Photo : Gilles Boutin

En tant que citoyen du Vieux-Lévis, je tiens à vous faire part de mon opinion en ce qui concerne le sujet du jour, l'emplacement prévu du lien mécanique. Je demeure depuis toujours à Lévis, et plus particulièrement depuis 20 ans à l'endroit le plus stratégique du Vieux-Lévis. Par conséquent, soyez assurés que je sais de quoi je parle, tout l'environnement dans lequel je vis, je l'ai parcouru en long et en large et je le connais comme le fond de ma poche.

Note de la rédaction : Le Journal de Lévis n'endosse aucune opinion qui est partagée dans les lettres d'opinion ou ouvertes publiées dans notre section Opinions. Les opinions qui sont exprimés dans ce texte sont celles de l'auteur signataire.

Le regroupement citoyen qui parle d'un lien mécanique logique dans l'axe de la Terrasse de Lévis, dont je ne fais pas partie, est à mes yeux complètement dans le champ. Il s'agit plutôt d'une option illogique et ne favorise aucunement l'intérêt collectif comme il le pense, au contraire.

En plus d'être irréalisable, une structure de quelque nature que ce soit viendrait détruire à jamais l'image de la Terrasse et de sa falaise, qui est un symbole fort pour notre ville.

Ce regroupement semble incapable de voir les obstacles et inconvénients rendant la chose non réaliste et non réalisable, entre autres :

- Dans le parcours à effectuer pour atteindre le lien, il y aurait une longue marche d'environ un demi-kilomètre à parcourir sans aucun intérêt, dont 300 mètres à longer l'ancien bureau de poste et tous les condos Les Rives du Saint-Laurent qui empêchent de voir le fleuve et Québec. Quant au dernier 200 mètres, ils ne longeraient que des stationnements;

- Au pied de la falaise en ligne avec la Terrasse du côté ouest, on retrouve un cadre bâti (résidences) et du côté nord, la station de pompage. Si un lien était réalisable (ce qui n'est pas le cas), un lien face à une station de pompage et un stationnement ne ferait pas très chic;

- Comment fait-on pour ne pas voir qu'à la base, le manque de place est flagrant et évident, dû entre autres par la proximité de la falaise? Même si cela était réalisable (ce qui n'est pas le cas), au plan architectural, cela serait un fiasco. Peut-on s'imaginer une structure qui viendrait cacher une partie de la Terrasse et de sa falaise?;

- La Terrasse de Lévis doit être le dessert, la cerise sur le gâteau, à servir aux touristes et aux visiteurs, non l'entrée. Avec sa situation exceptionnelle et son panorama à couper le souffle, il ne faut pas que les gens se disent «Maintenant, on a tout vu, on peut descendre» après qu'ils ont vu les ponts, le fleuve, le Château Frontenac, le Vieux-Québec et une partie du Vieux-Lévis à la Terrasse.

Parlons maintenant de l'axe Marie-Rollet. C'est à mon avis un choix très judicieux. Le lien mécanique à cet endroit sera situé au cœur de l'action dans le bas de la falaise, à quelques pas du quai Paquet et de la traverse. Alors que ce secteur est appelé à se développer davantage, il sera facile de retenir les touristes et visiteurs du futur hôtel du secteur grâce au lien mécanique qui sera, je l'espère, spectaculaire et invitant.

Le regroupement pour l'axe de la Terrasse met de l'avant qu'il y aurait de bonnes côtes à monter pour rejoindre l'avenue Bégin. Ils craignent que le lien mécanique soit boudé. Je trouve faible cet argument. Il faut comprendre que le lien mécanique est principalement destiné aux touristes et aux visiteurs afin d'accéder sans effort et facilement sur le plateau pour leur faire découvrir tous les attraits du Vieux-Lévis.

À ce que je comprends, il y aura un circuit touristique qui dirigerait les visiteurs et les touristes dans les rues typiques du Vieux-Lévis. Ce circuit pourrait être emprunté en direction est sur la rue Wolfe, et de là vers la rue Guenette pour former une boucle. Ce trajet avec moins de dénivelés demande peu d'efforts et après avoir conclu leur visite du Vieux-Lévis par un passage à la Terrasse, les visiteurs pourraient utiliser le lien qu'ils désirent pour retourner dans le secteur de la Traverse, soit la côte Louis-Fréchette, la côte des Bûches ou le lien mécanique dans l'axe Marie-Rollet.

Les commerçants du Vieux-Lévis n'ont rien à craindre et tout a gagné. Arrivés frais et dispos, ce ne sont pas les côtes qui feront reculer les visiteurs. À ce que je sache, tout le monde marche à son rythme. Si vous saviez le nombre de visiteurs qui me demandent comment se rendre à la succursale de Chocolats Favoris de l'avenue Bégin, un restaurant ou à la Terrasse après avoir monté la côte des Bûches. Ils s'y rendent ensuite sans dire un mot en montant à leur rythme.

Quelle excellente idée de penser à mettre en valeur et de relier les belvédères de la rue Marie-Rollet à celui de la rue Henry en utilisant la bande de terrain au haut de la falaise qui est la propriété de la Ville. Je ne crois pas que cela causerait des désagréments à ces résidents. Nous n'avons qu'à penser aux inquiétudes qu'ont eues les résidents de la rue Saint-Laurent lorsqu'on a parlé de faire passer la piste cyclable derrière leur résidence. À ce que je sache, la cohabitation est harmonieuse. Présentement, les belvédères sont peu fréquentés, car ils ne sont pas mis en valeur et sont méconnus. En ce qui a trait à l'achalandage futur des utilisateurs du lien mécanique, il sera également encadré puisque l'infrastructure sera ouverte à des heures et des moments précis. En plus, les liens piétonniers actuels pourront toujours être utilisés par les visiteurs.

En résumé, il n'y a à mon avis aucun intérêt collectif à tenir une consultation publique inutile demandée par le regroupement. Cette consultation a déjà eu lieu lors de l'élaboration du programme particulier d'urbanisme (PPU) du Vieux-Lévis. Maintenant que le projet est sur les rails et que la Ville est propriétaire des terrains sur la rue Saint-Laurent, il est trop tard.

Jacques Roy

Lévis

Les plus lus

Lettre d'opinion - Changez de cassette, M. Lehouillier!

Comme la plupart des citoyens, nous avons été surpris par le reportage de Radio-Canada sur l’état des suspentes du pont Pierre-Laporte. D’autant plus que le pont subit présentement des travaux de plusieurs dizaines de millions de dollars pour la peinture de la structure et la réfection du revêtement du tablier.

Lettre d'opinion - Qu'est-ce qu'on peut faire avec 6 G$, M. Legault?

Monsieur Legault, Le dimanche 5 juin, à Sherbrooke, vous avez affirmé concernant le projet du 3ème lien qu'«on peut bien critiquer, mais quelles sont les alternatives? À part chialer, il faut arriver avec une proposition». 

Lettre ouverte en réaction à la décision de la Cour suprême du Canada sur l’article 33.1 du Code criminel : donnons une voix aux survivantes!

Aux juges de la Cour Suprême du Canada, Nous considérons qu’il est de notre devoir de vous faire part de l’indignation des survivantes d’agressions à caractère sexuel devant l’annonce stipulant que le principe d’automatisme causé par une intoxication volontaire est désormais une défense recevable lors d’un procès pour agression sexuelle.