Martin Patry est heureux de célébrer ses 25 ans à la barre de L’intimiste.� Photo : Érick Deschênes - Archives

2022 marque un important cap pour L’intimiste, le restaurant gastronomique établi dans le Vieux-Lévis. Cette année, l’établissement situé sur l’avenue Bégin célèbre en effet son 25e anniversaire.

«Je suis fier d’avoir atteint ce cap. Dans l’industrie de la restauration, on ne voit pas beaucoup d’établissements qui se rendent jusqu’au 25e anniversaire. Alors, je suis très heureux d’être ouvert depuis 25 ans et que mon restaurant soit désormais une adresse bien appréciée des Lévisiens», a d’emblée partagé Martin Patry, le propriétaire de L’intimiste, lors d’une entrevue avec le Journal le 11 octobre.

C’est à l’âge de 21 ans, en 1997, que le Lévisien a décidé de fonder son propre restaurant. Issu d’une famille d’entrepreneurs et après être tombé en amour avec le milieu de la restauration en y oeuvrant pendant ses études, Martin Patry a alors rouvert le restaurant L’intimiste, un établissement ayant pignon sur rue de 1984 à 1991 de l’autre côté de l’avenue Bégin et dont l’un des propriétaires était l’un de ses oncles.

Pour ce faire, il s’est associé avec quatre autres de ses proches et il a acquis le bâtiment qu’occupe actuellement une partie de l’établissement, sous le coup alors d’une reprise de finance.

Si les premières années ont été difficiles pour le restaurant de style français du Vieux-Lévis, particulièrement lors des mois d’hiver, L’intimiste a rapidement pris de l’expansion. En 2003, Martin Patry a notamment acquis le local adjacent de l’institution pour créer L’intimiste Lounge, ce qui a permis d’intégrer des plats de type bistro comme des tartares et des pâtes.

«À nos débuts, il n’y avait pas grand-chose semblable à ce que nous offrions à Lévis. Dès que les gens de la région voulaient manger des plats gastronomiques, ils traversaient tout de suite à Québec. Ça n’a donc pas été facile, mais on a fait notre place. Notre clientèle est très fidèle et L’intimiste est désormais une destination à Lévis. C’est notamment plaisant de se faire dire par des clients qu’ils ne sont plus obligés de traverser à Québec pour bien manger», a illustré M. Patry.

Protéger les acquis

Améliorant ses succès année après année, L’intimiste a toutefois fait face à un choc il y a deux ans avec la pandémie de COVID-19. La crise sanitaire a freiné dans son élan l’établissement du Vieux-Lévis qui commence à peine à se remettre des conséquences de cette dernière.

«En 2020, on s’en allait vers notre plus belle année financière de l’histoire de L’intimiste, mais la pandémie a empêché le tout. Ce qui nous frappe le plus maintenant, c’est la pénurie de main-d’oeuvre. En raison des fermetures successives décrétées par le gouvernement dans notre industrie, plusieurs personnes ont décidé de quitter la restauration. Chez moi, j’ai quatre cuisiniers qui évoluent désormais dans d’autres domaines professionnels. J’ai donc dû retourner en cuisine et on n’est désormais ouvert que trois soirs par semaine», a partagé Martin Patry, qui a vu son équipe fondre de 24 à 10 employés depuis la crise sanitaire.

Si le sentiment de repartir de presque de zéro est bien présent chez le propriétaire de L’intimiste, Martin Patry ne ménage cependant pas ses efforts pour augmenter ses heures d’ouverture en recrutant de nouvelles ressources, notamment pour offrir ses services lors de certains dîners. Conscient que son établissement ne pourra retrouver ses heures d’ouverture d’avant la pandémie, il veut cependant reconstruire une base solide pour que son adresse demeure ouverte.

