CRÉDIT : RGFCA

À l’avant-dernier rang des régions administratives du Québec pour la présence des femmes en politique municipale, la Chaudière-Appalaches compte seulement 15 % de mairesses et 30 % de conseillères. Le Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches (RGFCA) a dressé un portrait de la situation et propose des actions pour favoriser la participation des femmes en politique.

Si la Ville de Lévis fait figure d’exception dans la région avec son conseil municipal paritaire, la Chaudière-Appalaches n’affiche qu’un taux de 28 % de femmes parmi les élus. Dans les 135 municipalités de la région, 17 conseils n’ont aucune femme siégeant à leur table. Seul 26,5 % des villes et villages sont dans la zone paritaire avec 40 à 60 % de femmes au conseil, tandis que 70 % n’atteignent pas la parité.

Peu de candidates aux élections

Lors des dernières élections municipales, les candidates n’étaient que 26 %. Dans 12 municipalités, aucune femme ne s’est présentée. Pour tenter de remédier à cette situation, le Réseau des groupes de femmes Chaudière-Appalaches a mené une étude afin d’identifier les enjeux de la participation des femmes à la vie politique municipale, les obstacles et de proposer des solutions.

Les résultats et les propositions d’action du projet Ensemble vers la parité ont ainsi été présentés le 17 mars, lors d’une conférence de presse, en présence de la ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la région de Chaudière-Appalaches, Marie-Eve Proulx, ainsi que de plusieurs élues municipales.

En vue des élections municipales de l’automne prochain, le RGFCA veut contribuer à l’augmentation des candidatures féminines dans les municipalités de la Chaudière-Appalaches. Mobiliser les femmes, mais aussi faire évoluer la culture politique grâce à l’implication de toutes et tous, voilà les objectifs des actions de sensibilisation qui se déploieront dans la région.

Vaincre les obstacles structurels

«Les élues que nous avons rencontrées n’ont pas de difficultés à reconnaître leurs compétences, souvent liées à la prise de parole d’ailleurs, mais on constate qu’il y a des obstacles structurels qui freinent les femmes à faire le saut en politique», précise Andrée Larouche, agente de projet au RGFCA. L’étude montre qu’il est beaucoup plus difficile pour les femmes de prendre leur place et d’être entendues si elles siègent seules dans un conseil à majorité d’hommes.

«La place des femmes en politique doit devenir une normalité, ajoute Marie-Eve Proulx. Collectivement, il faut sortir des ornières et des façons de faire traditionnelles. Plus on sera nombreuses à faire de la politique, plus on se sentira à notre place.»

Les femmes rencontrées dans le cadre de la recherche du RGFCA ainsi que la littérature sur le sujet démontrent l’importance des modèles de femmes inspirantes. C’est pourquoi le réseau veut mettre en valeur des élues de la région, permettre aux femmes qui seraient intéressées de se reconnaître et de voir qu’il est possible de faire sa place tout en conciliant la vie de famille et la vie professionnelle.

Le RGFCA organisera une série d’activités à venir dans les prochains mois afin de promouvoir les candidatures féminines, mais également de rendre le milieu de la politique municipale moins hostile aux femmes. Les détails de la recherche et les dates des activités offertes aux femmes de la région sont disponibles au www.femmesca.com. Le projet est réalisé grâce à la collaboration financière du Secrétariat à la condition féminine.

Les plus lus

Repensons Lévis réplique au maire de Lévis

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a réagi, le 10 mars, aux déclarations du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, dans un article du Journal portant sur des critiques de RL sur l’octroi de certains contrats par son administration. Repensons Lévis soutient notamment que les affirmations du maire dans l’article sont «accusatrices et inexactes».

COVID-19 : vers un resserrement des mesures dans la région?

Face à l'importante augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 constatée en Beauce au cours des dernières semaines, le gouvernement provincial envisage de resserrer les mesures sanitaires en vigueur dans la région afin de freiner la propagation du coronavirus. C'est notamment que ce qu'a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors d'une mise à jour sur la situation pandém...

Lehouillier se lance dans «l’élection de trop», selon RL

Repensons Lévis (RL) a réagi, le 9 avril, à l’annonce du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, qui a confirmé son intention d’obtenir un troisième mandat à la tête de Lévis en novembre prochain. Selon RL, la population lévisienne doit «tourner la page sur l’ère Lehouillier» et estime que le premier citoyen de Lévis s’engage dans «une élection de trop».

Boulevard Jean-Garon : les proches de l'ancien élu ne discuteront plus avec l'administration Lehouillier

Par voie de communiqué, la famille et les amis de Jean Garon ont réagi, le 14 avril, aux déclarations du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, en ce qui a trait à leur demande de renommer la route du Président-Kennedy en boulevard Jean-Garon afin d'honorer la mémoire de l'ancien maire et député de Lévis. Devant le refus de l'administration Lehouillier de considérer leur souhait, le groupe ne discute...

Repensons Lévis à la recherche de candidats

Le nouveau parti politique municipal lévisien, Repensons Lévis, a annoncé l’ouverture des candidatures dans les 14 districts vacants de son parti. Ce dernier invite les citoyens à soumettre leur intérêt pour le poste de candidat à titre de conseiller municipal dans l’un de ces districts pour les prochaines élections prévues cet automne.

Poules urbaines : le conseil municipal va de l’avant avec le projet

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé le dépôt d’un nouveau règlement venant encadrer l’implantation de poulaillers domestiques lors d’une conférence de presse, le 29 mars. Cette demande citoyenne était récurrente depuis l’automne dernier.

COVID-19 : le maire de Lévis reçoit une première dose de vaccin

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a reçu la première dose d'un vaccin contre la COVID-19, cet après-midi au centre de vaccination massif de Lévis.

Une action de QS à Lévis contre le projet GNL Québec

Une dizaine de militants de Québec solidaire (QS) Chaudière-Appalaches ont déployé une bannière contre le projet GNL Québec, le 14 mars, au-dessus de l’autoroute 20 à la hauteur du viaduc de Saint-Rédempteur. L’opération était menée en simultané dans 14 villes du Québec.

Un budget somme toute satisfaisant pour la région

À la suite des différentes annonces faites concernant le budget provincial déposé le 25 mars dernier, plusieurs acteurs lévisiens ont exposé leur point de vue quant à l’exercice budgétaire annuel du gouvernement. Pour la plupart d’entre eux, ces annonces sont «un pas dans la bonne direction».

Abolition du sifflet de train à Charny : la Ville étend le périmètre d’étude

Par voie de communiqué, la Ville de Lévis a annoncé, le 18 mars, qu’elle agrandit le périmètre d’étude dans le cadre de son projet d’abolition du sifflet de train aux passages à niveau à Charny. La municipalité se penchera également sur la possibilité que les trains cessent de siffler lorsqu’ils emprunteront la traverse située sur l’avenue des Générations.