Les recueils ont été présentés lors d'une soirée de lancement le 7 juin. Photos : Courtoisie

De la page blanche au livre imprimé entre leurs mains, les élèves de quatrième secondaire de l’École secondaire les Etchemins (ESLE) ont vécu toutes les étapes de la création d’un texte et d’un recueil. Un projet pas comme les autres, où sortir du cadre et être imaginatif faisait partie du défi.

Une idée, la leur. Ils l’ont choisie, puis l’ont racontée. À leur façon et hors de toutes contraintes scolaires. Ils ont décidé du genre du texte, d’un fil conducteur et se sont mis à écrire. 

Accompagnés par l’écrivaine professionnelle, Mélissa Verreault, les élèves de quatrième secondaire de l’ESLE se sont glissés dans la peau d’un auteur et ont découvert toutes les ficelles de la profession. 

«Être écrivain, c’est un métier. Ça s’apprend, il y a des techniques. Ce n’est pas juste de l’inspiration et un feeling. Il y a une méthode et une expertise qui se développent au fil du temps», partage Mélissa Verreault, qui souhaite sensibiliser les jeunes à la réalité des écrivains. 

«On vit dans une société où c’est souvent incompris, on pense que ce sont des gens qui vivent de leur hobby, qu’ils sont bien chanceux, que leur passe-temps leur rapporte de l’argent», ajoute-t-elle. 

Et, si les jeunes se sont confrontés aux étapes de l’écriture et au travail nécessaire pour mettre leurs idées en mots, ils ont aussi découvert le plaisir de la création. 

Hors du cadre scolaire, les jeunes découvrent «à quel point ils sont capables, ils ont des idées, ils sont imaginatifs et créatifs», souligne l’écrivaine, qui a observé qu’en sortant des obligations, des devoirs et de la pression des bonnes notes pour passer à la prochaine étape, certains élèves se sont mis à aimer ça, écrire.

«L’idée, c’est de se réaliser soi, comme individu créateur. Il y en a plusieurs qui ont eu des flashes et ont réalisé qu’ils avaient eu du fun. Ce qui est une aberration pour un ado de découvrir qu’il a du fun en faisant du français», s’amuse l’écrivaine.

Pour la deuxième année, le projet lancé par l’enseignante de français, danse et art dramatique à l’ESLE, Marie-Mai Tardif, s’est déroulé de novembre à avril. C’est à la suite d’un atelier d’écriture avec Mélissa Verreault, que l’enseignante a imaginé pousser l’idée plus loin. 

Écrire sur la génération Z

À partir de la thématique de la génération Z, seule contrainte à leur créativité, les jeunes ont écrit un texte qu’ils pouvaient raconter à leur façon. Une fois la rédaction terminée, ils ont utilisé une méthode d’autorévision pour élaborer une deuxième version. 

«Est-ce qu’ils ont utilisé le bon système verbal, le bon narrateur ? Est-ce que le genre du texte correspond à l’idée ?», illustre Marie-Mai Tardif. 

Après cette première révision, les textes des 87 élèves de la cohorte ont été lus par Mélissa Verreault  qui les a aussi rencontrés un à un pour leur partager ses commentaires et ajuster le texte avec eux. C’est qu’en faisant parler les élèves de leur texte, ils sont capables de donner plus de précisions, constate l’enseignante. L’objectif : améliorer la clarté et en finir avec les phrases ainsi que les termes flous.
«Quand j’ai écrit ma première version, pour moi, c’était clair, tout était parfait, parce que dans ma tête ça marchait. Mais après avoir rencontré Mélissa, j’ai vu ce qu’il y avait à retravailler et qu’il n’y a rien de parfait quand on écrit une première fois», explique Lydia Louis-Seize, qui s’est rendu compte des multiples étapes «pour arriver à faire un texte qui a beaucoup de sens et qui est clair». 

La création de trois recueils 

Une fois les textes achevés et corrigés, les jeunes sont passés à l’étape de la conception du livre et ont travaillé en groupe sur la première de couverture, l’ordre des textes ou encore la table des matières. Une étape d’apprentissage de la collaboration qui a donné naissance à trois recueils imprimés et présentés lors d’un grand lancement à l’ESLE, le 7 juin, en présence des jeunes auteurs et de leur famille. 