«Ce que je souhaite pour les prochaines années, c’est que L’intimiste perdure dans le paysage lévisien et que d’autres puissent prendre ma relève lorsque je déciderai de quitter la barre. C’est l’une des raisons pourquoi je n’ai pas mis la clé à la porte de mon restaurant malgré les embûches traversées au cours des dernières années. Mon rêve, c’est que L’intimiste demeure ouvert après mon départ et continue d’être une destination aimée des Lévisiens», a conclu Martin Patry.

Les plus lus

La RPA Seigneurie de Lévy fermera ses portes

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) a confirmé au Journal, le 21 janvier, que la résidence privée pour aînés (RPA) La Seigneurie de Lévy, située dans le quartier Lévis, fermera ses portes le 22 septembre prochain.

Tempête hivernale : plusieurs services fermés

En raison de la tempête hivernale qui frappe actuellement la région, plusieurs services publics ont été fermés.

Leïla se pointe le bout du nez en premier à l’Hôtel-Dieu de Lévis

C’est à 1h19 le 1er janvier dernier que l’Hôtel-Dieu de Lévis a accueilli son premier bébé de l’année. Leïla Leblond est née d’une césarienne à 8,4 lbs au grand plaisir de ses parents, Jany Boulay Émond et Manuel Leblond, et de son grand frère, Owen.

Un doublé pour les Chevaliers

Malgré le départ de plusieurs joueurs clés de l’alignement en raison de leur promotion dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Chevaliers de Lévis n’ont pas été ralentis au cours de la dernière semaine d’activités et ont remporté leurs deux affrontements de la semaine face aux Élites de Jonquière et aux Estacades de Trois-Rivières, les 11 et 15 janvier derniers. La formation lévisienn...

Vers une grève de plusieurs jours à la STLévis?

Par voie de communiqué, le Syndicat des chauffeurs d'autobus de la Rive-Sud (CSN), le groupe qui représente les conducteurs de la Société de transport de Lévis (STLévis), a partagé, le 11 janvier, son désir d'accentuer ses moyens de pression. En raison de «l'impasse» dans les négociations afin de renouveler la convention collective des chauffeurs d'autobus, le syndicat prévoit déclencher une grève...

Deux feux prennent naissance dans des garages

Les pompiers du Service de sécurité incendie de la Ville de Lévis (SSIVL) ont connu un matin occupé ce 27 janvier. Ils ont été appelés à intervenir à deux reprises alors qu’un feu a pris naissance dans un garage attaché à une maison de Charny ainsi qu’un autre également dans un garage attaché à une maison de Saint-Nicolas.

Dans l'oeil de Michel - Chronique du 11 janvier 2023

Je souhaite à notre députée des Chutes-de-la-Chaudière et ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Martine Biron (1re photo), beaucoup de voyages à l’étranger pour nous faire rayonner et du succès dans tous vos divers dossiers.

Chronique historique - La Coopérative d’habitation de Lévis

La chronique historique d’octobre 2022 qui portait sur la Société de construction permanente de Lévis et de l’éphémère Société de construction mutuelle de Lévis nous permet de nous souvenir d’une expérience plus récente, soit celle de la Coopérative d’habitation de Lévis aux débuts des années 1950. Projet qui fera sortir de terre un quartier complet sur les hauteurs de Lévis.

Une Lévisienne résiliente partage son histoire

Une trentenaire originaire de Lévis atteinte d’une leucémie rare, Mélissa Lefebvre Fontaine, a créé une page Facebook afin de sensibiliser la population. Souhaitant faire bouger les choses pour la recherche sur le cancer ainsi que le don de sang, de moelle osseuse et de cordon ombilical, la Lévisienne a reçu un retour positif sur ses réseaux sociaux.

Effectif infirmier en hausse en Chaudière-Appalaches

Au 31 mars 2022, Chaudière-Appalaches comptait 3 % plus d’infirmiers et d’infirmières en emploi par rapport à la même période l’an dernier. C’est le double du taux pour l’ensemble du Québec (1,5 %). C’est l’une des informations qui ressort du plus récent portrait statistique présenté le 22 novembre par l’Ordre des infirmiers et infirmières du Québec (OIIQ).