Des citoyens de Saint-Étienne aimeraient que le tronçon réservé pour le prolongement de la rue Cézanne ne devienne pas une artère. Photo : Érick Deschênes

Plusieurs citoyens de Saint-Étienne-de-Lauzon ne comprennent toujours pas pourquoi un passage piétonnier projeté dans le quartier des Peintres sera remplacé par la Ville de Lévis par une rue qui prolongera la rue Cézanne. Plus de 350 citoyens ont signé une pétition demandant à la municipalité de faire marche arrière dans ce dossier.

«On ne trouve pas ça normal que la Ville ne réponde pas à notre demande de tenir une consultation citoyenne sur le dossier. Avec le développement prochain de la nouvelle phase du projet de développement du quartier, il est minuit moins une parce que si la Ville maintient son autorisation, on perd cet espace vert. Ce que je déplore, c’est qu’on fait des revendications, mais on n’est pas écouté», a d’emblée lancé Gilbert Coutu, un résident de la rue Gauguin qui milite contre le prolongement de la rue Cézanne.

Lors de l’ouverture du quartier qui allait notamment accueillir les résidents de la rue Cézanne au cours des années 70, l’ancienne municipalité de Saint-Étienne-de-Lauzon avait prévu construire une rue dans le prolongement de ce qui allait devenir la rue Cézanne. Selon Gilbert Coutu, cette décision était logique comme le développement du secteur se faisait alors par «îlots» plutôt que par grandes phases, comme c’est le cas maintenant avec la construction des nouveaux quartiers à Lévis.

Désormais, les environs de cette partie de Saint-Étienne-de-Lauzon sont en plein boom immobilier avec le développement du Bourg du Petit-Saint-Jean. Dans le cadre d’une étude d’impact sur la circulation réalisée en 2017, il était recommandé que l’espace entre la rue Gauguin et le prolongement de la rue Courbet, dans l’axe de la rue Cézanne, devienne un passage piétonnier. Présentement, ce corridor est un terrain vague, notamment utilisé par des résidents de la rue Gauguin pour se rendre à l’arrière de leurs terrains.

En 2019, la Ville de Lévis a toutefois décidé de prolonger la rue Cézanne entre les rues Gauguin et Courbet lors de la phase trois du développement, une étape qui se concrétisera bientôt. Une décision suscite l’incompréhension chez les résidents du secteur.

«La firme APEX Expert Conseil recommandait un sentier piétonnier/cyclistes afin de favoriser l’écoulement de la circulation provenant de la rue Courbet vers l’intersection existante Lagueux/du Bosquet/Barbizon, comme elle dispose de feux de circulation et d’éviter ainsi un débordement inutile sur la rue Gauguin, les nouveaux déplacements générés par le nouveau secteur domiciliaire prévu n’ayant aucun impact significatif sur le réseau routier existant. Pourquoi donc permettre le prolongement? La Ville de Lévis ne cesse de promouvoir la nécessité d’implanter beaucoup plus d’espaces verts en milieu urbain. Voilà une belle occasion d’atteindre cet objectif», a soutenu M. Coutu.

Le conseiller demande une période de réflexion

Interpellé sur ce dossier par M. Coutu depuis son arrivée au conseil municipal, Serge Bonin, le représentant de Saint-Étienne et seul élu de l’opposition à l’hôtel de ville (Repensons Lévis), estime que la Ville de Lévis devrait réfléchir avant de prolonger la rue Cézanne.

«L’étude de 2017 dit que cette nouvelle petite rue n’allait pas changer grand-chose à la circulation automobile dans le secteur et il n’y a pas de conduites de tuyaux qui passeront sous cette nouvelle rue. J’ai demandé au bureau de projets de la Ville pour retarder le prolongement de la rue Cézanne lors de la phase 4 du développement, mais cela ne serait pas possible. J’aimerais qu’on prenne le temps pour mesurer si cette nouvelle rue est nécessaire et aura un réel impact sur la circulation. S’il n’y pas d’impact, je suis bien d’accord avec les citoyens qui veulent conserver ce site comme espace vert. Le nouveau schéma d’aménagement de Lévis prévoit davantage d’espaces verts. Il y a de belles valeurs inscrites à l’intérieur de ce plan, mais il va aussi falloir passer à l’action», a déclaré M. Bonin.

L’administration Lehouillier garde le cap

Pour sa part, le cabinet du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a fait savoir que la municipalité entendait toujours aller de l’avant avec le prolongement de la rue Cézanne à Saint-Étienne-de-Lauzon comme des élus l’ont indiqué lors d’une séance ordinaire du conseil municipal du 28 mars dernier.

