lévis ainsi que les repas communautaires organisés à ces occasions.

S’ouvrir à la population

Lors de l’ouverture de la première salle de prière sur l’avenue Bégin il y a «trois ou quatre années», une petite journée porte ouverte avait été organisée, mais «ça n’avait pas donné beaucoup de succès. Mais, on était tout nouveau dans le Vieux-Lévis».

L’expérience sera toutefois renouvelée puisque l’ouverture aux autres communautés, la lutte contre les préjugés et la promotion du vivre ensemble font partie de la mission des lieux. «Depuis le début, notre leitmotiv est de s’ouvrir sur notre voisinage, faire de la mosquée un lien de rencontre, un pont qui relie les différentes communautés. On n’a pas vocation à se recroqueviller sur nous même», rappelle Karim Elabed.

L’imam reconnaît toutefois que si le local a été installé «dans des délais assez courts pour répondre au besoin le plus urgent d’accueillir la communauté dans un lieu plus accueillant et plus grand», des aménagements restent encore à effectuer.

«Il nous reste quand même pas mal de travail avant de commencer à se dire qu’on peut faire des portes ouvertes, précise-t-il. Pour concrétiser, il faut travailler, il faut des moyens, des bénévoles. On veut construire un pont, mais il ne faut pas que le trajet se fasse seulement dans un sens. Il faut que ça soit dans les deux sens. Ça prend du temps.»

«On a pas mal d’occasions de célébrer, les fêtes religieuses et aussi les commémorations, comme dernièrement à Québec. Il y a beaucoup d’occasions de s’ouvrir et c’est notre but. Et d’y travailler pour tisser des liens, c’est notre objectif», conclut Karim Elabed.

Les plus lus

Une fermeture qui déplaît

Certains citoyens sont mécontents de la décision de la Ville de Lévis de fermer certains sentiers du parc des Chutes-de-la-Chaudière lors de la saison hivernale.

COVID-19 : Québec serre la vis aux non-vaccinés

Comme le premier ministre du Québec l’avait laissé entendre à la fin de la dernière année, le gouvernement provincial va de l’avant avec l’implantation de mesures restrictives visant les personnes non vaccinées contre la COVID-19. Lors d’une mise à jour sur la situation épidémiologique de la province le 6 janvier, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en a fait l’annonce...

COVID-19 : Québec met en place de nouvelles directives pour le dépistage et la gestion des cas

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) a dévoilé, le 4 janvier, de nouvelles directives en ce qui a trait au dépistage de la COVID-19 et la gestion des cas détectés de la maladie. Avec ces mesures qui entrent en vigueur dès aujourd'hui, Québec veut diminuer les impacts dans le réseau de la santé et dans la société de la hausse importante de nouveaux cas de COVID-19 dans ...

Legault donne un «grand coup» pour freiner la quatrième vague

En compagnie du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé, le 30 décembre, la mise en place d’une nouvelle série de mesures restrictives afin de freiner la propagation du coronavirus dans la province. Dès demain, les Québécois devront, entre autres, de nouveau vivre avec un couvre-...

COVID-19 : le nombre d'hospitalisations continue d'augmenter dans la région

Selon les données publiées jeudi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 est encore à la hausse.

Un projet pour la Beaurivage

Le Bureau d’écologie appliquée (BEA) a reçu un financement de 60 000 $ du Fonds d’action Saint-Laurent (FASL). Cet investissement permettra de réaliser le projet Actions concertées pour améliorer la qualité de l’eau de la rivière Beaurivage en 2021-2022.

COVID-19 : plusieurs indicateurs continuent d'être au rouge dans la région

Selon les plus récentes données sur l'évolution de la pandémie dans la province publiées ce lundi par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la situation sanitaire de la Chaudière-Appalaches continue de se détériorer.

Québec présente son plan de match pour le retour des élèves en présence

En compagnie du directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, le ministre de l’Éducation du Québec, Jean-François Roberge, a présenté, le 5 janvier, les mesures qui seront en vigueur pour permettre le retour des élèves en classe. Pour le moment, Québec vise toujours une rentrée présentielle pour le lundi 17 janvier.

Revue 2021 - Rétrospective de juin

Alors que le Vieux Bureau de Poste offrait deux comédies aux citoyens, Valérie Garneau recevait la médaille de citoyenneté d’honneur de Lévis. Sans oublier, en juin, les nouveautés dans la revitalisation de Charny, le nouvel Appart Anticafé et l’inauguration des Frigos partagés.

Les hôpitaux de la région débordés par la COVID-19

Depuis le début de la vague de COVID-19 occasionnée par le variant Omicron, la Chaudière-Appalaches est durement touchée et ses hôpitaux régionaux également. En date du 6 janvier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) recensait 107 patients hospitalisés répartis entre l’Hôtel-Dieu de Lévis, l’Hôpital de Saint-Georges, l’Hôpital de Montmagny et l’Hôpit...