L’Éco-vélo est déjà utilisé par les élèves de l’École de langues First Steps, Langues et plein air. Photo : Courtoisie

Grâce à l’appui financier de Desjardins, l’École de langues First Steps, Langues et plein air, affilée aux Programmes arts, langues et sports (PALS) du Centre de services scolaire des Navigateurs (CSSDN), a récemment pu concrétiser son projet d’acquérir un vélo électrique. Avec leur Éco-vélo, les élèves de l’institution lévisienne pourront plus facilement tenir des activités, notamment afin de faire une différence pour la planète.

«C’est sûr que (comme ils sont des adolescents), les élèves du secondaire n’ont pas été aussi démonstratifs que ceux du primaire, mais ce nouvel outil a rendu très heureux nos élèves. Au primaire, on leur a parlé de ce projet-là au début de l’année scolaire et ils ne le concevaient pas. Mais quand je suis arrivé avec l’Éco-vélo lors de notre activité de nettoyage tenue lors du Jour de la Terre, les élèves du primaire se sont tous attroupés près de moi et c’était littéralement la fête dans la cour de l’école», a d’emblée partagé Jean-François Cormier, le directeur de l’École de langues First Steps, Langues et plein air.

C’est au début de l’année scolaire que ce dernier a lancé le projet d’acquérir un vélo électrique. En plus de différentes activités de nettoyage organisées pour s’attaquer à la pollution, les élèves de l’école lévisienne prennent part à différentes activités à l’extérieur dans le cadre de leur cursus. Si l’institution possède déjà une trentaine de vélos pour se déplacer, elle n’avait pas de vélo permettant de transporter une remorque.

«On associe le vélo au loisir, mais on voulait donner un autre sens à notre Éco-vélo. Ce n’était pas d’obtenir un vélo électrique pour s’amuser ou pour aller faire du vélo de montagne. On voulait un vélo pour aller faire des corvées, aller à la pêche ou faire des pique-niques. On voulait permettre la tenue de divers événements grâce à ce vélo. L’Éco-vélo correspond aussi à nos valeurs, soit l’activité physique, la coopération, la culture générale et l’environnement», a expliqué M. Cormier, sur l’origine du projet.

Un don déjà profitable

Séduite par le dossier de candidature de l’École de langues First Steps, Langues et plein air, la Fondation Desjardins a ainsi remis un don de 3 000 $ pour aider l’institution à acquérir une bicyclette électrique. Cette dernière a ensuite investi 1 500 $ pour compléter le montage financier du projet, ce qui a permis l’acquisition du vélo, d’une remorque ainsi que le lettrage de l’Éco-vélo aux couleurs de l’école.

Le vélo et sa remorque arrivent d’ailleurs à point puisqu’ils seront bientôt utilisés à plusieurs reprises par l’École de langues First Steps, Langues et plein air. Au cours du mois de mai, les élèves pourront utiliser l’Éco-vélo lors de trois collectes de déchets (parc de la Paix, Club de golf Lévis et cour de l’École Saint-Joseph), une sortie de pêche au parc de l’Anse-Tibbits et une marche pour la Terre, de l’École Pointe-Lévy au parc de l’Anse-Tibbits. Et foi de Jean-François Cormier, l’Éco-vélo continuera d’être vu dans le quartier Lévis au cours des prochains mois.

«L’Éco-vélo ne servira pas uniquement pour un événement, mais son utilisation sera cyclique. L’automne prochain, j’aimerais bien qu’on s’en serve pour aller faire des corvées chez des aînés lévisiens, notamment pour les aider à ramasser les feuilles qui sont tombées sur leur terrain. […] Que les gens ne surprennent pas de voir l’Éco-vélo souvent. J’espère aussi organiser une plus grande marche pour la Terre avec des élèves d’autres écoles du quartier Lévis», a conclu M. Cormier.

Les plus lus

Lévis ne veut pas que ses citoyens s’ennuient cet été

C’est le 2 juin dernier que la Ville de Lévis a dévoilé la programmation de l’édition 2022 de Cet été, je parcours Lévis. Grâce à un investissement de plus de 1 M$, la municipalité offrira plus de 200 activités sur 30 sites répartis à travers la ville lors de la belle saison.

Plusieurs occasions pour célébrer le Québec

Avec la reprise des activités dans la société, les occasions de souligner la Fête nationale du Québec seront nombreuses dans le Grand Lévis, les 22, 23 et 24 juin prochains.

Programmation dévoilée pour le Festibière de Lévis

En vue de sa quatrième édition qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet au quai Paquet, le Festibière de Lévis a dévoilé la programmation détaillée de sa mouture 2022, le 6 juin.

Une rue qui n’est pas désirée à Saint-Étienne

Plusieurs citoyens de Saint-Étienne-de-Lauzon ne comprennent toujours pas pourquoi un passage piétonnier projeté dans le quartier des Peintres sera remplacé par la Ville de Lévis par une rue qui prolongera la rue Cézanne. Plus de 350 citoyens ont signé une pétition demandant à la municipalité de faire marche arrière dans ce dossier.

École anglophone à Lévis : début de la construction

La première pelletée de terre de l’école anglophone, située sur le chemin du Sault à Saint-Romuald, a eu lieu le 17 juin. Quelques porte-parole de la Commission scolaire Central Québec (CSCQ) en ont profité pour faire un discours, et donner des détails sur le dossier.

La Fête de la famille misera sur des classiques

Après une pause forcée de deux ans en raison de la pandémie, la Fête de la famille de Lévis sera de retour au centre communautaire de Saint-Rédempteur (1325, rue de Saint-Denis), les 10, 11 et 12 juin. Lors de la 13e édition de l’événement lévisien, les familles de la région pourront profiter de plusieurs activités qui amuseront autant les petits que les grands.

Le ministère de l'Environnement prend une ordonnance contre une bleuetière de Saint-Étienne

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a annoncé, le 13 juin qu’il a pris une ordonnance à l’égard de Bleuetière Duroy, un établissement de Saint-Étienne-de-Lauzon.

Palmarès des pires routes de CAA-Québec : des artères lévisiens s'y retrouvent

Comme à son habitude, CAA-Québec a tenu son traditionnel palmarès des pires routes du Québec ce printemps. L'organisme a dévoilé, le 8 juin, ses classements finaux et plusieurs rues lévisiennes s'y retrouvent.

Québec veut en finir avec les véhicules sur la traverse Québec-Lévis

Le gouvernement Legault pense à remplacer par des navettes fluviales destinées aux cyclistes et piétons, les navires actuels qui arriveront en fin de vie dans dix ans.

Dans l'œil de Michel - Chronique du 25 mai 2022

Mme Simonne Royer (Dubé) est décédée à l’âge vénérable de 101 ans et 5 mois (1re photo). Elle aimait utiliser ses mains pour faire de beaux tricots, du crochet, frivolités et autres travaux manuels avec les Fermières. Elle avait une passion pour le bingo qui lui permettait de rencontrer des amies. Elle adorait jardiner, voir les oiseaux qui se promenaient sur son terrain et les bateaux sur le fleu...