Difficultés organisationnelles, incapacités à tenir un budget, troubles de santé mentale, problèmes de consommation : les embûches qui peuvent bloquer certains jeunes adultes à acquérir leur autonomie sont à la fois nombreuses et variées. Depuis maintenant 10 ans, la ressource d'hébergement d'Alliance-Jeunesse, le Tremplin-Autonomie, ouvre grand ses portes à ces jeunes qui ont besoin d'un encadrement plus serré pour parvenir à mieux rebondir.

Par Mariane Bergeron-Courteau
marianebergeroncourteau@journaldelevis.com

Le Tremplin-Autonomie a ouvert ses portes en 2006 en raison d'un besoin criant en service d'hébergement pour les jeunes adultes de 18 à 25 ans. À cette époque, ceux-ci devaient traverser à Québec pour avoir accès à des logements supervisés en raison de ce trou de service.

C'est à partir de ce constat que plusieurs partenaires, dont la Ville de Lévis et la Société d'habitation du Québec (SHQ), ont réuni leurs efforts afin de créer ce nouveau service offert par l'organisme Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière. D'abord équipée de 12 logements, cette ressource d'hébergement compte maintenant 26 appartements, dont quatre conçus pour des familles et deux adaptés aux personnes à mobilité réduite.

Depuis ses tout débuts, le Tremplin-Autonomie a vu passer plus de 180 résidents. Le temps de passage des jeunes hébergés varie d'une personne à l'autre, tout comme les problématiques qui amènent un jeune à faire appel à cette ressource chapeautée par l'organisme Alliance-Jeunesse. 

«Ce ne sont pas des situations de vie faciles, et la période de vie des 18 à 25 ans, c'est une période de questionnements. Les intervenants sont là pour travailler cette motivation et réveiller ce qui peut émerger. Des fois, c'est enseveli sous un paquet d'affaires. L'intervenant est là pour créer le lien et faire émerger un projet de vie au final», explique la responsable du volet hébergement, Mélanie Boulanger.

Tout au long de leur passage au sein du Tremplin-Autonomie, les résidents travaillent en collaboration avec les intervenants sur des objectifs précis qui leur permettront d'acquérir l'autonomie nécessaire pour voler de leurs propres ailes par la suite. Ces défis peuvent aller de la gestion d'un budget à la préparation de repas, en passant par la résolution de problèmes personnels.

Aux dires de jeunes résidents interrogés par le Journal de Lévis, les progrès se font rapidement sentir grâce à l'encadrement des intervenants. «Je ne suis pas du tout la même personne que quand je suis arrivée ici. Je n'ai plus de problématiques de santé mentale, je suis capable de gérer mon budget, je suis mieux organisée. Je suis plus autonome et je contrôle mieux mes émotions», relate Sylvie, qui fréquente le Tremplin-Autonomie depuis 13 mois.

Bernard, qui loge quant à lui au sein de la ressource d'hébergement depuis deux ans et demi, soutient également que ce service lui a beaucoup apporté. «Ils m'ont beaucoup aidé pour le budget, parce que je dépensais tout. J'ai vendu ma guitare avant d'arriver ici parce que j'étais trop mal pris. En faisant un budget, j'ai réussi à m'en acheter une autre», explique-t-il.

Développement freiné

Bien que la deuxième phase du Tremplin-Autonomie se soit terminée l'an dernier et ait permis de doubler le nombre de logements disponibles, plusieurs jeunes adultes doivent encore patienter sur une liste d'attente avant d'avoir accès à un appartement. La directrice générale d'Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière, Anne-Marie Roy, soutient que les besoins seraient suffisamment importants pour procéder à une troisième phase. Mais pour des raisons financières, le projet est difficilement envisageable pour l'instant.

«À côté, il y a un terrain vacant qu'on pourrait éventuellement acheter et faire une phase 3, mais le programme Accès Logis est vraiment en péril et très au ralenti», note Anne-Marie Roy. Déjà, l'organisme doit se livrer à une forme de gymnastique pour joindre les deux bouts, puisque l'enveloppe du programme de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI) est passée de 126 000 $ à 18 000 $ dans les dernières années. 

La directrice générale d'Alliance-Jeunesse note qu'en raison de ces coupures, le nombre d'intervenants disponibles pour les résidents du Tremplin-Autonomie n'a pas augmenté, bien que le nombre de locataires ait doublé avec la deuxième phase du projet.

«On ne regrette pas la deuxième phase, parce qu'on voit que ça vient en aide, mais on patauge beaucoup financièrement. On a revu nos outils et nos façon de travailler pour garder la même qualité de service», explique Anne-Marie Roy.

Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière a organisé le 30 septembre dernier une fête pour souligner le 10e anniversaire de sa ressource d'hébergement. Au cours de la soirée, d'anciens résidents ont livré un témoignage sur l'impact qu'aura eu leur passage au Tremplin-Autonomie sur leur vie.

Les plus lus