Photo : Gilles Boutin - Archives

Présentement, il ne serait pas opportun de demander une consultation publique pour le projet de lien mécanique dans le secteur de la Traverse. Demander à la population de se prononcer sur l’un ou l’autre de ces deux emplacement sans connaître hors de tout doute si le projet localisé près de la traverse est viable et d’autre part si l’installation dans l’axe de la terrasse est véritablement réalisable.

Note de la rédaction : Le Journal de Lévis n'endosse aucune opinion qui est partagée dans les lettres d'opinion ou ouvertes publiées dans notre section Opinions. Les opinions qui sont exprimés dans ce texte sont celles de l'auteur signataire.

Donc, en raison des divergence dans les arguments présentés par les deux parties pour ce projet, il serait judicieux voire logique que dès maintenant la Ville de Lévis mandate une firme privée experte en la matière sans relation directe avec celle-ci pour réaliser une analyse de valeurs de son projet.

En assumant que l’objectif de ce projet est d’amener les gens dans les principales rue de la haute ville (rue St-Louis, l’avenue Bégin ainsi qu'une section des rues Guenette, du Mont-Marie et William-Tremblay) pour les attraits qu’on y retrouve et les commerces. est-ce que le coût d’un tel projet est justifié compte tenu que l’objectif de ce projet ne sera certainement pas atteint? Est-ce que les gens ( Lévisiens et visiteurs ) seront intéressés d’emprunter ce lien pour seulement marcher sur la rue Déziel? Escalader la rue Marie-Rollet serait trop pénible pour une grande partie de la population et surtout pour les gens à mobilité réduite.

Simultanément, il serait primordial voire impératif de mandater également une firme spécialisée et privée comportant architectes et principalement des ingénieurs pour pour réaliser une étude de faisabilité relative à l’installation du lien menant directement sur la terrasse et à fortiori la construction d’un petit édifice pour le départ d’un ascenseur ou même d’un funiculaire?

Les résultats de cette analyse de valeurs et de cette étude pourraient indéniablement déterminer la direction à suivre pour ce projet. Cela serait plus probant qu’une consultation publique sans analyse et étude réalisées par des firmes privées sans aucun lien avec les principaux intervenants de la Ville de Lévis dans ce projet. Évidemment, pour informer tous les citoyens les résultats devront être publiés. À la suite de la diffusion des résultats, il faudra alors analyser le nécessité d’une consultation publique.

Compte tenu qu’il y a un manque de places de stationnement dans ce secteur, le stationnement près de la station de pompage récemment aménagé serait évidemment un atout pour le lien vers la terrasse. Pour atténuer la perte des places de stationnement localisées en face du quai Paquet pour possiblement la construction d’un édifice, il serait intéressant d’ajouter des places de stationnement à l’endroit ou la Ville projette actuellement l’implantation du lien.

Le fait que le lien ne serait pas localisé en face de la traverse et des stationnement pour autobus cela ne constituerait pas un réel problème. Une bonne signalisation dirigerait les gens au lien en quelques minutes.

Gérald Fournier

Lévis

Les plus lus

Lettre d'opinion - Changez de cassette, M. Lehouillier!

Comme la plupart des citoyens, nous avons été surpris par le reportage de Radio-Canada sur l’état des suspentes du pont Pierre-Laporte. D’autant plus que le pont subit présentement des travaux de plusieurs dizaines de millions de dollars pour la peinture de la structure et la réfection du revêtement du tablier.

Lettre d'opinion - Qu'est-ce qu'on peut faire avec 6 G$, M. Legault?

Monsieur Legault, Le dimanche 5 juin, à Sherbrooke, vous avez affirmé concernant le projet du 3ème lien qu'«on peut bien critiquer, mais quelles sont les alternatives? À part chialer, il faut arriver avec une proposition». 

Lettre ouverte en réaction à la décision de la Cour suprême du Canada sur l’article 33.1 du Code criminel : donnons une voix aux survivantes!

Aux juges de la Cour Suprême du Canada, Nous considérons qu’il est de notre devoir de vous faire part de l’indignation des survivantes d’agressions à caractère sexuel devant l’annonce stipulant que le principe d’automatisme causé par une intoxication volontaire est désormais une défense recevable lors d’un procès pour agression sexuelle.