Le bâtiment ayant accueilli l’hôtel Victoria au 19e siècle pourrait bientôt disparaître du paysage lévisien.� CRÉDIT : GILLES BOUTIN

Alors que le comité de démolition de la Ville de Lévis rendra bientôt sa décision en lien avec la demande de démantèlement du bâtiment des Scies Mercier, une autre demande de démolition dans le secteur fait grincer les dents de certains citoyens. Le Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) et le Comité de quartier du Vieux-Lévis déplorent que l’ancien hôtel Victoria puisse bientôt disparaître du paysage de la rue Saint-Laurent.

«Si le comité de démolition donnait son consentement à cette demande de démolition, il ne faudrait pas se surprendre que ce précédent entraîne la démolition de plusieurs autres bâtiments patrimoniaux qui se trouvent à proximité du secteur de l’anse Tibbits, un bastion de l’histoire économique de Lévis», a d’emblée lancé Gaston Cadrin, vice-président du GIRAM, dans une lettre envoyée au secrétaire du comité de démolition, David Gagné, dont le Journal a obtenu copie.

L’organisme lévisien a manifesté son opposition au projet à la suite du dépôt d’une demande de démolition en bonne et due forme des propriétaires du 5204-5224, rue Saint-Laurent, Alexandre Dion-Michaud et Tommy Vigneault.

Rappelons que ce bâtiment existe depuis plus de 150 ans et a accueilli dans ses murs pendant plusieurs années l’hôtel Victoria. Il a été construit en 1868 selon les plans du célèbre architecte québécois Edward Staveley, bien connu à Québec pour avoir signé les plans du bâtiment qui accueille l’Institut canadien ainsi que de la villa Cataraqui. L’établissement accueillait plusieurs voyageurs qui devaient s’arrêter à Lévis, une gare ferroviaire se trouvant alors sur le site actuel du parc de l’Anse-Tibbits (parc Saint-Laurent).

En raison du rôle important du bâtiment dans l’histoire du secteur, le GIRAM est d’avis que le comité municipal qui étudie cette question devrait refuser la demande de démolition pour ne pas que le passé du quartier ne soit rappelé que par la plaque d’interprétation installée dans le parc de l’Anse-Tibbits.

Dans son analyse, Gaston Cadrin estime de plus que le bâtiment est «encore solide et restaurable». Il croit que la demande de démolition n’est qu’une «autre intervention de spéculation aux dépens du patrimoine bâti de Lévis».

Analyse en cours

 Du côté de la Ville de Lévis, une porte-parole de la municipalité, Priscille Bourque, a indiqué que la demande de démolition est présentement en traitement et elle n’a pas encore été présentée au comité de démolition. Comme le GIRAM, les personnes qui désiraient s’exprimer dans ce dossier pouvaient le faire en transmettant un avis écrit au comité de démolition avant le 1er octobre dernier.

«Aucune date n’a encore été fixée pour la tenue de la rencontre du comité de démolition à ce sujet. Lorsque la date de la rencontre sera fixée, toutes les personnes qui se sont exprimées dans le dossier seront informées. Le comité de démolition tiendra une réunion qui sera diffusée sur le site Web de la Ville. Puisque la séance en visioconférence ne permet pas les échanges en direct, toute personne qui désirera s’exprimer à la suite de la rencontre du comité de démolition pourra transmettre ses commentaires au secrétaire du comité de démolition. Les modalités sont expliquées à la fin de la séance», a ajouté Mme Bourque.

Les plus lus

Lettre d'opinion - Ma version du «party» dans une école secondaire de Lévis

J’aimerais partager une version différente de l’événement «COVID-19 : un plancher de danse dans une école secondaire de Lévis» (article de Jean-François Racine du 18 novembre 2020 dans le Journal de Québec).

COVID-19 : l'École de l'Auberivière est fermée jusqu'à nouvel ordre en raison d'une éclosion

Le Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN) et la direction régionale de santé publique ont annoncé aux parents des élèves de l'École de l'Auberivière, située à Saint-David, que l'établissement est fermé jusqu'à nouvel ordre en raison d'une éclosion de cas de COVID-19 parmi les personnes fréquentant l'institution.

COVID-19 : le nombre de nouveaux cas explose en Chaudière-Appalaches

Selon les plus récentes données publiées par le gouvernement provincial sur l'évolution de la pandémie de COVID-19 dans la province, la Chaudière-Appalaches a enregistré hier une hausse marquée des nouveaux cas. En effet, 125 résidents de la région ont appris vendredi qu'ils avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

Réaménagement du boulevard Guillaume-Couture : l’administration Lehouillier présente son concept final

C’est lors d’une séance d’information virtuelle, tenue le 5 novembre, que la Ville de Lévis a présenté à une centaine de citoyens le concept final pour le réaménagement de portions du boulevard Guillaume-Couture. Le tout s’inscrit dans le projet de réseau de transport en commun structurant que la municipalité désire implanter sur cette artère.

Québec envisage de permettre les rencontres individuelles

Le gouvernement va regarder la possibilité de permettre les rencontres individuelles entre personne, a annoncé le premier ministre québécois, ce 5 novembre en conférence de presse.

Une expérience inoubliable pour deux ambulanciers

Lors de la dernière semaine d’octobre, deux ambulanciers de Dessercom, Sylvain Cadieux et Camille Pelletier, ont vécu une intervention bien particulière. En effet, les deux paramédics sont venus à la rescousse d’une femme qui était sur le point d’accoucher. Le nouveau-né a finalement pointé le bout de son nez alors que le trio arrivait à l’Hôtel-Dieu de Lévis.

COVID-19 : 85 nouveaux cas et un autre décès en Chaudière-Appalaches

La COVID-19 continue de frapper en Chaudière-Appalaches. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 85 résidents supplémentaires de la Chaudière-Appalaches ont appris hier qu'ils avaient contracté la COVID-19. De plus, l'organisation a confirmé qu'une autre personne vivant dans la région a dernièrement perdu la vie des suites d'...

COVID-19 : Guilbault, Labeaume et Lehouillier envoient un message fort

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a réuni les maires de Lévis et Québec, Gilles Lehouillier et Régis Labeaume, sur la même tribune afin que les citoyens comprennent que «l’heure est grave» concernant l’état de situation de la COVID-19 en Chaudière-Appalaches et dans la Capitale-Nationale, le 23 octobre.

COVID-19 : cinq nouveaux décès en Chaudière-Appalaches

Selon le plus récent bilan de l'évolution de la pandémie de COVID-19 au Québec, 91 nouveaux cas ont été découverts hier en Chaudière-Appalaches. De plus, cinq autres résidents de la région ont dernièrement succombé à la maladie.

La COVID-19 emporte deux autres résidents de la Chaudière-Appalaches

Selon les plus récents bilans du gouvernement du Québec et du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) portant sur l'évolution de la pandémie, deux autres résidents de la Chaudière-Appalaches ont dernièrement succombé des suites d'une infection au coronavirus. De plus, 61 résidents de la région ont appris hier qu'ils avaient contracté la COVID-19.