Michel Tardif sera le candidat du Parti conservateur d’Éric Duhaime dans Bellechasse. Photo : Éric Gourde – La Voix du Sud

Comme l’a dévoilé il y a quelques semaines La Voix du Sud, le président de la Société historique de Bellechasse (SHB), Michel Tardif, sera le candidat du Parti conservateur du Québec (PCQ) dans Bellechasse lors des élections provinciales cet automne. Le chef de cette formation politique, Éric Duhaime, en a fait l’annonce lors d’une conférence de presse à Saint-Anselme, le 2 juin.

Résident de Saint-Henri depuis 1995, Michel Tardif est notamment détenteur d’un certificat et d’un baccalauréat en sciences biologiques de l’Université de Montréal. Depuis une vingtaine d’années, il travaille en restructuration organisationnelle.

L’ancien conseiller municipal de Saint-Henri s’est aussi impliqué au sein de l’Association des biologistes du Québec, du Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ), du Conseil de bassin de la rivière Etchemin, la Réserve mondiale de la biosphère de Charlevoix de l’UNESCO et le Conseil régional de l’environnement Chaudière-Appalaches (CRECA). Pour expliquer son choix de porter les couleurs conservatrices, le président de la SHB a indiqué qu’Éric Duhaime et le programme du PCQ avaient fortement pesé dans la balance.

«Éric possède toutes les qualités et les prérequis pour occuper les fonctions de premier ministre du Québec. La deuxième raison est le programme du Parti conservateur du Québec. Avec ce programme, Éric et les membres ont mis les bases pour faire du Québec un endroit où l’innovation sera encouragée, où les enfants seront fiers de demeurer, où les travailleurs seront respectés et où les aînés seront protégés», a déclaré le candidat du PCQ dans Bellechasse.

Du même souffle, comme plusieurs militants du PCQ, Michel Tardif a indiqué que la gestion de la crise de la COVID-19 par le gouvernement actuel avait aussi été une motivation derrière ce saut en politique provinciale.

«Souvenons-nous de toutes les cicatrices découlant du manque de professionnalisme dans la gestion de la crise sanitaire, d’un gouvernement qui a choisi de gouverner par sondage plutôt que sur des bases scientifiques. Personne ne souhaite revivre le retrait du droit de pratiquer un sport ou de refuser une éducation de qualité à un jeune. Personne ne souhaite à nouveau abandonner nos aînés. Personne ne souhaite réélire un gouvernement qui gouverne par décrets et qui distribue des milliards unilatéralement», a soutenu M. Tardif.

Concrétiser le troisième lien

En ce qui a trait aux enjeux locaux qu’il souhaite aborder lors de la campagne, le candidat conservateur dans Bellechasse a indiqué qu’il désirait à renforcer le sentiment de fierté des jeunes face à leur milieu de vie et leur milieu scolaire, enrichir l’offre de services en formation professionnelle et favoriser la création d’emplois ainsi que le recrutement et la rétention de nouveaux travailleurs.

S’il est élu le 3 octobre prochain, il veut également régler le dossier des horaires de faction pour les ambulances dans Bellechasse, fournir une couverture cellulaire sur tout le territoire, faciliter l’intégration des activités agricoles et forestières au développement des municipalités, redonner aux municipalités l’autonomie en développement territorial ainsi que favoriser le développement des projets récréotouristiques et les projets culturels et patrimoniaux.

Mais le projet prioritaire pour celui «qui veut être la voix de Bellechasse à l’Assemblée nationale et pas la voix de l’Assemblée nationale dans Bellechasse» est la concrétisation du troisième lien interrives entre les rives sud et nord.

«J’ai l’intention de faire aboutir le dossier du troisième lien et de ne pas en faire uniquement une promesse électorale. Le troisième lien est vital pour le développement économique de notre comté et de toute notre région. Un gouvernement conservateur respectera les vœux des élus et des citoyens en procédant à la construction de ce lien si stratégique pour les régions de Québec, de Chaudière-Appalaches et de tout l’est du Québec», a conclu M. Tardif.

Les plus lus

Marc Picard tire sa révérence

Après 19 ans de travail à titre de député provincial de la circonscription Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard a annoncé, le 3 août, en entrevue avec le Journal qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat lors de l’élection de cet automne. Bien qu’il avait réaffirmé son intention de se représenter en juin dernier, le député caquiste a entamé une nouvelle réflexion au courant du mois de juillet et a...

Réaménagement de la tête des ponts à Québec : le projet passe à une autre étape

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a annoncé, le 30 juin que le projet de réaménagement des échangeurs au nord des ponts Pierre-Laporte et de Québec passe à l'étape de l'élaboration du dossier d'affaires.

Nominations à la Ville de Lévis

Les membres du conseil municipal de Lévis se sont réunis, le 27 juillet, pour une séance extraordinaire de l'instance. La réunion a permis aux élus d'approuver les nominations de deux dirigeants.

Troisième lien : forages marins en cours

Comme plusieurs Lévisiens l'ont constaté au cours des dernières semaines, des forages marins en eau profonde sont actuellement menés le long du tracé du futur tunnel Québec-Lévis en vue de terminer la caractérisation des sols.

Conseil en bref : nomination d’un nouveau directeur au SPVL

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre de la dernière séance ordinaire du conseil municipal avant le congé de la saison estivale, le 12 juillet dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Lévis lance des plans d’action en environnement et en immigration

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé l’adoption du plan d’action en environnement ainsi que celui en immigration de la Ville de Lévis lors du conseil municipal du 11 juillet. Le plan d’action en environnement sera accompagné d’un fonds vert de 1 M$ tandis que le plan d’action en immigration comprendra un support financier de 750 000 $ réparti sur les trois prochaines années.

Une mesure qui arrive «trop peu, trop tard»

Bien qu'elles accueillent favorablement l'annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de payer à taux double le temps supplémentaire effectué par les travailleurs de la santé, les organisations syndicales les représentant se sont désolées, le 21 juillet, qu'il y ait des conditions à l'application de cette mesure et du «laxisme du gouvernement Legault dans ce dossier».

Les principaux partis se préparent pour la campagne

Malgré que l’été semble marquer une certaine pause dans la précampagne électorale, les principaux partis politiques provinciaux planchent sur leurs préparatifs dans la région en vue des élections provinciales qui auront lieu le 3 octobre prochain.

Candidate pour l’environnement

Candidate de Québec solidaire (QS) dans Lévis en 2007, 2008 et 2012, Valérie Cayouette-Guilloteau défendra de nouveau les couleurs de la formation politique de gauche dans ce comté lors des prochaines élections provinciales. Si c’est plutôt les questions sociales qui l’avaient incitée à briguer les suffrages au tournant des années 2010, la professeure de philosophie au Cégep Limoilou sera le visag...

Sanimax : le maire assure que la Ville soutient la population

Après la publication de témoignages dans des médias de Québec de citoyens de l'ouest de la ville se plaignant de nouvelles odeurs nauséabondes provenant de l'usine de Sanimax à Charny, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a assuré que son administration était proactive dans ce dossier, le 28 juillet.