CRÉDIT : BIGSTOCK

Parmi les théories qui associent la pandémie à la technologie de téléphonie cellulaire 5G, la plus facile à comprendre est celle qui prétend que le virus aurait frappé plus fort là où la 5G était déployée. Le Détecteur de rumeurs remet en doute cette relation de cause à effet.

Par Catherine Couturier – Le Détecteur de rumeurs — Agence Science-Presse

Wuhan — là où les rumeurs ont commencé

C’est une publication Facebook qui a d’abord prétendu que Wuhan, épicentre de la pandémie, aurait été la première ville chinoise à disposer du réseau 5G. Cette publication reposait sur une autre prémisse, selon laquelle la 5G affaiblirait le système immunitaire, ce que le Détecteur de rumeurs a déjà démenti.

Or, s’il est vrai que Wuhan disposait de tours de téléphonie cellulaire de 5e génération (ou 5G), la ville était parmi une cinquantaine d’autres villes chinoises où des essais avaient été entrepris à l’automne 2019.

Qui plus est, c’est en Corée du Sud que le tout premier réseau 5G a été déployé dans le monde… et ce, il y a plus d’un an, en avril 2019. Rappelons que la Corée du Sud a été un des pays les moins touchés par la COVID-19 — un succès qu’on attribue pour l’instant à un cocktail de mesures allant d’une campagne massive de dépistage à des politiques sévères d’isolement.

Pas de 5G, beaucoup de morts

Si la propagation du nouveau coronavirus était liée au déploiement de la 5G, la pandémie aurait dû être restreinte aux 34 pays disposant actuellement de la technologie — ou du moins, elle aurait dû frapper beaucoup plus fort dans ces pays. Or, l’Iran a été lourdement frappé dès le début, alors qu’aucun réseau 5G n’y est installé. Au Japon, le réseau 5G a été déployé le 25 mars 2020, alors que le premier mort y avait été déclaré en février.

En Europe, les pays les plus touchés restent la France, l’Italie, l’Espagne et la Grande-Bretagne. Or, le réseau 5G en France, en Italie et en Espagne en est à ses balbutiements.

Quant à la Grande-Bretagne, si le réseau y est effectivement bien implanté, ce n’est pas d’une façon uniforme : plusieurs villes ne possèdent pas de réseau 5G, dont Milton Keynes et Portsmouth, qui sont pourtant, elles aussi, durement affectées par le virus.

Du côté de la France, une carte liant épidémie de COVID-19 et 5G a largement circulé sur Facebook. Or, la carte en question ne montrait pas le déploiement du réseau 5G en France, mais bien celui de la fibre optique, une technologie qui ne repose pas sur l’utilisation des ondes électromagnétiques.

Rappelons aussi que le Québec, épicentre de l’épidémie au Canada dans la première quinzaine de mai, ne dispose à ce jour d’aucun réseau 5G. Les récents actes de vandalisme «anti-5G» visaient en effet des tours de cellulaires qui n’ont rien à voir avec la 5G.

Une corrélation n’est pas une preuve

 Dans certains cas, cette association d’idées entre 5G et virus est un cas classique de confusion entre une corrélation, bien réelle, et une relation de cause à effet, qui n’existe pas. Autrement dit, le virus peut effectivement, dans certains cas, s’être propagé dans des villes où ont également été déployées des technologies de communication : il s’agit alors d’une corrélation. Mais une ville est aussi, en général, un territoire plus densément peuplé, ce qui facilite la propagation d’un virus. La relation de cause à effet qu’on cherche a davantage de chances d’être de ce côté.

 

Les plus lus

COVID-19 : un nouveau cas à Lévis

Un autre Lévisien a contracté la COVID-19 au cours des derniers jours. C'est ce qu'a confirmé le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) dans son bilan portant sur l'évolution de la pandémie dans la région, vendredi.

La Fête nationale sera soulignée à Lévis

Même si les grands rassemblements, qui ont normalement cours les 23 et 24 juin à Lévis, n’auront pas lieu, coronavirus oblige, des activités, respectant les consignes de la Santé publique, auront lieu dans la région pour permettre aux Lévisiens de célébrer la Fête nationale du Québec.

COVID-19 : six mythes sur le masque

Tour à tour louangé ou désavoué, le port du masque semble, ces dernières semaines, avoir finalement gagné ses lettres de noblesse dans la majorité des pays qui ont enclenché leur déconfinement. Mais la teneur exacte de son efficacité reste difficile à établir. Le Détecteur de rumeurs survole six mythes sur le masque.

Des annonces pour la saison estivale à Lévis

Le maire de Lévis a annoncé plusieurs mesures pour les activités d’été, ce matin. 118 installations sportives extérieures vont rouvrir à partir de la semaine prochaine et 80 % de la demande en camp de jour sera comblée. Cet été, je parcours Lévis présentera aussi deux nouveaux parcours.

Ouverture des jeux d'eau et assouplissement des restrictions pour l'utilisation de l'eau potable

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, vendredi matin, diverses mesures en lien avec l'utilisation de l'eau potable sur le territoire.

COVID-19 : deux nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données portant sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 au Québec, deux nouveaux cas d'infection au coronavirus ont été confirmés en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

COVID-19 : l'état de la situation à 18h15

Une personne de plus a été testée positive à la COVID-19 en Chaudière-Appalaches, ce qui porte le nombre de cas depuis le début de la pandémie à 513. C'est aussi ce 21 juin que le gouvernement du Québec a dévoilé les offres mises en place pour favoriser le tourisme dans la province cet été.

COVID-19 : un nouveau cas en Chaudière-Appalaches

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a indiqué, mercredi, qu'un nouveau cas d'infection au nouveau coronavirus a été confirmé en Chaudière-Appalaches au cours des 24 dernières heures.

Un nouveau cas de COVID-19 en Chaudière-Appalaches

Dans les 24 dernières heures, le Québec a recensé 68 nouveaux cas de COVID-19, dont un en Chaudière-Appalaches, à Lévis. De plus, le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé que le port du masque serait obligatoire dans les transports en commun à partir du 13 juillet.

Une santé mentale fragilisée par la COVID-19

La pandémie causée par le nouveau coronavirus a changé les façons de faire de la société, si bien que les gens se sont retrouvés, du jour au lendemain, confinés à la maison face à plusieurs grands défis. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) fait état de la situation des impacts d’un tel changement sur la santé, mentale de la population sur le territo...