Jean-Marc Barreau a étudié les impacts des mesures sanitaires sur les rites funéraires au Québec. CRÉDIT : COURTOISIE

La Corporation des thanatologues du Québec a dévoilé, le 8 mars, les premiers résultats d’une recherche menée par le professeur Jean-Marc Barreau, de l’Université de Montréal, sur les impacts des mesures sanitaires exigées à l’industrie funéraire afin de freiner la propagation du coronavirus.

«Quotidiennement, depuis le début de la pandémie, nous accompagnons des familles pour surmonter cette épreuve et nous avions déjà constaté ce type de détresse et de souffrance. Aujourd’hui, une étude universitaire prouve que l’absence ou le report de rituels funéraires sont des facteurs qui privent les familles de leur droit à vivre le plus sereinement possible leur deuil», a d’emblée mentionné Annie Saint-Pierre, directrice générale de la Corporation des thanatologues.

Une centaine de familles endeuillées provenant de toutes les régions du Québec se sont exprimées dans le cadre de cette étude. L’analyse des données révèle bien que plusieurs familles ont eu l’impression de qu’elles devront vivre deux fois un deuil, soit au salon funéraire et lorsqu’elles pourront tenir les funérailles.

Lorsque la célébration a lieu dans l’entreprise funéraire, l’étude montre que trois facteurs perturbent le processus de deuil. Le premier est la limite du nombre de participants (25 %), le second est la distanciation sociale (16 %) et le troisième est le manque ou l’absence de chaleur humaine (10 %). Deux autres éléments sont soulevés : l’importance de voir le corps de la personne défunte pour faire son deuil et la nécessité d’offrir des funérailles de qualité.

De plus, selon les entrevues menées par le professeur Barreau, la limite de personnes en présentiel complique non seulement le deuil, mais elle contribue à diviser des familles qui ont à choisir qui pourra dire au revoir au proche décédé au détriment de quelqu’un d’autre.

Quant aux funérailles virtuelles qui peuvent être proposées aux familles, elles constituent un complément au présentiel. L’étude met en avant un paradoxe : seulement 33 % des familles endeuillées interrogées se disent ouvertes à ce type de funérailles quand 67% préfèrent reporter les funérailles même si elles sont conscientes que le deuil sera d’une certaine façon «reporté».

«Pourtant, l’un des intérêts des funérailles virtuelles bimodales est qu’elles offrent aux personnes endeuillées la possibilité d’associer ‘‘corps social’’ (famille en présentiel) et ‘‘corps numérique’’ (famille en distanciel). C’est une réalité essentielle pour la résolution d’un deuil qu’on ne peut jamais régler seul», a soutenu le professeur Barreau.

Augmentation de la charge de travail

L’étude aborde aussi l’impact de la pandémie sur le travail des thanatologues. Elle fait ressortir une forte augmentation de la charge de travail des entreprises funéraires et deux facteurs en découlent : la distanciation sociale et de la détresse des familles.

«Les résultats de cette étude confirment nos appréhensions et démontrent l’urgence d’adapter les consignes sanitaires relatives à la pandémie dans le domaine funéraire. Nous sommes convaincus du professionnalisme des entreprises funéraires qui sont en mesure d’organiser des rituels funéraires dignes en toute sécurité. À ce jour, le gouvernement limite les cérémonies funéraires à une seule séance de 25 personnes maximum, sans possibilité de rotation. Nous demandons que ces exigences soient rapidement revues pour mettre un frein à une problématique qui se dessine déjà, et dont les conséquences sociales sont à anticiper», a soutenu en guise de conclusion Mme St-Pierre.

Les plus lus

COVID-19 : Chaudière-Appalaches touchée inégalement par la 3e vague

La troisième vague de la pandémie de COVID-19 frappe bel et bien Chaudière-Appalaches, a confirmé la directrice régionale de santé publique de la Chaudière-Appalaches, la Dre Liliana Romero, lors d’une entrevue avec le Journal ce 31 mars. La région est toutefois divisée en deux zones, l’une sous contrôle, l’autre dans une situation critique.

Lévis resserrera sa réglementation sur les animaux

L’administration Lehouillier a présenté les détails de sa nouvelle réglementation sur les animaux de la Ville de Lévis qu’elle déposera lundi prochain. Entrant en vigueur le 19 avril prochain, l’ensemble de règles permettra la mise en place de plusieurs mesures afin «d’assurer davantage la sécurité des Lévisiens et le bien-être des animaux».

Mesures spéciales d'urgence : déception et colère au sein de la communauté lévisienne

La décision du gouvernement provincial d'imposer un reconfinement strict à Lévis afin d'endiguer la troisième vague de la pandémie de COVID-19 a été accueillie avec des sentiments mitigés par plusieurs intervenants lévisiens.

COVID-19 : importante hausse du nombre de cas en Chaudière-Appalaches

Le nombre journalier de cas de COVID-19 découverts en Chaudière-Appalaches a fait un important bond. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 33 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus.

COVID-19 : autre bond des nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 142 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19. Il s'agit de la quatrième journée consécutive où plus de 100 nouveaux cas sont enregistrés en Chaudière-Appalaches.

En classe avec de jeunes entrepreneurs

Les sept élèves de la classe de langage du deuxième cycle du pavillon Maria-Dominique de l’École Notre-Dame-d’Etchemin se sont lancés en affaires au mois de novembre passé. Accompagnés de leur enseignante, Marie-Joëlle Vézina, et de l’éducatrice spécialisée de la classe, Marilyn Huppé-Gagné, les élèves de l’école primaire de Saint-Romuald ont créé la Jouet-Thèque.

COVID-19 : 136 nouveaux cas et 1 décès supplémentaire en Chaudière-Appalaches

La troisième vague de la pandémie continue de prendre de l'ampleur dans la région. Selon les données publiées dimanche par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS), 136 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le coronavirus. De plus, un nouveau décès lié à la COVID-19 a été enregistré dans la région.

COVID-19 : important bond des nouveaux cas en Chaudière-Appalaches

La pandémie semble prendre de nouveau de l'ampleur en Chaudière-Appalaches, alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 découverts dans la région a fait un important bond. Selon le plus récent bilan du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 67 résidents de la région ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient été infectés par le corona...

COVID-19 : légère augmentation des nouveaux cas et un nouveau décès dans la région

Selon le plus récent bilan sur l'évolution de la pandémie dans la région du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA), 51 résidents de la Chaudière-Appalaches ont appris au cours des 24 dernières heures qu'ils avaient contracté la COVID-19. De plus, un résident de la région a récemment succombé des suites d'une infection au coronavirus, une première depuis p...

Un jardin à la mémoire de Norah et Romy

Accompagnée d’Amélie Lemieux, mère de Norah et Romy Carpentier, Josée Masson, fondatrice, présidente et directrice générale de Deuil-Jeunesse, a annoncé qu’un jardin sera construit derrière les locaux de l’organisme de Québec pour commémorer le décès des deux fillettes lévisiennes l’été dernier. Dessinées à l’image des intérêts de Norah et Romy, les esquisses des plans du Jardin Norah et Romy ont ...