Kathleen Cantin, directrice de la formation continue du Cégep de Lévis. CRÉDIT : COURTOISIE

La révolution industrielle de l’industrie intelligente demande plus que jamais l’évolution technologique des entreprises d’innovation. Le Cégep de Lévis a décidé d’emboîter le pas en créant une nouvelle attestation d’études collégiales (AEC) afin de soutenir les entreprises dans ce changement. C’est en collaboration avec les cégeps de l’Abitibi-Témiscamingue et de Sept-Îles que l’institution lévisienne a pu mettre en place la nouvelle formation en industrie intelligente.

L’objectif de ce programme est de former des professionnels de référence dans le domaine de l’industrie 4.0. Après avoir suivi la formation, les travailleurs seront capables de faire le pont entre les technologies de l’information et opérationnelles, de maximiser l’usage de données et d’assurer le fonctionnement des systèmes industriels connectés.

L’inscription se fait au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, mais la formation sera offerte à temps plein en ligne de jour. Lors des apprentissages pratiques, les étudiants pourront se déplacer dans l’un des trois cégeps qui se situe le plus près de chez eux.

Le programme s’adresse aux travailleurs qui ont déjà travaillé en entreprise ou qui sont actuellement en poste ou aux personnes qui possèdent un diplôme d’études professionnelles dans les domaines de la maintenance industrielle, de la mécanique industrielle, des systèmes automatisés ou de l’électricité industrielle.

Selon Kathleen Cantin, directrice de la formation continue du Cégep de Lévis, les entreprises de l’innovation qui ont participé à la rencontre ont illustré ce à quoi correspondait le poste de technicien en industrie intelligente.

«L’analogie qu’ils ont utilisée, c’est comme un urgentologue dans le domaine de la santé. Il va recevoir les patients en première ligne et par la suite les référer aux bons spécialistes qui vont être en mesure de régler et d’apporter des solutions aux problématiques. Ils (les entreprises) souhaitent que le technicien en industrie intelligente agisse comme un urgentologue dans l’industrie pour pouvoir bien analyser les problématiques du secteur industriel pour par la suite régler la problématique avec ses collègues des domaines du génie mécanique, électrique et informatique», a-t-elle imagé.

C’est en 2017, après avoir constaté l’avènement des technologies intelligentes et l’automatisation industrielle, que les cégeps de Lévis et de l’Abitibi-Témiscamingue ont eu l’idée de la formation. Travaillant de pair avec le Cégep de Sept-Îles et le Cégep Édouard-Montpetit, ils ont mis en place une étude de pertinence avec différents acteurs de l’industrie.

La rencontre a confirmé que ces compétences étaient nouvelles et que les établissements devaient mettre en place un nouveau programme afin de donner les outils aux techniciens en industrie intelligente. De plus, les entreprises qui ont participé ont démontré leur intérêt à l’embauche de futurs diplômés.

«C’est presque une entreprise sur deux, près de 46 % des entreprises, qui ont investi dans les technologies numériques. Il est temps d’implanter le savoir-faire auprès des ressources humaines», a affirmé Sylvain Blais, directeur général du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue.

À propos de l’AEC

 La période d’inscription est en cours et la formation débutera en mars 2022. L’AEC de spécialisation est d’une durée de 1 050 heures réparties sur quatre sessions étalées sur une durée d’environ 15 mois. La formation touchera à plus de 15 compétences pour permettre l’identification, l’analyse et l’évaluation des problématiques en entreprise dans trois sphères d’activité, soit la maintenance industrielle, la mécanique industrielle et informatique. L’étudiant pourra établir le pont entre ces trois technologies.

Enfin, le programme est éligible à une subvention dans le cadre du Programme pour la requalification et l’accompagnement en technologies de l’information et des communications (PRATIC).

Pour plus d’information, consultez le industrieintelligente.com.

Les plus lus

Une nouvelle gamme de vêtements pour les travailleurs basée à Lévis

L’entrepreneur lévisien Mario Fournier a récemment accouché d’un nouveau projet entrepreneurial avec Hugo Girard, le célèbre homme fort et animateur de télévision. Les deux hommes d’affaires ont lancé il y a un mois Hugo Strong, une nouvelle gamme de vêtements destinés principalement aux travailleurs.

Une fermeture difficile à avaler

Les propriétaires de restaurants et de cinémas du coin sont unanimes, la nouvelle fermeture des salles à manger et de cinéma qui est en vigueur depuis le 31 décembre est un coup très dur pour les ressources financières, humaines et matérielles de leurs entreprises.

Une boulangerie ouvre ses portes à Saint-Nicolas

Ouverte depuis juillet dernier, la boulangerie artisanale Au Bonheur des Pains a été lancée par le boulanger d’expérience Cédric Marty. Au menu, pains artisanaux et pâtisseries boulangères.

Un dernier au revoir à Jacques Auger

La famille et les proches de Jacques Auger, l'homme d'affaires lévisien qui est derrière l'arrivée de McDonald's dans la grande région de Québec, a dévoilé, le 20 décembre, les détails entourant les funérailles de M. Auger.

Fermeture obligatoire de plusieurs commerces : Québec réactive un programme

Par voie de communiqué, le gouvernement du Québec a annoncé, le 20 décembre, la réouverture du volet Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM) pour soutenir les entreprises touchées par la nouvelle obligation de fermer leurs portes afin de freiner la propagation du coronavirus, notamment les bars, les cinémas et les salles de spectacles.

Poursuivre les combats

Si le variant Omicron fait également partie de ses préoccupations pour les prochains mois, la vice-présidente exécutive et directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis (CCL), Marie-Josée Morency, entend poursuivre son travail en 2022 pour obtenir des avancées dans les dossiers de la pénurie de la main-d’œuvre, le troisième lien et l’achat local. De plus, c’est lors de la prochaine année ...

Horaire des succursales de la SAQ et de la SQDC pour le temps des Fêtes

La Société des alcools du Québec (SAQ) et la Société québécoise du cannabis (SQDC) ont dernièrement dévoilé leur horaire respectif d'ouverture pour le temps des Fêtes.

Des coopérateurs lévisiens honorés

Le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM) a honoré plusieurs personnalités, lors du Gala de l’Ordre du Mérite coopératif et mutualiste québécois qui s’est tenu le 14 septembre dernier. En plus de Dorimène Desjardins à titre posthume, d’autres Lévisiens ont été honorés par le CQCM lors de l’intronisation de deux cohortes à l’Ordre, soit celle de 2020 et 2021.

Travail au froid : la CNESST fait des rappels

Alors qu'une vague de froid polaire s'abat sur la province, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rappelé l’importance de prévenir les risques liés à l’exposition au froid ainsi que les mesures à appliquer pour se protéger.

Ouvert ou fermé pendant le temps des Fêtes?

Le ministère de l'Économie et de l'Innovation a rappelé, le 23 décembre, les heures et les jours d'ouverture des établissements commerciaux pendant le temps des Fêtes.