«Dans le plan de cadastre de l’ancienne municipalité de Saint-Étienne-de-Lauzon», cet espace a toujours été considéré comme (réservé) pour un prolongement de rue. On a reviré toutes les pierres. En termes d’ingénierie, l’administration municipale nous a démontré noir sur blanc que ce prolongement de rue était nécessaire en vue du développement de la phase quatre du projet immobilier. […] Dans un processus d’urbanisation, une ville ne peut pas remettre en question un bon matin les stratégies d’urbanisme qu’elle a prévu développer dans une ville. On peut le faire quand il y a des révisions de plans d’urbanisme, mais toutes ces révisions, qui font l’objet de consultations publiques, ont été faites», répondaient le président de la commission consultative d’urbanisme et d’aménagement, Guy Dumoulin, et Gilles Lehouillier à la suite d’une question de M. Coutu sur ce dossier.

Les plus lus

Un visage bien connu de la Traverse disparaît

Bien connu des usagers de la traverse Québec-Lévis et des visiteurs réguliers du Vieux-Lévis et du secteur de la Traverse, Marcel Aubin est décédé le 21 juillet dernier à l'âge de 85 ans.

La situation ne s’améliore pas à l’urgence de l’Hôtel-Dieu

Comme depuis plusieurs mois, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis continue d’être bondée et sa capacité est dépassée, même pendant les semaines estivales. Plusieurs éléments expliquent cette tempête parfaite qui donne un nouveau coup dur aux soignants de l’établissement lévisien.

De Lévis au Bic avec Bruno Blanchet

Le comédien et auteur, Bruno Blanchet, entamait un parcours à pied de la gare fluviale de Lévis au parc national du Bic près de Rimouski, le 9 juillet dernier.

Sensibiliser les jeunes au transport actif

Kinésiologue et passionné de cyclisme, Jean-Gabriel Turgeon a créé le programme Vert une vie active, dont l’objectif est d’initier les participants au vélo et de les sensibiliser à l’environnement. À Lévis, les jeunes du Camp de jour Rive-Sud et du Patro vont profiter de cette initiative.

Chronique historique - La quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis

Des documents enfouis dans les dédales administratifs contiennent des informations parfois surprenantes sur des éléments de l’histoire des localités. À preuve, un rapport du ministère de l’Agriculture du Canada, daté du 31 octobre 1901, nous brosse une esquisse historique intéressante de la quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 13 juillet 2022

Les membres du Chœur du Cégep de Lévis remercient chaleureusement les généreux donateurs et les spectateurs du concert-bénéfice pour l’Ukraine, tenu sous la direction de Carole Legaré. Un montant de 4 500 $ a été remis à la Fondation Canada-Ukraine. Au moins 450 personnes ont assisté à cet événement mémorable.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 20 juillet 2022

L’entreprise lévisienne Transit a offert au Comptoir alimentaire Le Grenier un ordinateur portable d’une valeur de 1 400 $. Rappelons que Transit est en activité depuis 1971 et est la plus importante entreprise de distribution de pièces automobiles dans l’est du Canada. Sur la première photo, de gauche à droite, on peut voir Rachel Leblanc, directrice des ressources humaines chez Transit, Stéphane...

Projet immobilier à Saint-Lambert : la municipalité rassure les citoyens

Une assemblée publique de consultation sur le projet de résolution 145-22 a eu lieu le 19 juillet au Centre municipal de Saint-Lambert. Lors de cet événement, les porte-parole de la municipalité ont tenu à répondre à plusieurs questions qu'avaient les citoyens.

Violence conjugale : une nouvelle ressource déployée au SPVL

Comme les autres corps de police à travers la province, le Service de police de la Ville de Lévis (SPVL) a récemment pu profiter d’une aide financière du ministère de la Sécurité publique du Québec pour concrétiser un projet pour lutter contre la violence conjugale et prévenir les féminicides. Le corps policier lévisien a désormais son agent pivot en violence conjugale afin d’atteindre ces objecti...

Un nouveau livre pour découvrir l’histoire de Beaumont

Dans le cadre des célébrations du 350e anniversaire de la municipalité bellechassoise, l’auteur Jean-Claude Tardif a officiellement lancé son nouveau livre, Beaumont, la mémoire des anciens, le 12 juillet dernier. Ouvrage faisant partie de la collection 100 ans noir sur blanc des Éditions GID, le livre retrace l’histoire de la municipalité grâce à 200 photos d’époque.