Les affiches des élèves (1re photo). La poutine cuisinée par St-Hubert d’après la recette envoyée (2e photo). CRÉDIT : COURTOISIE

La recette pour aimer le français serait-elle la même que celle de la poutine? À en croire deux enseignants de l’école primaire Saint-Louis-de-France, à Charny, la réponse ne fait aucun doute. Au menu pour la classe de 6e année :mathématique et anglais intensifs, des exercices de lecture et d’écriture à la saveur du mélange culinaire.

Derrière l’appellation Projet Poutine se cachent toute une série d’activités menée pendant quatre semaines par Molly Genest-Simard et Sébastien Bourgault avec les 23 élèves d’une classe de 6e année dans le cadre de l’apprentissage du français. Parler la bouche pleine n’étant pas chose recommandée, plutôt que de manger la poutine, les élèves ont commencé par la lire.

Pour préparer une bonne poutine, commencez donc par lire l’ouvrage pour la jeunesse d’Andrée Poulin, La plus grosse poutine du monde. L’objectif pédagogique de ce travail était de faire connaître aux élèves une œuvre littéraire d’une auteure québécoise. 

«À travers la lecture, on travaille les personnages, les différents procédés d’écriture, les stratégies de lecture et, par le fait même, la compétence Communiquer oralement avec des échanges riches», explique Molly sur le processus d’apprentissage mis en œuvre.

L’enseignante a ensuite demandé aux élèves d’inventer, à leur tour, la poutine de leur rêve. Les jeunes devaient choisir les frites utilisées, le fromage mis en vedette, la thématique mise en valeur et les extras qui font toute la différence pour rendre une poutine unique en son genre. 

Une fois la création terminée, les élèves ont réalisé une affiche publicitaire. La réclame devait contenir un titre, un slogan et respecter des consignes précises qu’une affiche publicitaire doit présenter.

Pour finir, les jeunes ont rédigé une lettre adressée à leur restaurant préféré. Dans la missive, ils devaient présenter l’objet de leur message, leur poutine et les raisons de leur choix, ainsi qu’expliquer pourquoi, selon eux, leur recette devait figurer au menu du restaurant. 

Chaque groupe a aussi présenté sa création devant la classe, puis toutes les lettres ont bel et bien été envoyées aux restaurateurs. Avoir un destinataire réel a apporté «toute la crédibilité au projet d’écriture de la lettre et une motivation supplémentaire», souligne Molly.

Trois équipes ont reçu une réponse positive du restaurant auquel ils avaient envoyé leur proposition. Charles, Ayden et Frédérik ont eu la surprise de découvrir un message de Zolé! Cuisine mexicaine qui leur a offert de servir leur poutine pendant une semaine dans un de leurs établissements du Groupe TopResto et de venir la goûter. Anna et Justine ont aussi reçu une réponse positive de St-Hubert, ainsi qu’Antoine, Christopher et Justin d’A&W. L’équipe de Florakim, Anne et Sacha a reçu des remerciements de Tutti Frutti pour leur idée.

«Les restaurateurs ont fait un geste extraordinaire. Ils ont répondu à des lettres certes, mais ils ont surtout donné un sens à un projet d’écriture. Pour des élèves de 6e année, ce petit geste a apporté une grande vague de motivation, ce qui est grandiose», se réjouit Molly. 

Les plus lus

Une neuvième glace sera ajoutée en 2021 à Lévis

Lévis ajoutera une nouvelle patinoire intérieure de dimension olympique à l’Aréna de Lévis. La Ville a déposé une demande au gouvernement dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS), doté de 294 M$ pour l’ensemble du Québec.

La FHQ ne veut pas que le bâtiment des Scies Mercier soit démoli

Dans une lettre transmise le 27 janvier au secrétaire du comité de démolition et au conseil municipal de la Ville de Lévis ainsi qu'à la ministre de la Culture du Québec, la Fédération histoire Québec (FHQ) s'est opposée «catégoriquement» à la demande de démolition du 220, rue Napoléon-Mercier, le bâtiment qu'a occupé pendant plusieurs décennies l'entreprise lévisienne Les Scies Mercier.

Deux nouveaux sentiers hivernaux répertoriés à Lévis

La liste des sentiers qui figurent dans le Répertoire des sentiers hivernaux de Québec et Lévis élaboré par Ça marche Doc s’allonge avec six nouveaux parcours à découvrir sur les rives sud et nord.

La CSN demande que le réseau de la santé «redevienne un employeur de choix»

Les syndicats de la CSN représentant près de 20 000 employés du réseau de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches ont fait le point, le 29 janvier, sur la pénurie et la rétention de main-d'oeuvre dans le réseau. Selon eux, les employés sont notamment à bout de souffle en raison de la «sévère pénurie de main-d'oeuvre».

L’OPC veut mettre un frein à la «surpopulation féline»

Estimant que Lévis vit un problème de «surpopulation féline», l’Organisme pour la protection des chats (OPC) demande à la Ville de Lévis de s’attaquer à cette problématique.

Conseil en bref : la biblio mobile, des jeux d’eau et le comité de toponymie reviennent

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 10 février à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

Réforme de la gouvernance scolaire : la CSN craint un recul pour la CSDN

Par voie de communiqué, le Syndicat soutien scolaire des Navigateurs, une unité affiliée à la CSN qui regroupe plus de 1 500 membres du personnel de soutien des secteurs administratif, technique en adaptation scolaire et en services de garde ainsi que du personnel de soutien manuel et de service de la Commission scolaire des Navigateurs (CSDN), a attaqué, le 27 janvier, la réforme envisagée par Qu...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 5 février 2020

L’avocate Marie-Ève Malenfant (1re photo) relève depuis peu un nouveau défi professionnel. Elle est de retour au sein du cabinet KSA Avocats.

Le projet de loi 40 adopté

Le projet de loi 40, qui vise à transformer les commissions scolaires en centres de services, à abolir les élections scolaires et à décentraliser la prise de décision, a été adopté le 8 février dernier.

Parc des Chutes-de-la-Chaudière : des organismes s’opposent à la zone récréotouristique

Les dirigeants du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) et des Amis du parc des Chutes-de-la-Chaudière (APCC) ont uni leur voix, le 4 février, pour s’opposer à la modification envisagée au schéma d’aménagement du parc des Chutes-de-la-Chaudière.