«Ça devient un projet personnel. Les élèves le font pour eux, parce qu’ils savent que ça va laisser une trace. Un devoir ou un examen, on le fait, on a la note. Mais là, le livre imprimé, ils vont le garder longtemps. Dans cinq, dix ou vingt ans, ils vont retomber dessus et ça va leur rappeler des bons souvenirs. Comme un album de finissants, ça va les replonger dans cette époque de leur vie», souligne Mélissa Verreault. 

Fières du travail accompli, Lydia Louis-Seize et Marine Boisvert trouvent que publier leur texte dans un recueil est «une expérience que chaque élève devrait vivre. Ça donne de l’importance à ce qu’on a écrit». Et de conclure, «ça m’a fait chaud au cœur. Le voir, le prendre dans ses mains, le feuilleter. C’est vraiment beau».  

Les plus lus

Un visage bien connu de la Traverse disparaît

Bien connu des usagers de la traverse Québec-Lévis et des visiteurs réguliers du Vieux-Lévis et du secteur de la Traverse, Marcel Aubin est décédé le 21 juillet dernier à l'âge de 85 ans.

La microbrasserie L’Ironie du 13 inaugure ses installations

La microbrasserie lévisienne, L’Ironie du 13, a inauguré ses locaux, le 14 juillet dernier, et est prête à recevoir sa clientèle dans ses installations en plein cœur du parc industriel de Saint-Romuald. Les cinq copropriétaires ont obtenu leur permis de brasseur le 17 juin dernier et déjà sept bières brassées entièrement à Lévis figurent au menu.

La situation ne s’améliore pas à l’urgence de l’Hôtel-Dieu

Comme depuis plusieurs mois, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Lévis continue d’être bondée et sa capacité est dépassée, même pendant les semaines estivales. Plusieurs éléments expliquent cette tempête parfaite qui donne un nouveau coup dur aux soignants de l’établissement lévisien.

De Lévis au Bic avec Bruno Blanchet

Le comédien et auteur, Bruno Blanchet, entamait un parcours à pied de la gare fluviale de Lévis au parc national du Bic près de Rimouski, le 9 juillet dernier.

Sensibiliser les jeunes au transport actif

Kinésiologue et passionné de cyclisme, Jean-Gabriel Turgeon a créé le programme Vert une vie active, dont l’objectif est d’initier les participants au vélo et de les sensibiliser à l’environnement. À Lévis, les jeunes du Camp de jour Rive-Sud et du Patro vont profiter de cette initiative.

Chronique historique - La quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis

Des documents enfouis dans les dédales administratifs contiennent des informations parfois surprenantes sur des éléments de l’histoire des localités. À preuve, un rapport du ministère de l’Agriculture du Canada, daté du 31 octobre 1901, nous brosse une esquisse historique intéressante de la quarantaine des bestiaux de la Pointe-Lévis.

Objectif 300 000 $

C’est en présence de plusieurs élus, de membres de la communauté de Saint-Nicolas et de plusieurs de ses bénévoles que le Service d’entraide de Bernière-Saint-Nicolas (SEBSN) a lancé une campagne de financement, le 1er juin dernier. Tenue sous la présidence d’honneur de Jacques Demers, président-directeur général des Productions horticoles Demers, l’initiative, dont le coup d’envoi a été donné aux...

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 13 juillet 2022

Les membres du Chœur du Cégep de Lévis remercient chaleureusement les généreux donateurs et les spectateurs du concert-bénéfice pour l’Ukraine, tenu sous la direction de Carole Legaré. Un montant de 4 500 $ a été remis à la Fondation Canada-Ukraine. Au moins 450 personnes ont assisté à cet événement mémorable.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 20 juillet 2022

L’entreprise lévisienne Transit a offert au Comptoir alimentaire Le Grenier un ordinateur portable d’une valeur de 1 400 $. Rappelons que Transit est en activité depuis 1971 et est la plus importante entreprise de distribution de pièces automobiles dans l’est du Canada. Sur la première photo, de gauche à droite, on peut voir Rachel Leblanc, directrice des ressources humaines chez Transit, Stéphane...

Projet immobilier à Saint-Lambert : la municipalité rassure les citoyens

Une assemblée publique de consultation sur le projet de résolution 145-22 a eu lieu le 19 juillet au Centre municipal de Saint-Lambert. Lors de cet événement, les porte-parole de la municipalité ont tenu à répondre à plusieurs questions qu'avaient les citoyens.