Marianne Tremblay et Rose Simard portent les chandails qu’elles ont créés dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat pour sensibiliser leurs pairs à l’hypersexualisation. Photo : Courtoisie

Le code vestimentaire d’établissements scolaires favoriserait-il l’hypersexualisation de la femme? La réponse serait oui selon Marianne Tremblay et Rose Simard, deux élèves de secondaire cinq à l’École secondaire les Etchemins (ESLE) de Charny. Dans le cadre de leur cours d’entrepreneuriat, elles ont entamé des démarches afin de faire changer la réglementation à ce sujet.

«On considère qu’encore en 2022, il y a beaucoup de sexualisation par rapport au corps de la femme. Selon nous, c’est quelque chose qui devrait changer. On souhaitait donc faire de la sensibilisation par rapport à ce sujet et faire réaliser aux gens l’importance de prendre en compte cet enjeu», met en lumière Rose Simard.

Elles ont donc décidé de s’attaquer au code vestimentaire de leur école secondaire. L’arrivée du printemps rime avec l’arrivée des restrictions concernant les vêtements qu’il est possible de porter dans les écoles. Bretelles de plus de 2 cm, couvrir le tronc et pantalon, jupe ou robe au minimum 10 cm au-dessus des genoux sont notamment des règles qui s’appliquent.

En effet, pour les deux jeunes femmes, le code vestimentaire renforce le concept de l’hypersexualisation, car pour elles, la peau d’une épaule ou d’un abdomen ne devrait déranger en rien à la concentration ou à la scolarisation des élèves.

Les jeunes femmes sont tout de même conscientes que le lieu dans lequel elles se trouvent constitue un établissement d’enseignement et qu’il doit y avoir une certaine rigueur concernant la tenue vestimentaire. Cependant, un ajustement des règles ne serait pas de refus pour ces dernières.

Collaboration entre enseignants et élèves

Dans le cadre de leur projet, Marianne et Rose ont d’abord effectué leur recherche terrain. Elles ont discuté avec des enseignants pour connaître leur opinion à ce sujet et ont ensuite fait un sondage auprès de leurs pairs afin de prendre le pouls de la communauté de l’ESLE.

1 100 personnes fréquentent l’établissement scolaire. Sur ce nombre, près de 50 % des élèves ont accepté de répondre au sondage. Selon elles, les résultats ont été concluants et la pluralité des répondants est ouverte à revoir la réglementation.

«La majorité des professeurs étaient prêts à un changement du code vestimentaire dans l’école. Certains élèves ont aussi inscrit vouloir garder certaines mesures, car on est dans un milieu d’éducation et on comprend qu’on ne peut pas tout enlever du jour au lendemain. Malgré tout, les réponses des élèves et des profs se ressemblaient beaucoup», souligne Marianne Tremblay, encore surprise des conclusions de l’enquête.

D’ailleurs, bien que dans le sondage le sexe des répondants n’ait pas été demandé, certains garçons l’ont tout de même mentionné pour offrir leur point de vue. «Il y avait des réponses ouvertes où certaines personnes ont écrit ‘‘Je suis un homme et je pense que ça doit changer’’ ou encore ‘‘Je suis un garçon et je crois que le code vestimentaire est sexiste’’», ajoute-t-elle.

Argumentaire

 La recherche que Marianne et Rose ont faite a pu appuyer les arguments qu’elles ont présentés à la directrice avant de lui proposer des changements. Les arguments pour faire valoir leur position concernaient différents facteurs, tels que l’environnement, les mœurs de la société et les valeurs de l’école. Elles y ont même ajouté des témoignages.

La société et ses critères de mode seraient également un facteur qui impacterait les choix vestimentaires des élèves.

«Il faut prendre en considération la mode de nos jours. Dans les magasins, un chandail qui va au niveau du nombril, sachant que les jeans sont faits beaucoup plus hautes qu’avant, c’est seulement un petit écart de peau qu’on va voir et on ne comprend pas pourquoi cette petite partie de peau là est aussi dérangeante», arguent les jeunes femmes.

En fin de compte, accepter de voir de la peau au niveau des épaules, 1 ou 2 cm au niveau de l’abdomen à hauteur du nombril et 20 cm plutôt que 10 au-dessus des genoux serait un pas dans la bonne direction, selon Marianne et Rose. «Ça couvre amplement ce qui a besoin d’être couvert.»

Ton corps est ton art

Faire changer la réglementation est définitivement l’un de leurs objectifs principaux, en revanche les deux élèves souhaitent également sensibiliser les autres jeunes à l’hypersexualisation. Pour ce faire, elles ont mis en place divers moyens.

Par le biais d’affiches sur les murs de l’école et d’une vente de chandails d’une entreprise québécoise, elles ont tenté de mobiliser les élèves.

«On a fait des chandails avec des phrases inspirantes (tel que Ton corps est ton art) qui venaient sensibiliser sur le sujet. On les a vendus et les profits qui ont été faits seront remis à la fondation Viol secours pour les femmes victimes d’agressions sexuelles», mentionne Rose.

«En société, la sexualisation du corps de la femme provoque des impacts. Par exemple, avec le mouvement Me Too, des personnes dénonçaient des agressions sexuelles qu’elles avaient vécues, ce à quoi des gens répondaient ‘‘Mais tu étais habillée comment?’’. C’est venu renforcer le principe que si une femme dévoilait un peu plus de peau, c’était de sa faute et qu’elle était responsable», ajoute Marianne.

Les jeunes femmes auront une réponse positive ou négative concernant leur demande à la fin de l’année scolaire. Peu importe le résultat, elles espèrent seulement avoir un impact. «Notre but ultime c’est d’être capable de changer les choses, mais si ça amène seulement à faire réfléchir les gens, on va avoir quand même atteint notre objectif», concluent-elles.

Les plus lus

Lévis ne veut pas que ses citoyens s’ennuient cet été

C’est le 2 juin dernier que la Ville de Lévis a dévoilé la programmation de l’édition 2022 de Cet été, je parcours Lévis. Grâce à un investissement de plus de 1 M$, la municipalité offrira plus de 200 activités sur 30 sites répartis à travers la ville lors de la belle saison.

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

Programmation dévoilée pour le Festibière de Lévis

En vue de sa quatrième édition qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet au quai Paquet, le Festibière de Lévis a dévoilé la programmation détaillée de sa mouture 2022, le 6 juin.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Le ministère de l'Environnement prend une ordonnance contre une bleuetière de Saint-Étienne

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a annoncé, le 13 juin qu’il a pris une ordonnance à l’égard de Bleuetière Duroy, un établissement de Saint-Étienne-de-Lauzon.

Palmarès des pires routes de CAA-Québec : des artères lévisiens s'y retrouvent

Comme à son habitude, CAA-Québec a tenu son traditionnel palmarès des pires routes du Québec ce printemps. L'organisme a dévoilé, le 8 juin, ses classements finaux et plusieurs rues lévisiennes s'y retrouvent.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Projet UMANO : inauguration d’une piste multiroulante

Le Groupe CSB a officiellement inauguré une piste multiroulante publique ce matin, sur le chemin des Forts à Lévis. Cette installation qui fait partie du projet immobilier UMANO, est unique en son genre à Lévis et les envions.

Chronique historique - Une énigme historique de temps de guerre

Un article de journal du 1er juillet 1915 nous raconte la découverte à Lévis en juin 1915 d’un mystérieux dépôt de dynamite près du parc Shaw, site actuel de la Terrasse du Chevalier-De Lévis. À moins d’avis contraire, cette histoire reste, encore aujourd’hui, à résoudre.