Les élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaire de l’École Marcelle-Mallet ont parcouru le parc des Chutes-de-la-Chaudière afin de ramasser des matières résiduelles laissées au sol par des visiteurs. Photos : Érick Deschênes

Après une pause forcée en raison de la pandémie de COVID-19, l’École Marcelle-Mallet a pu de nouveau tenir son activité de nettoyage de parc, le 19 mai dernier. Encore une fois sous la présidence d’honneur de Guillaume Dumas, animateur de C’est encore mieux l’après-midi sur les ondes d’ICI Première à Québec, la deuxième édition de l’événement a permis à tous les élèves de l’école secondaire privée du Vieux-Lévis de nettoyer deux parcs lévisiens.

«Nous sommes très heureux de pouvoir refaire cette belle action citoyenne et communautaire. Les élèves sont enthousiastes d’y participer de nouveau. Ils se disent qu’ils peuvent enfin faire quelque chose», a d’emblée partagé Jean Beaudoin, enseignant d’Éthique et culture religieuse et d’action communautaire ainsi que responsable de l’activité.

Rappelons que dans le cadre de son programme Leader, l’École Marcelle-Mallet consacre une partie de ce cursus aux questions environnementales. Désirant poser une action concrète pour s’attaquer à la pollution, l’institution privée a mis en place une activité annuelle de nettoyage de parc en 2019. Lors de la première édition de l’événement, les efforts des élèves de l’École Marcelle-Mallet ont permis de retirer quatre tonnes de matières résiduelles du parc des Chutes-de-la-Chaudière.

Cette année, les organisateurs du nettoyage ont décidé de faire prendre de l’ampleur à l’activité. Tandis que les élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaire ont parcouru le parc des Chutes-de-la-Chaudière à la recherche de matières résiduelles, les élèves de première et de deuxième secondaire en ont fait de même au parc de la Rivière-Etchemin. Au total, ce sont plus de 600 élèves de l’école secondaire privée qui ont parcouru les sites des quartiers Charny/Saint-Nicolas et Saint-Jean-Chrysostome/Saint-Romuald pour les nettoyer.

Après cette matinée consacrée au nettoyage des deux parcs, les élèves de l’École Marcelle-Mallet ont pu assister en après-midi à des conférences sur les enjeux environnementaux.

Heureux de faire une différence

 Et visiblement, le retour de l’activité était attendu par toutes les personnes gravitant dans la communauté de l’École Marcelle-Mallet. Alors que la lutte aux changements climatiques est l’une des principales préoccupations de leur génération, plusieurs élèves de l’établissement rencontrés par le Journal étaient contents de pouvoir mettre la main à la pâte pour s’attaquer à la pollution.

«Souvent, les gens disent qu’il faut faire quelque chose pour la planète, mais ils ne font rien. Nous, on a mis notre pied à terre et on a décidé de se rendre dans des parcs pour les nettoyer», a illustré Benjamin Gauthier, vice-premier ministre du conseil étudiant de l’école et élève de quatrième secondaire.

«En 2019, je m’étais vraiment sentie bien après avoir participé au nettoyage. On parle d’environnement tous les jours, mais c’est vraiment rare qu’ensemble on puisse poser une action concrète. Avec l’école, ce fut possible. C’était super», a renchéri Laurana Langlois, députée des élèves de cinquième secondaire au conseil étudiant.

Les plus lus

Lévis ne veut pas que ses citoyens s’ennuient cet été

C’est le 2 juin dernier que la Ville de Lévis a dévoilé la programmation de l’édition 2022 de Cet été, je parcours Lévis. Grâce à un investissement de plus de 1 M$, la municipalité offrira plus de 200 activités sur 30 sites répartis à travers la ville lors de la belle saison.

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

Programmation dévoilée pour le Festibière de Lévis

En vue de sa quatrième édition qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet au quai Paquet, le Festibière de Lévis a dévoilé la programmation détaillée de sa mouture 2022, le 6 juin.

Une rue qui n’est pas désirée à Saint-Étienne

Plusieurs citoyens de Saint-Étienne-de-Lauzon ne comprennent toujours pas pourquoi un passage piétonnier projeté dans le quartier des Peintres sera remplacé par la Ville de Lévis par une rue qui prolongera la rue Cézanne. Plus de 350 citoyens ont signé une pétition demandant à la municipalité de faire marche arrière dans ce dossier.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Le ministère de l'Environnement prend une ordonnance contre une bleuetière de Saint-Étienne

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a annoncé, le 13 juin qu’il a pris une ordonnance à l’égard de Bleuetière Duroy, un établissement de Saint-Étienne-de-Lauzon.

Palmarès des pires routes de CAA-Québec : des artères lévisiens s'y retrouvent

Comme à son habitude, CAA-Québec a tenu son traditionnel palmarès des pires routes du Québec ce printemps. L'organisme a dévoilé, le 8 juin, ses classements finaux et plusieurs rues lévisiennes s'y retrouvent.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Chronique historique - Une énigme historique de temps de guerre

Un article de journal du 1er juillet 1915 nous raconte la découverte à Lévis en juin 1915 d’un mystérieux dépôt de dynamite près du parc Shaw, site actuel de la Terrasse du Chevalier-De Lévis. À moins d’avis contraire, cette histoire reste, encore aujourd’hui, à résoudre.